Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Irlande : deux squelettes du 8ème siècle découverts avec une pierre dans la bouche

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 22 Septembre 2011, 08:24am

Catégories : #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine

 

 

Irlande : deux squelettes du 8ème siècle découverts avec une pierre dans la bouche

 

Deux squelettes du début du Moyen Age ont été découverts récemment en Irlande avec de grosses pierres coincées dans leur bouche. D'après les archéologues, c'était pour éviter que les morts ne se relèvent de leur tombe comme des zombies.

 

squelette_avec_pierre_dans_la_bouche.jpg


Ces squelettes ont été mis au jour au cours d'une série de fouilles effectuées entre 2005 et 2009 à Kilteasheen, près du Loch Key en Irlande. L'équipe d'archéologues était dirigée par Chris Read, de l'Institut de Technologie de Sligoet Thomas Finan de l'Université de Saint-Louis.
Le projet a révélé un total de 137 squelettes, sur les quelques 3.000 squelettes que les archéologues supposent être encore enterrés sur le site depuis l'an 700 jusqu'à 1400. 


La théorie des vampires se révèle être anachronique.

Les «sépultures déviantes» étaient composées de deux hommes qui ont été enterrés là à différents moments du 8ème siècle. L'un d'eux avait entre 40 et 60 ans, et l'autre était un jeune adulte, probablement entre 20 et 30 ans. Les deux hommes ont été mis côte à côte et chacun d'eux avait une pierre de la taille d'une balle de baseball dans la bouche.
"L'un d'eux était couché avec sa tête regardant vers le haut. Une grosse pierre noire avait été délibérément plongé dans sa bouche", a précisé Chris Read, "l'autre avait la tête tournée vers le côté et avait une pierre encore plus profondément enfoncée dans la bouche de telle sorte que les mâchoires en étaient presque disloquées".

Initialement, Read et ses collègues croyaient avoir trouvé un cimetière lié à la peste noire. Ces restes de personnes enterrées à la fin du Moyen Age avec des pierres coincées dans leurs bouches faisant allusion à un meurtre rituel de vampire. 
En effet, on croyait que ces individus "vampires" répandaient la peste en mâchant leur linceul après leur mort. Avant que la théorie des germes ne fasse son apparition, on utilisait la technique de la pierre dans la bouche pour enrayer, croyait-on, la maladie.

Cependant, comme le phénomène "vampire" n'a pas émergé dans le folklore européen avant l'an 1500, les archéologues ont écarté cette théorie pour ces squelettes. Read suppose que "dans ce cas, les pierres dans la bouche pourraient avoir agi comme une barrière pour empêcher les revenants de revenir de leurs tombes".


Une pierre dans la bouche contre les "morts qui marchent"

Les revenants ou "morts qui marchent"  avaient tendance à être des gens qui vivaient comme des étrangers dans la société. Les deux hommes irlandais pourraient avoir été considérés comme des gens potentiellement dangereux, des ennemis, assassins, violeurs ou encore comme des individus ordinaires qui seraient décédés subitement d'une maladie étrange ou assassinés.

La communauté devait craindre que ces personnes ne reviennent à la vie pour harceler leurs proches ou des personnes contre lesquelles elles auraient eu une rancune. La bouche était considérée comme un élément clé de l'organisme pour une telle transformation: "elle était considérée comme le portail principal pour que l'âme quitte le corps après la mort. Parfois, l'âme pouvait revenir à l'organisme et le réanimer ou bien un mauvais esprit pourrait entrer dans le corps par la bouche et le ramener à la vie", explique Read.

Selon Kristina Killgrove, anthropologue biologiste à l'Université de Caroline du Nord, la datation de ces tombes est particulièrement intéressante car elle semble antérieure aux documents historiques sur les revenants. "Je suis également intrigué par le fait que les deux hommes n'est pas été enterrés dans le même laps de temps, mais ont néanmoins été enterrés côte à côte de cette manière non traditionnelle, ce qui suggère que ces sépultures n'étaient pas accidentelles". 

Source:

 

Archives

Articles récents