Samedi 10 décembre 2011 6 10 /12 /Déc /2011 18:17

 

De mystérieuses traces découvertes dans la cité de David

 

Des archéologues ont découvert de mystérieuses gravures dans la pierre sur un site de fouilles à Jérusalem. Ces signes, qui ont été gravés il y a des milliers d'années, ont dérouté les experts. 

 

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz.jpg

 Les marques découvertes dans la cite dé David


Les archéologues israéliens fouillant dans la partie la plus ancienne de la ville ont découvert un complexe de pièces avec trois formes en «V» sculptés dans le sol.

Il n'y avait aucun indice permettant de comprendre leur objectif ni rien quant à l'identité des gens qui les ont faits.

Certains experts estiment que les marques remonte au moins à 2800 ans et peuvent avoir contribué à maintenir en place une sorte de structure en bois. D'autres disent qu'un ancien peuple aurait pu s'en servir pour des raisons rituelles.

Le but de ce complexe de pièces est un autre aspect du mystère. Il y a des lignes droites sur les murs et les planchers: ce que les archéologues considèrent comme une preuves d'ingénierie minutieuse.
Les signes
​​se retrouvent également près de la seule source d'eau naturelle de la ville, la source de Gihon, ce qui suggère qu'elles ont pu avoir un rôle important.

Eli Shukron, co-directeur du projet qui est à l'origine de la découverte des marques, a confirmé qu'elles étaient un "peu" mystérieuses. "C'est quelque chose qui est là sur le sol, dans une salle qui remontent à la période du Premier Temple et nous ne savons pas encore ce que cela signifie", at-il ajouté.
La période du Premier Temple se réfère à une période du début de l'ancienne ville, au 10ème siècle avant l'ère chrétienne.

Les experts étant incapables de proposer une théorie sur les marques, les archéologues ont posté une photo sur Facebook et ont demandé des suggestions. Diverses opinions ont été recueillies comme des "moules dans lesquels le métal en fusion aurait pu être versé" ou d'  "anciens caractères hébreux ou égyptiens".

Ces fouilles archéologique dans la Cité de David résultent d'un projet politiquement sensible financé par le gouvernement israélien et les nationalistes juifs.
Les Palestiniens et quelques archéologues israéliens ont critiqué ces fouilles qui seraient une focalisation excessive sur les restes juifs. Les participants nient cette accusation. 

WikiStrike mène l'enquête...

Source:

 

La cité de David ?

 

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz-copie-1.jpg La Cité de David est, selon les références bibliques, l'emplacement d'origine de la vieille ville de Jérusalem à l'époque du roi David. Elle était située au sud du Mont du Temple, entre le Tyropœôn à l'ouest, et la vallée de Cédron à l'est (celle-ci la sépare de quartier arabe de Silwan, au sud-est, auquel elle est souvent assimilée).

 

Selon la Bible

 

La cité de Jébus, fondée 2000 ans auparavant par les jébuséens, fut prise selon la Bible par le roi David vers l'an 1004 av J.C.. Devenue la Cité de David, celle-ci était située au sud du mont du Temple, sur le mont Sion, et était entourée de collines tout autour d'elle (d'après le livre des Psaumes). L'emplacement de la source de Gihon est également localisée en ce lieu. C'est près de cet endroit que l'on retrouve la structure qu'Eilat Mazar identifie comme le palais de David.

 

Histoire récente

 

Pendant l'année 1882 les juifs du Yémen ont fait leur Aliyah, comme le dit le "Chir Hachirim" " Ealee Batamar"= תרמב= 1882. Ils souhaitaient s'installer à Jérusalem.

 

Parmi les juifs qui ont réussi a atteindre Jérusalem très peu avaient les moyens économiques pour louer ou acheter un appartement dans la vieille ville, et ils se sont installés dans les grottes qui dataient de l'époque du premier temple.

 

Les premiers à venir en aide aux Yéménites étaient membres situé dans le quartier de l'American Colony (aujourd'hui Sheikh Jarah), leur apportant de la nourriture, des vêtements et même de l'argent. Apprenant cela, Israel Dov Frumkin qui était le rédacteur du journal Haravatselete créa une organisation qui avait pour but de construire des logements pour des pauvres de la communauté ; ces maisons étaient construites près du mont des Oliviers en face du mont du temple sur surface acquise de 10.000 Dounams, et s'appela le village des yemenites "כפר התימנים בשילוח".

 

Le village a grandi, les familles se sont établies financièrement, ont acheté des terrains à proximité des premiers logements et construit 45 nouvelles maisons, une synagogue "Ohel Itshak, l'infirmerie Hadassa ainsi qu'une garderie et une épicerie. La communauté vivait en bons termes avec ses voisins arabes du village de Silwan.

