Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

incarcérations illégales en Chine: Une femme détenue depuis trois ans dans une morgue désaffectée

Publié par wikistrike.com sur 25 Janvier 2013, 07:46am

Catégories : #Social - Société

Une femme détenue depuis trois ans dans une morgue désaffectée


 

 

media_xll_5501954.jpgUne Chinoise est détenue depuis trois ans dans une morgue désaffectée, après avoir déjà passé 18 mois dans un camp de travail, rapporte vendredi la presse à Pékin, illustrant ainsi la gravité des incarcérations illégales en Chine.

En 2007, Chen Qingxia a subi le sort fréquent des pétitionnaires originaires des quatre coins de la Chine qui vont à Pékin pour tenter d'obtenir réparation de préjudices qu'ils n'arrivent pas à faire reconnaître par les autorités locales: elle a été interpellée puis envoyée dans un "camp de rééducation par le travail", a relaté Radio Chine internationale.

Elle s'était rendue à la capitale pour essayer de dénoncer les mauvais traitements subis d'après elle par son mari, arrêté après avoir pénétré en 2003 dans une zone sous quarantaine lors de l'épidémie du SRAS, une pneumonie atypique.

En outre, au moment de son interpellation, Mme Chen s'apprêtait à monter dans un autobus où venait de grimper son fils âgé de 12 ans. Elle ne l'a jamais revu, a-t-elle expliqué au journal Global Times.

A sa sortie de ses 18 mois de camp de redressement, au lieu de recouvrer sa liberté, Mme Chen a été enfermée dans une morgue désaffectée, surveillée jour et nuit, dans la province du Heilongjiang.

Selon le Global Times, un responsable local de cette région du nord-est de la Chine a admis que la détention de Chen Qingxia était "illégale" et a promis qu'elle toucherait une compensation financière.

Réforme
Un autre chef local chargé de la propagande a justifié au quotidien la détention dans la morgue en assurant que c'était un geste humanitaire après que la femme s'est retrouvée sans domicile à l'issue de son camp de travail.

En Chine, les détentions sans décision de justice sont de plus en plus décriées, en particulier le système de rééducation par le travail qui permet sur simple décision administrative d'écrouer quelqu'un jusqu'à quatre ans.

Le régime communiste a récemment indiqué qu'il envisageait de réformer ou d'abolir ce système à l'occasion de la prochaine session parlementaire, qui s'ouvre en mars prochain.

 

Source: 7s7.be

Commenter cet article

Archives

Articles récents