Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

« Il faut baisser le SMIC de 300 euros ! »

Publié par wikistrike.com sur 29 Mai 2013, 19:12pm

Catégories : #Economie

Il faut baisser le SMIC de 300 euros ! 


963808_1140980.jpg

© inconnu

La semaine dernière, The Economist a consacré un papier au salaire minimum, se demandant s'il en fallait un et si oui, à quel niveau il fallait le mettre. Une plongée glaçante dans la pensée néolibérale. 

Les penseurs néolibéraux ont au moins un mérite. Ils osent tout. L'économie n'est qu'une science abstraite faite de chiffres, totalement désincarnée et déshumanisée. C'est bien ce qui ressort de ce papier de la bible des élites mondialisées sur le salaire minimalThe Economist cite Milton Friedman, pour qui il est « une forme de discrimination contre les travailleurs sans qualification ». Qualifier de « discrimination » le fait d'empêcher de payer un salaire de misère en dit déjà long... 

Mais l'hebdomadaire souligne que d'autres économistes affirment que quand les employeurs ont un fort pouvoir, ils peuvent fixer les salaires à un niveau trop faible, ce qui a poussé les gouvernements à instaurer un salaire minimal dans un nombre grandissant de pays. La Nouvelle-Zélande a été la première en 1894, suivie par les Etats-Unis de Roosevelt en 1938, la Grande-Bretagne patientant jusqu'en 1999. Le SMIC étasunien, très bas, a été relevé de 40% depuis 2007. 

L'oubli de l'homme 

Les économistes ont mené des études divergentes sur le niveau du salaire minimum aux Etats-Unis, du fait des différences entre Etats. Deux économistes ont démontré que les différences de niveau du salaire minimum n'ont pas d'impact sur le niveau de l'emploi dans la restauration entre 1990 et 2006 mais deux autres ont démontré l'inverse. En Grande-Bretagne, les études sont plutôt positives et soulignent un effet d'entraînement pour les salaires supérieurs au SMIC. 

Ce qu'il y a de terrifiant dans ce papier, c'est son aspect clinique, froid et finalement inhumain. Aucune question n'est posée sur le niveau du seuil de pauvreté, ou même de l'évolution du salaire médian (qui baisse), base contre laquelle il faudrait fixer le SMIC. Réfléchir à l'impact que tout cela a sur les travailleurs pauvres ne semble pas effleurer une seconde l'auteur du papier. La conclusion est glaçante : « Quels que soient leurs défauts, les salaires minimums vont persister ». Il est difficile de ne pas y voir un regret de la part deThe Economist, comme s'il indiquait qu'il n'était malheureusement pas possible politiquement de les supprimer... Mais le pire est à venir au sujet du niveau souhaitable du SMIC. L'hebdomadaire néolibéral indique que pour l'OCDE et le FMI, « un salaire minimum modéré fait probablement plus de bien que de mal », avant de préciser que la définition d'un salaire minimum modéré signifie entre 30 et 40% du salaire médian. The Economistreconnaît que le cas britannique (à 46% du salaire médian) démontre que l'on peut aller un peu plus haut. Les Etats-Unis et le Japon restent sous le cap des 40% alors que la France se distingue avec le niveau le plus élevé de la sélection avec un SMIC à 60% du salaire médian. Bizaremment, pas d'information sur les pays scandinaves. En clair, pour The Economist, en France notre SMIC est trop élevé de 25 à 30% ! Cela veut dire qu'avec un SMIC à 1118 euros nets par mois, ils recommandent une baisse d'environ 300 euros. Voilà le fond de la pensée néolibérale... Voilà sans doute pourquoi Pierre Moscovici valorise la miniscule hausse du SMIC de juin, pourtant trois fois moins importante que celle de Jacques Chirac en 1995. On aimerait que les donneurs de leçon néolibéraux essaient de vivre ne serait-ce que quelques semaines avec le SMIC qu'ils recommandent...

 

Source

Commenter cet article

firebird2 30/05/2013 17:49


Jules, ça n'est pas le tout d'être un patron hyper cool, si tu est cool tu pense que ton employé te le rendra, ok mais si même si toi tu es cool, si l'employé se sent obligé de faire le boulot
pour vivre il ne le fait donc pas par envie et son professionalisme sera plus facilement mis à mal. Si on veut qu'un boulot soit bien fait il faut que la personne qui le fasse ait vraiment envi
de le faire, sans quoi cela reste une forme d'esclavagisme "douce". 


En plus de cela il y a aussi les fondements de la société qui jouent de manière plus insidieuse, quand les valeurs de la société sont la conccurence à outrance, la tricherie, quand en plus nos
élus qui devraient être des modèles sont les pires il est peu probable que de manière généralisée la population soit vertueuse.