 

Entre 1920 et 1929 et 1936 des pogroms eurent lieu dans tout le pays. Les plus meurtriers furent ceux de Hébron et de Jérusalem. Pourtant, en 1929, à Silwan, pas un seul juif ne fut molesté. Sous la direction de la famille palestinienne Ghozlan les habitants du village protégèrent leurs voisins. Afin de montrer leur reconnaissance ils rédigèrent une lettre signée par les dirigeants de la communauté : « Nous [...] devons déclarer publiquement que nous exprimons notre gratitude au cher et honnête homme, l'honorable haj Mohammed Ghozlan, un de nos respectables frères arabes, résidents du village de Shiloah-Silwan, et ses généreux amis, qui ont fait preuve d'une compassion exceptionnelle et d'une bienveillance envers leurs voisins, les résidents juifs du village de Shiloah, pendant les jours d'émeutes en 1929, quand ils n'ont pas permis aux bandes d'émeutiers de nous faire du mal... »1

 

En 1938 les britanniques n'étant plus en mesure d'assurer la sécurité des habitants juifs de Silwan, les évacuent avec la promesse formelle que dès que les événements seront passés les juifs pourront revenir dans leurs maisons.

 

Il a fallu attendre le 31 mars 2004 pour voir les premières familles juives retourner à Silwan, dans le cadre de la colonisation de Jérusalem-Est, une entreprise qui s'accélère depuis 1991, depuis que l'entreprise privée Elad exproprie des habitants palestiniens (dont la famille Ghozlan), souvent sous prétexte de faire des fouilles archéologiques (comme c'est le cas pour le quartier el Bustan, où 80 maisons sont menacées de démolition2).

 

Le village arabe de Silwan fut inclus dans les limites de la municipalité israélienne de Jérusalem après la conquête en 1967 de la vieille ville de Jérusalem. Ce village, connu auparavant sous le nom de al-Muqaddasi, possède des signes d'installation humaine datant de 1500 avant l'ère chrétienne.

 

Il faut signaler le statut particulier des Palestiniens habitant à l'est de Jérusalem à qui Israël attribue en théorie les mêmes droits sociaux qu'aux israéliens3 bien que tous soient de nationalité jordanienne, puisqu'Israël a annexé unilatéralement la ville, sans les habitants qui ne disposent que d'un permis de résidence, permis révocable par la municipalité israélienne4.

 

Sites remarquables

 

Le tunnel d'Ézéchias construit vers 700 av. J.-C. sous le règne d'Ézéchias, roi de Juda, ce tunnel aurait été creusé pour ravitailler la ville en eau durant le siège par Sennachérib et les Assyriens sur la ville.

Deux sceaux ont récemment été trouvé pendant les excavations dirigées par Eilat Mazar5.


Notes et références

 

Yemenites [archive], Alt-arch.

House demolitions in Silwan [archive], B’tselem, 2008-11-12.

Social security [archive], Btselem.

Revocation of residency [archive], Btselem

Top 8 of 2008: Archaeological Discoveries Related to the Bible [archive], Bible places.

 


Jerusalem stone carvings baffle archaeologists

 

Archaeologists have discovered mysterious stone carvings at an excavation site in Jerusalem. The carvings - which were engraved thousands of years ago - have baffled experts.

Israeli archaeologists excavating in the oldest part of the city discovered a complex of rooms with three "V" shapes carved into the floor. Yet there were no other clues as to their purpose and nothing to identity the people who made them.

Some experts believe the markings were made at least 2,800 years ago and may have helped hold up some kind of wooden structure. Others say an ancient people may have held ritual functions there.

The purpose of the complex is another aspect of the mystery.

There are straight lines on the walls and floors - something archaeologists see as evidence of careful engineering. The markings are also located close to the city's only natural water source - the Gihon spring - suggesting they may have had an important role.

Eli Shukron, a co-director of the project that found the markings, said they were a "little bit" mysterious.

"It's something that is here on the floor in this room from the First Temple period and we don't know yet what it means," he added. The First Temple period refers to a period in the ancient city beginning in the 10th century before the Christian era.

With experts unable to come up with a theory about the markings, the archaeologists posted a photo on Facebook and asked for suggestions.

Opinions ranged from the thought-provoking - "moulds into which molten metal could have been poured" - to the generic - "ancient Hebrew or Egyptian characters".

The archaeological dig is known as The City of David, a politically-sensitive project funded by the Israeli government and Jewish nationalists.

Palestinians and some Israeli archaeologists have criticised the dig for what they say is an excessive focus on Jewish remains. The participants deny that charge.

 

Source



Par wikistrike.com - Publié dans : archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés