Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Homosexualité, transgenre : des pratiques courantes dans la nature

Publié par wikistrike.com sur 18 Mars 2013, 19:30pm

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Homosexualité, transgenre : des pratiques courantes dans la nature


 

 

RTEmagicC_manchot-a-jugulaire_NOAA-wiki-DP_01_txdam34554_19.jpgL'espèce humaine n'a décidément rien inventé en matière de sexe. Dans le monde animal, les relations homosexuelles ne relèvent pas de l'exception, tandis que la transsexualité existe bel et bien. Reste à comprendre quels pourraient en être les fondements. Futura-Sciences est allé interroger Thierry Lodé, le spécialiste français de la question. 

Il est des questions qui ne cesseront jamais de faire débat. L'homosexualité est peut-être l'une d'elles. Pourtant bien tolérée dans certaines cultures par le passé, elle reste au cœur de la controverse, comme l'a récemment montré la polémique nationale autour de la loi sur le mariage pour tous. 

Pourtant, d'après l'expert en sexualité animale Thierry Lodé, chercheur en écologie évolutive aux universités de Rennes 1 et d'Angers, les pratiques entre individus du même sexe ne sont pas rares dans la nature et, de ce fait, n'ont rien de strictement humain. Comment la science peut-elle alors les expliquer ? 

L'homosexualité, pas le propre du genre Homo 

Comme nous l'avons déjà évoqué, sexe et reproduction ne sont pas nécessairement liés, y compris chez nos amies les bêtes. Si on les dissocie, l'homosexualité prend tout son sens. « Le premier moment de la sexualité consiste à reconnaître l'autre comme un partenaire potentiel. Sans séduction, il ne peut y avoir de suite, commente l'éthologue. Or, environ 10 % des individus des espèces étudiées ne tiennent pas compte de la variation sexuelle et se laissent guider par leur désir, qui les amène à s'intéresser à des animaux du même sexe. Et cela se vérifie d'autant plus dans les espèces dites à faible dimorphisme sexuel, quand mâles et femelles se distinguent à peine sur le plan morphologique. » 

Après l'apparition du désir et de la séduction vient la phase érotique. Si l'on conçoit que masturbation, fellation ou sodomie sont couramment pratiquées par les animaux, on peut aussi bien accepter le fait que les premiers temps des relations homosexuelles n'ont pas vocation à la reproduction. 

L'homoparentalité existe déjà dans le monde animal 

« Une fois la réconciliation sexuelle opérée, lorsqu'un partenaire stable a été trouvé, les animaux peuvent ressentir le besoin d'avoir des descendants, exactement comme dans l'espèce humaine », enchérit Thierry Lodé. Les couples ainsi formés peuvent se mettre en recherche d'une mère porteuse ou, dans le cas des femelles, trouver un mâle pour les féconder. « Dans les couples lesbiens d'oies sauvages, l'une des femelles s'accouple parfois avec un mâle de passage et élève sa progéniture avec sa moitié. » 

Cependant, un débat divise la communauté scientifique. « Pour certains biologistes, l'homosexualité exige pénétration, car dans l'esprit de la plupart des gens, la sexualité se résume à la génitalité avec pénétration. Cela implique, dans leur conception des choses, qu'il n'existe pas d'homosexualité féminine. On parle alors, à l'anglaise, de same-sex practices. Les femelles doivent-elles alors s'acheter des sex-toys ? », ironise l'éthologue. 

La transsexualité, ou la différence entre génétique et psychologie 

Autre question sociétale importante : la transsexualité. Là encore, elle se rencontre dans le monde animal. « Il n'y a pas de corps de mâle ou de corps de femelle. Chez beaucoup d'espèces, les sexes ne se distinguent pas par les gènes. Les crocodiles se sexualisent en fonction de la température d'incubation, les abeilles en fonction du nombre de chromosomes, etc. Même chez les mammifères, la testostérone, l'hormone mâle, est produite par des tissus sous le contrôle du chromosome X, en double exemplaire chez les femelles. » La question du genre ne peut donc se résumer à une histoire de programme génétique. 

