Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Il y aurait bien de la vie dans le lac Vostok

Publié par wikistrike.com sur 13 Juillet 2013, 08:17am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Il y aurait bien de la vie dans le lac Vostok

 

 

 

lac_vostok_photo_satellite_credits_goddard_space_flight_cen.jpg

 

 

Le lac Vostok abriterait bel et bien la vie. C'est en tous cas ce qu'affirment des biologistes américains, dont les travaux ont révélé l'existence de plus de 3500 séquences d'ADN dans des échantillons d'eau gelée issus du lac Vostok.

Détient-on enfin la preuve que le lac Vostok, ce lac de l'Antarctique recouvert d'une calotte glaciaire de quelque 4000 mètres d'épaisseur, coupé du monde extérieur depuis 10 à 20 millions d'années, abrite bel et bien la vie ? Oui, si l'on en croit des travaux publiés le 3 juillet 2013 dans la revue Plos One. Et selon cet article, publié par des biologistes de l'Université d’État de Bowling Green (États-Unis), cette vie serait même plutôt riche. En effet, quelques 3.507 séquences d’ADN  ont été découvertes, appartenant à autant d'organismes vivants différents.

Pourtant, force est de constater que, malgré l'excellente réputation de la revue dans laquelle ces travaux ont été publiés, la prudence reste de mise. En effet, le risque que ces séquences d'ADN proviennent en réalité d'une contamination occasionnée par le forage de la calotte glaciaire recouvrant la poche liquide du lac Vostok n'est pas à exclure (le forage du lac Vostok, entamé en 1989 par une équipe russe, s'est achevé en février 2012). On se souvient notamment de cette mystérieuse bactérie, découverte en mars 2013 dans un échantillon prélevé dans le lac  Vostok, laquelle s'était en réalité avérée provenir d'une contamination causée par les opérations de forage.

Ces précautions étant posées, quelle est la nature exacte de la découverte du biologiste Yury Shtarkman et de ses collègues de l'Université d’État de Bowling Green ? En analysant quatre échantillons d'eau gelée du lac issue d'une carotte de glace baptisée Vostok G5, les biologistes américains ont découvert l'existence de 3507 séquences d'ADN unique.

Selon les auteurs de cette découverte, 94% de ces fragments d'ADN appartiendraient à des bactéries, et 6 % à des eucaryotes (le domaine du vivant dit "eucaryote" regroupe tous les organismes unicellulaires et pluricellulaires dont les cellules possèdent un noyau et des mitochondries).

En analysant l'ensemble des fragments d'ADN découvert à l'aide d'une base de données informatique, les biologistes américains ont réussi à identifier 1623 organismes vivants, et ce jusqu'au niveau du genre, et même parfois, de l'espèce.

 

Ces résultats ont été publiés le 3 juillet 2013 dans la revue Plos One sous le titre"Subglacial Lake Vostok (Antarctica) Accretion Ice Contains a Diverse Set of Sequences from Aquatic, Marine and Sediment-Inhabiting Bacteria and Eukarya".

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents