Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

HONTE : Presque 4 ans après le séisme, 170 000 Haïtiens toujours sous des tentes

Publié par wikistrike.com sur 10 Novembre 2013, 07:55am

Catégories : #Social - Société

 

HONTE : Presque 4 ans après le séisme, 170 000 Haïtiens toujours sous des tentes


 

767136_peu_plus_170_000_haitie.jpg

 

Cela fait presque quatre ans que Widlène Gabriel, une fillette de 8 ans, vit avec ses parents dans un camp de personnes déplacées par le séisme dévastateur de janvier 2010 qui a fait plus de 1,5 million de sans-abri en Haïti. 

Un peu plus de 170 000 Haïtiens vivent toujours dans des abris de fortune, dans des conditions extrêmement précaires et parfois menacés d'expulsion, à l'instar des occupants du terrain privé où réside la petite Widlène sous une tente en bordure d'une avenue qui relie Port-au-Prince à Pétionville, banlieue cossue située à l'est. 

«Le 12 janvier 2010, les blocs du toit de ma maison sont tombés sur nos têtes. Je n'ai pas été touchée, mais nous avons laissé les ruines de la maison pour venir ici», se souvient-elle, les pieds nus dans la poussière. 

Widlène n'est jamais allée à l'école et passe ses journées à regarder les véhicules foncer sur l'avenue du Canapé-vert. 

«Tous les enfants ici sont dans la même situation. Tous les jours sont pareils pour eux. Ils traînent à longueur de journée. En fait, nous vivons tous sans espoir et nous nous sentons abandonnés», ajoute Manette Nazius, mère de six enfants. 

«Béni soit l'éternel. Béni soit l'éternel», scandent un groupe de femmes réunies sous la tente n° 15 qui sert d'église à l'entrée du camp. Elles ne sont pas plus d'une dizaine à répéter les versets bibliques. 

Le pasteur, un vieil homme de plus de 60 ans se tient à l'entrée, mais les fidèles sont réticents. «Nous les soutenons quand même par la prière. Ce sont des gens abandonnés par les autorités. Ils n'ont rien. Mais Dieu ne punit pas deux fois», soutient le pasteur Pierre. 

Il n'empêche, les jeunes qui vivent dans les camps se disent sans espoir et se sentent délaissés. 

«Il n'y a pas de vie» 

Depuis 2011, le gouvernement a réussi à reloger plus de 60 000 familles et à récupérer des places publiques avec des subventions aux loyers ou dans des abris provisoires, mais 171 974 personnes vivent encore dans 306 camps, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). 

«Ici, aucune alternative ne nous est offerte», soutiennent les résidants du camp de Canapé-vert. 

Baldimir et Fénol, la trentaine, y résident et vivent de petits métiers. «Nous vivons comme frères et soeurs. On s'entraide, mais nous n'attendons rien du gouvernement», dit Bladimir Eliancy, mécanicien de formation. 

Le sentiment est identique au «camp de l'ambassade d'Italie», un groupe de tentes délavées, érigées sur une ancienne propriété de la mission italienne. «Nous sommes oubliés par les autorités et les organisations internationales ne viennent plus», tranche Donald Duvert, l'air dépité. 

«Nous sommes parfois traversés par un sentiment de colère. Cependant, comme nous sommes de bons citoyens, nous ne sortons pas dans les rues pour attaquer les nantis. Regardez comment nous vivons ici», dit-il désignant les tentes qui servent de maisons aux 150 familles de ce camp de déplacés. 

«Avant, la vie était difficile pour nous. Aujourd'hui, il n'y a pas de vie. Dieu seul sait quand nous sortirons de là. Ou bien les décideurs...», ajoute Jospeh Gino qui se met à l'ombre d'un manguier pour fuir le soleil. 

«À cette heure de la journée, personne ne peut rester sous les tentes. Les enfants souffrent de la chaleur sous les bâches», dit une femme qui montre son fils de 4 ans né dans le camp. 

«Ce garçon n'a jamais couché dans un lit et dans une vraie chambre», fait remarquer un homme. 

Loin de se laisser aller, Fabienne 18 ans s'accroche à ses études. «Je suis un peu en retard, mais c'est ma seule porte de sortie», conclut-elle.

 

Source

Commenter cet article

Laurent Franssen 11/11/2013 23:30


ohtna,
Tu voudrais les regarder crever du choléra pendant que tu vat en touriste prendre tes vacances sur leurs plages?
Crevard, c'est bien le mot? 

Laurent Franssen 11/11/2013 23:28


Honte?
Tu t'es déjà demandé combien de temps ça prends de redresser tout un putain de pays qui est en fait une putain d'île après le passage d'une putain de vague de la hauteur d'une maison ?
sous-doué! 

Franck - MLFB 11/11/2013 00:35


La malaria introduite par les casque bleus... Mais bien sur... A la limite parler de disentrie, mais la malaria... Comme si les casques bleus etaient porteurs de cette maladie!!! C'est sur que
pour ces gens dans le besoin, toutes les actions des blancs soi disant riches (et forcemment racistes car blancs) sont autant d'atteinte a leur statut de victimes perpetuelles... Un certain
prophete disait: aide toi et le ciel t'aidera... En Haiti, ils attendent toujours celui qui fera le boulot a leur place, et ensuite le critiquer et tirer dessus a boulets rouge... Cette fois la,
c'etait les casque bleus...


On pourrait aussi parler des casque bleus contaminés par le staphilo doré contracté en Haiti!!! Mais cela n'est pas politiquement correct!!!

ohtna 10/11/2013 20:29


La honte c'est qu'ils n'arrivent pas à se prendre en charge tous seuls ! éternels assistés...

rom1 10/11/2013 19:49


ah bon!  vous saviez pâs......   bin oui y en a au moins un qui c'est acheter une bonne petite maison avec voiture et tout se qui va avec!!!    et oui les
moutons    faut arreter de donner!!!     personnes vous en donne a vous! quand vous etes dans le besoin!!!   dahhhhhhh      (
encore si y en avait qu'un..... mais le probleme! c'est qu'il y en a certainement plus d'un qui c'est gavé au passage)    :[

Franck est une merde 10/11/2013 13:26

Mais oui Frankette c'est outrageux qu'ils se plaignent d'avoir été infectés par la malaria introduite par les casques bleus. C'est grave qu'ils se plaignent d'être victime du boulversement
climatique.

Franck - MLFB 10/11/2013 10:22


On est surtout en droit de se demander apres tout, si on leur avait lavé l'eau propre en leur construisant a grand frais des logements dits decents, ils ne nous auraient pas insultés autant voir,
plus, ce qu'ils font desormais, en nous rendant responsable de toutes les maladies... Fais plaisir a jean, il te le rend en chiant...

Max Planc 10/11/2013 09:54


On est en droit de se demander à qui ont profité les milliards récoltés après cette tragédie.


Et après ça on viendra s'étonner que les gens ne donnent plus rien pour aider les populations victimes de seismes ou des aléas climatiques.

Archives

Articles récents