Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Hollande au Japon : « La crise dans la zone euro est terminée»

Publié par wikistrike.com sur 8 Juin 2013, 10:08am

Catégories : #Politique intérieure

Hollande au Japon : « La crise dans la zone euro est terminée»

 

 

 

2878043_photo-1370675986769-2-0_640x280.jpg

 

Au troisième jour de sa visite d'Etat au Japon, s'est engagé samedi à Tokyo à agir activement pour qu'aboutissent les discussions en vue d'un accord économique entre le Japon et l'Union Européenne. «Il faut bien comprendre que la  dans la zone  est terminée», a argumenté le président français, devant un parterre d'officiels et hommes d'affaires européens et japonais. 

L'Europe exige du Japon, très pointilleux et attaché à protéger ses agriculteurs, la réciprocité pour la levée non seulement des barrières tarifaires, mais aussi normatives et réglementaires qui entravent les échanges. «Je serai un acteur majeur pour qu'il puisse y avoir un accord de partenariat économique entre l'Europe et le Japon», a-t-il promis . Selon le chef de l'Etat français, un partenariat Japon-Europe «serait bon économiquement pour l'Europe et excellent pour le Japon».

Emprunter un même chemin pour relancer la croissance

«Le sentiment a pu s'installer que l'Europe et le Japon n'étaient pas dans la même dynamique que les pays émergents qui se sont affirmés avec des taux de croissance élevés, mais je ne me satisfais pas de cette impression», a insisté François Hollande, estimant que «le Japon et l'Europe ont une place à prendre dans le contexte international». Le président français considère que France, Europe et Japon, bien qu'étant dans des situations économiques différentes, doivent emprunter le même chemin, si possible en commun pour «sortir de la crise, regagner la confiance, relancer la croissance». «Nous devons agir vite, avec efficacité et volontarisme, a-t-il poursuivi, c'est ce que veut Shinzo Abe (ndlr. le Premier ministre) pour le Japon, c'est ce que je veux pour la France, ce que je veux promouvoir pour l'Europe». 

Le président français a de nouveau insisté sur la nécessité pour l'Europe de prendre des dispositions fortes tournées vers la croissance, tout comme le fait le gouvernement Abe en place depuis six mois. Il a assuré qu'il regardait de façon «favorable» la politique dite des «abenomics», à base de largesses budgétaires, de souplesse monétaire et de stratégie de croissance. «La parabole des trois flèches a fait le tour du monde», a-t-il expliqué, soulignant que «ces flèches ne sont pas tournées vers nous».

Entre Chine et Japon, «ne nous demandez pas de choisir»

Après la cure de rigueur, «une autre phase doit s'ouvrir, celle de la croissance, de l'emploi», a plaidé François Hollande qui veut «faire prévaloir d'autres objectifs que le seul assainissement financier». Il ne compte toutefois pas offrir une exclusivité aux Japonais en Asie, alors que ceux-çi ont craint ces dernières années d'être délaissés au profit de la Chine, il leur a demandé de comprendre la nécessité pour la France de «travailler avec l'Asie et de ne pas opposer tel ou tel pays». «Nous avons une relation d'amitié depuis longtemps avec la Chine et nous avons un partenariat exceptionnel d'amitié exceptionnelle avec le Japon. Ne nous demandez pas de choisir».

Enfin, comme pour tenter d'effacer son malencontreux lapsus de la veille, qui lui avait fait confondre les deux pays, le président français a conclu : «Je suis ici au Japon, heureux d'être au Japon, fier d'être au Japon».

Ces déclarations ont suscité une réaction sur Twitter de Florian Philippot, vice-Président du FN : "Hollande avait déjà dit la même chose le 10/12/2012, quelques semaines avant Chypre..."

 

Source: Le Parigo

Archives

Articles récents