Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

HSBC : Cahuzac a emporté la liste des exilés fiscaux !

Publié par wikistrike.com sur 9 Juin 2013, 19:57pm

Catégories : #Economie

HSBC : l'abruti de Cahuzac a emporté la liste des exilés fiscaux

 


CAHU.jpegPOLITIQUE - Jérôme Cahuzac, à l'époque où il était président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, aurait consulté les dossiers de personnalités en délicatesse avec le fisc, dont ceux de Takkiedine, Tapie et Bettencourt. Dossiers qu'il aurait emportés au moment de son départ de la commission, rapporte Le Parisien dimanche.

 

 

Jérôme Cahuzac n'a pas tout dit de sa "part d'ombre". L'ancien ministre du Budget aurait, lors de son passage à la présidence de la commission des Finances de 2010 à 2012, exigé de consulter les dossiers fiscaux de certaines personnes. Même si son poste lui en donne le droit, cet accès aux dossiers nominatifs n'a jamais été demandé avant lui. Une requête peu orthodoxe mais à laquelle se sont pliés Christine Lagarde, alors ministre de l'Economie, et François Baroin, ministre du Budget, rapporte Le Parisiendimanche. Mais il n'y eut pas qu'une seule consultation. Et Jérôme Cahuzac aurait, de plus, fait une copie de la liste ultra sensible des 3000 contribuables français ayant eu un compte chez HSBC en Suisse, conservée soigneusement dans le coffre-fort de son bureau. Mais lorsqu'il récupère le poste de président, son successeur, Gilles Carrez, trouve un coffre vide.

Une dizaine de réunions secrètes

Les faits remontent au 7 avril 2010. Jérôme Cahuzac a prévenu les deux ministres UMP de son arrivée et exposé la raison de sa visite : il veut consulter le dossier de plusieurs personnalités. Lors de sa rencontre éclair avec Lagarde et Baroin, il explique qu'il s'agit plus précisément du listing des 3000 contribuables françaisayant eu un compte HSBC en Suisse. Ceux-ci le mettent en garde sur les risques de fuite, avant que Cahuzac ne s'enferme dans une pièce pour étudier les dossiers, relate Le Parisien. C'est alors le début d'une série de réunions secrètes. Une dizaine de rencontres durant lesquelles seront présents le représentant de la Direction générale des finances publiques et le directeur du contrôle fiscal.

Sous les yeux de Cahuzac, cinq dossiers défilent : la succession controversée de Daniel Wildenstein, marchand d'art, la fraude de dirigeants de la société d'investissement Wendel, l'arbitrageTapie, l'évasion fiscale des Bettencourt, un volet financier de l'affaire Elf et le redressement de Ziad Takieddine. Affaires qu'il continuera de suivre jusqu'aux derniers mois de sa mandature : le 27 mars 2012, il demande une note détaillée faisant le point sur les avancées dans chaque dossier. Des anciens de chez Lagarde pensent alors que Cahuzac se constitue un parachute en cas de coup dur. Mais rétrospectivement, certains pensent qu'il s'agissait plutôt d'analyser le mode opératoire de l'administration fiscale en cas de fraude. Pour mieux s'y préparer. Qu'a-t-il fait des dossiers et de la fameuse liste lors de son départ de la commission ? Lui seul le sait.

 

Source: Metro

Commenter cet article

Pat 10/06/2013 16:33


Journal Hebdo. La Voix de La Russie :
http://www.egaliteetreconciliation.fr/Journal-hebdomadaire-de-La-Voix-de-la-Russie-18524.html

Archives

Articles récents