Selon Thierry Lodé, c'est même lors du stade subadulte, soit l'équivalent d'une partie de l'enfance et de la première partie de l'adolescence, que le sexe se construit et s'accepte d'un point de vue social. Le petit garçon ou la petite fille doit admettre qu'il fait partie d'un certain genre. Et cela ne colle pas toujours avec les organes que son ADN lui a donnés. « Certains singes n'acceptent pas d'être mâles et se considèrent comme étant des femelles. Parfois, ils sont même acceptés comme tels au sein de leur groupe social. » Il en va de même pour des espèces plus éloignées de la nôtre, comme chez les mangoustes ou les goélands. 

Il n'existe pas deux individus strictement identiques dans la nature, même de vrais jumeaux ou des clones. Cette variété biologique, accentuée par la reproduction sexuée, engendre une diversité des habitudes et des pratiques, laissant à chacun l'opportunité de s'exprimer selon ses désirs, aussi bien pour l'Homme que pour les animaux. Seule la morale propre à chaque espèce approuve ou réprouve des comportements. La nature, elle, n'en a aucune. 

 

Source: Futura-Sciences

Commenter cet article

Hercobulus 20/03/2013 20:52


Liberté, quel nom mal choisi. Il nous somme d'être pour ou contre l'homosexualité,


étant entendu que les opposants sont des salauds. Bel exemple de raisonnement


totalitaire opposant deux camps. C'est de la dialectique guerrière. Non,


Monsieur le réducteur, la vérité est ailleurs, on ne se laisse pas enfermer


dans votre goulag. L'homosexualité est naturelle mais marginale, minoritaire


et ne saurait imposer sa loi à l'héterosexualité. Il y a environ 100 000 "couples"


homos, soit 0,3 % de la population. C'est cette ultra minorité qui va dénaturer


le sens du mariage ?


 

Liberté 19/03/2013 14:22


incroyable de détourner avec autant de vivacité le sens de cet article (pour une fois bon, et que j'avais relevé dans un autre commentaire).

Un des arguments anti-gay, est que cela n'est pas "naturel", n'est pas dans l'ordre des choses d'un point de vue biologique, que la nature n'est pas faite comme ça.
Cet article nous démontre juste que chez d'autres être vivant, l'homosexualité existe, et est donc quelque chose de biologiquement reconnue dans la nature.

Etre pour ou contre l'homosexualité (et les droits qui en découlent) ne peut donc pas être fondé sur l'aspect "naturel" de la chose, mais sur l'aspect sociologique, religieux ou morale
humain.

Cet article a au moins le bienfait de le rappeler.

jefais ce que je veux 19/03/2013 13:02


qui vous dit que l enfant doit rester à la maison jusqu'au 18 ans également ?


comme certains animaux ..la femelle femme humaine pourrait trés bien uen fois son gamin sevré par son lait maternel,,, elle pourrait tres bien le laisser se débrouiller tout seul... n est ce pas
?


c est vrai quoi pourquoi il resterait a la maison jusquà sa majorité ? c est quoi cette hisoire de majorité ? qui a inventé cela ?


pure connerie ,,,la liberté doit se prendre le plus tot possibleet je fais ce que je veux je suis un libre individu


 

Gris oilp 19/03/2013 10:12


Puisque nous pouvons prendre exemple sur les animaux, pourquoi ne pas autoriser un homme a tuer les enfants que sa nouvelle compagne a eu d'une précédente union, afin de la rendre disponible ?


Le lion le fait après tout, et c'est un animal noble parait il.


Mon exemple peut paraître dur, mais c'est juste pour démonter la débilité de vouloir comparer l'homme à l'animal.

elbarteo 19/03/2013 10:10


Surtout le gars en commentaire qui parle dans TOUT l'univers lol essaye de déjà sortir de notre système solaire, eventuellement de la voie lactée mais tout l'univers woaw, on sait même pas sa
taille ni ses limites...

skyrl 19/03/2013 03:51


Quelle miséricorde dans ces commentaires!

salim 19/03/2013 03:05


Drôle d'habitude à vouloir faire justifier des comportement honteux des humains, en donnan texemple avec es animaux.


Mais certains semblent oublier que ce sont des animaux, et que nous n'avons rien de commun avec eux. Qu'un homme s'aligne sur un animal c'est la dégradation totale. Mais ou en êtes vous arrivés.
Et ceux qui donnent ces exemples, des psychiatres et autres pervers, car ils sont malades.


