Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Italie : inquiétude après les violences contre l'austérité, l'armée pourrait arriver en renfort !

Publié par wikistrike.com sur 13 Mai 2012, 21:47pm

Catégories : #Social - Société

Italie : inquiétude après les violences contre l'austérité, l'armée en renfort ?

 

italia.jpg

Le gouvernement italien va élever le seuil d'alerte dans toute la péninsule après les attaques contre un dirigeant d'entreprise et un bureau de l'agence de perception de l'impôt. L'armée pourrait arriver en renfort.

«On se serait cru dans les années 1970», affirme la sénatrice Sabina Rossa, fille d'un syndicaliste tué par le group terroriste d'extrême gauche des Brigades Rouges. À l'instar de la Grèce, l'Italie suffoque sous la pression de l'austérité. Certains n'hésitent pas à user de la violence pour exprimer leur colère. À tel point que le pays craint de revivre les heures noires des années 1970 et 1980, dites «les années de plomb», avec la montée d'un activisme politique violent.

Cible de ces attaques, les symboles de la politique d'austérité. Samedi, deux cocktails Molotov ont été lancés contre un bureau de l'agence de perception de l'impôt Equitalia dans la ville de Livourne (nord-ouest de l'Italie). La veille, des heurts ont éclaté devant un autre bureau de l'agence à Naples. La semaine dernière, un responsable d'Equitalia avait été pris en otage pendant quelques heures par un commerçant avant que ce dernier ne se rende à la police.

Une réunion est prévue jeudi

Lundi, c'est le PDG d'une filiale du géant public italien Finmeccanica spécialisé dans le nucléaire qui a été blessé aux jambes par un tireur qui l'a visé en pleine rue à Gênes (nord-ouest de l'Italie). Vendredi, un groupe anarchiste a revendiqué l'attentat, «dédiée» à Olga Ikonomidou, une anarchiste détenue en Grèce et a annoncé un projet de sept autres actions. Dans sa revendication, il promet de s'en prendre ensuite à Finmeccanica, le deuxième groupe industriel du pays. «Finmeccanica, c'est la mort et l'exploitation», écrit-il dans une lettre de quatre pages. Ces mouvements de colère font suite aux mesures d'austérité mises en place par le gouvernement Monti qui traque les fraudeurs et les évadés fiscaux et augmente les impôts.

Conséquence: le gouvernement italien va élever le seuil d'alerte dans toute la péninsule. Une circulaire a été envoyée à tous les services concernés a déclaré la ministre de l'Intérieur Anna Maria Cancellieri dans un entretien aux quotidiens La Repubblica et Il Corriere della Sera.

«Jeudi est prévue une réunion du comité pour l'ordre et la sécurité» au cours de laquelle sera présenté «un paquet de propositions», a-t-elle indiqué. Afin de défendre les bureaux de Finmeccanica et les agences fiscales d'Equitalia, l'armée italienne pourrait être appelée en renfort.

Un risque «d'escalade» existe

 

Une agence Equitalia de Rome où une lettre de menaces a été reçue.
Une agence Equitalia de Rome où une lettre de menaces a été reçue.Crédits photo : Domenico Stinellis/AP

 

Le ministère de l'Intérieur craint un risque «d'escalade». De son côté, le grand patron de Finmeccanica a fait part de son inquiétude, estimant qu'il y a un «danger de déstabilisation sociale lié aux difficultés économiques du pays et un risque d'instrumentalisation des faits dans un but idéologique».

Comme en Grèce, la résistance à l'austérité semble devenir de plus en plus violente en Italie à mesure que la pression des services fiscaux s'intensifie. Il y a trois mois, alors que le Parlement grec devait voter en faveur du plan d'austérité imposé par l'Union européenne et le Fonds monétaire international, des heurts avaient opposé des manifestants à la police. Une violence qui a également gagné l' Espagne où des incidents avaient éclaté à Barcelone en mars dernier.

 

Source: Le Figaro

Archives

Articles récents