Les faits se sont déroulés en janvier. L’homme, qui vivait seul dans la ville de Kuki, avait appelé une ambulance à cause de problèmes respiratoires.

Les ambulanciers se sont ensuite fait refouler de 25 cliniques et hôpitaux, tous arguant d’un manque de médecins ou de lits vacants.

L’ambulance est donc parti tenter sa chance dans la préfecture voisine, mais l’homme a été déclaré mort peu après être arrivé à destination.

Visiblement sous le coup de l’émotion, l’un des ambulanciers, cité par l’agence de presse Jiji, a déclaré qu’il n’avait jamais rien expérimenté de tel de toute sa carrière.

Source: L'avenir