Pendant que vous y êtes et que vous cherchez à imiter les animaux, autoisez la bigamie et la monogamie, car les animaux, ot plusieurs femelles, et certaines femelles s'accouplent avbec plusieurs
males.


Ainsi vous aurez atteint le plancher. et que vous reste t-il comme dignité en tant qu'humain. ?

BlueMan 19/03/2013 01:44


"Homosexualité, transgenre : des pratiques courantes dans la nature" : N'IMPORTE QUOI !


De même, il existe des poissons volants mais ceux ci ne constituent pas la majorité du genre.


Les milliards de créatures qui ont vécu et qui vivent sur cette planète vous disent droit dans les yeux : nous sommes issus d'un male et d'une femelle.


Il faut arrêter de décopnner et de raconter n'importe quoi. En faisant une telle propagande inique, vous vous convertissez en enemi de la vérité et de l'Humanité.

madrass 18/03/2013 23:12


L'être humain est la seule espece de l'univers a pratiquer ce genre d'horreur !


Voila pourquoi nos sociétés vont si mal ... l'homme fait n'importe koi !


Y a t'il des gays chez les aborigènes ? chez les pygmés ? non, car ils vivent roots( et ont des valeurs, au passage ... )


Occident = décadence !!!

Hercobulus 18/03/2013 22:59


Salutations à Gauloiseconnexion et bonne manif. Toutefois, une réserve sur


la nature de l'homosexalité : le cerveau a un sexe et il arrive qu'il ne


corresponde pas à la génétique et aux caractères sexuels de la personne.


C'est pourquoi on doit faire preuve de tolérance à ce sujet. Toutefois, ceci


ne peut conduire a accepter le militantisme gay haineux, le mariage gay et


l'adoption gay. Des dérives propres à une époque de sida mental.

Gauloiseconnection 18/03/2013 22:14


C'est dingue cet acharnement à toujours vouloir mêler les animaux aux faits et gestes des hommes même quand il s'agit d'essayer de justifier l'injustifiable !


Déjà traiter un animal d'homosexuel, c'est carrément débile car homo = homme en tant que constituant d'une espèce donc ce terme ne concerne en aucune façon les animaux !


Ensuite l'homosexualité humaine n'a rien à voir avec le comportement sexuel de certains animaux de même sexe. En effet, chez l'animal, Il s'agit d'un rapport
dominant-dominé et le chef du groupe impose sa domination par cet acte sexuel particulier pour bien faire comprendre à un congénère qui aurait des ambitions de devenir chef à la place du chef ou
de convoiter certaines femelles, qu'il doit rester à sa place (Il n'y a pas de notion de plaisir, ni de vice au niveau de cet acte comme cela existe chez l'homme).


Donc désolée pour celles et ceux qui fantasment sur ces comportements animaux particuliers et  qui voulent absolument les prendre en exemple pour justifier l'homosexualité mais à part entamer une thérapie carabinée, je n'ai pas d'autre solution à préconiser !


Futura-sciences y va de son petit coup de propagande politiquement correcte mais nous ne sommes pas dupes !


TOUS A LA MANIF DU 24 MARS A PARIS !!

JASTREBIEC 18/03/2013 22:04


Et pourtant...DITCH, ne dit on pas : "PEDE  COMME UN PHOQUE"?  Pauvres phoques, quelle réputation tout de mème...surtout si elle est infondée!

tobor 18/03/2013 20:59


Charmante pin-gouine en illustration mais ça ne prouve rien !

Hercobulus 18/03/2013 20:57


Quel est le but idéologique de cet article ? Faire accepter le mariage gay ?


Bien sûr que l'homosexalité existe dans la nature et chez l'homme depuis


toujours. Bien sûr qu'il faut être tolérant avec cela mais le judéo-christianisme


avait stigmatisé les conduites homosexuelles. Par contre c'est un comportement


"à la marge" et le risque est un traitement égalitaire en droits avec l'hétéro-


sexualité, gage de dérives infinies en matière juridique et pédopsychiatriques.


L'article nous explique, avec raison, que la nature n'a pas de morale. Or,


le propre de l'homme est d'élaborer constamment des morales... pour l'


éloigner de la bête, qui avec les capacités de l'ange, en fait facilement


un diable.


 

ditch 18/03/2013 20:43


Totalement faux,l'homexesualité n'existe pas chez les annimaux

Archives

Articles récents