Est ce que je défend ceux qui plantent les patrons ? Pas du tout, je me fait simplement l'avocat du diable. On retrouve le même problème du côté des patrons, et c'est bien ce cercle vicieux qu'il
faut casser et ça n'est pas en restant dans un système de valeur néolibérale que cela s'améliorera.

Deckard 30/05/2013 16:41


Bon ben je vais prévoir de compenser cette baisse… (et je vais pas être le seul !). Vous voulez nous la mettre profond ? Ok pas de souci mes cons !

bab 30/05/2013 09:52


ok mais faut baisser tous les salaires d état au smicc aussi alors ; égalité ca parles as ces nantis planquès as l élysé ? ou est-ce seulement qu une mafia qui y est présente ? as l époque de
Louis XVI ," ils on qu as bouffer de la brioche " as déclanché une vague de haine meurtrière (la mème que les anti mariage pour tous) mais dirrigé contre la vie de ces autoproclamés dirigeants
qui estimais etre de "sang pur" (cf la marseillaise)... le peuple doit il rappeler as l état que nous n accepterons jamais que quelqu un d élu se prenne pour quelqu un de supérieur qui de
surcroit dicte notre vie as l encontre de la raison ? 

Jules 30/05/2013 09:07


Baisser le SMIC ???


A quoi bon ...


En France ce n'est pas tant les salaires qui posent problème.


Le problème c'est les salariés eux-même !


Aujourd'hui la grande majorité des gens de moins de 40 ans ne veulent plus rien foutre !


Ce qu'il faudrait c'est une augmentation des baffes et des coups de pied au cul pour remettre tout ce monde là au boulot !


Si les entreprises s'en vont c'est avant tout parce qu'on est dans une société de jaloux et de tires au cul ! Je sais que je vais en faire hurler plus d'un qui vont me lire. Mais il faut être du
côté des employeurs (comme moi) pour comprendre. Si vous être un patron peau de vache le résultat est garanti, je ne vous ferais pas de dessin. Si au contraire vous être un boss hyper cool, c'est
plus long, mais on arrive au même résultat ! Un jour ou l'autre un salarié va vous planter !


Alors je pose la question : Que faut-il faire ?


Personnellement, je n'ai pas de réponse. A part, faire appel à des prestataires de services et ne plus avoir de salariés.

zarmagh 30/05/2013 01:53


En Chine, le salaire minimum c'est un sac de riz et deux coups de pied au cul..Et ils travaillent...pour les employées il y a la "pipe" au boss obligatoire...Et elles travaillent...

lesage 30/05/2013 01:24


une nuit des longs couteaux peut être, pour leur apprendre à vivre à ces connards !

Bastien 29/05/2013 23:53


L'heure de travail dépend de nombreux facteurs comme la demande de travail, la pression sociale et la volonté entrepreneuriale.Mais avant tout de la formation des employés, des ressources
auxquelles les populations doivent accéder et des besoins énergétiques.


En gros on a plus de besoin dans un ville de Suède que dans un village dans le sud de l'Espagne. Egalement des marges et des accords syndicaux et/ou politiques. Chaque pays lui même dirigé par le
cours des matières premières et de sa concurrence à l'internationale. Lesquels diligencés par le coût des transports maritimes et des échanges commerciaux entre paradis fiscaux.


3 millions de chomeurs en France, pourquoi vouloir augmenter la pression sur le salarié?


-Faire moins d'importation à l'international? -Nous pousser au suicide? -Nous renvoyer au monde agraire? -Chercher plus de concurrence? -Diviser l'Europe entre pays prolétaires et pays rentiers?
-Satisfaire l'électorat de droite pro-européen?


 

Stanislas Bauer 29/05/2013 23:31


Un salaire minimum a le mérite d'éviter la concurrence déloyale de travailleurs qui ont les moyens de brader leur prix, par exemple des jeunes qui vivnet chez leur parents, empêchant ainsi les
travailleurs normaux de devoir les suivre, mais de s'engager dans une spirale infernale, préjudiciable à toute l'économie. Ce qu'il faut, au contraire, c'est unifier le prix de l'heure de travail
au niveau mondial, éventuellement par le moyen des cours de change. Il n'est pas normal que l'heure de travail soit moins cher à Adis Abeba qu'à bruxelles !

jj 29/05/2013 23:24


qui commence à baisser leurs salaire ces députés inutiles, ces assistés de riches qui vivent en exploitant les autres, monde de merde et à tous ces tarés qui font des gosses pour que ces riches
les exploitent plus tard.

Bastien 29/05/2013 23:19


Peut etre serait-il meilleur de devenir paysan. Surtout en France, plutôt que de travailler pour des anciens esclavagistes reconvertis en actionnaires communistes.

Kaelo 29/05/2013 22:21


Le mieux est de le passer à 600€. Faut pas s'attendre à une super vie quand on gagne le minimum. Au moins ça forcera les prolos au smic à s'élever dans la société au lieu d'attendre les
allocs 

Archives

Articles récents