Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L’accident nucléaire de Fukushima a aussi affecté les forêts

Publié par wikistrike.com sur 18 Novembre 2012, 21:09pm

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

 

L’accident nucléaire de Fukushima a aussi affecté les forêts


foretradio.PNGD'une gravité sans précédent depuis celle de Tchernobyl (Ukraine) en 1986, la catastrophe nucléaire de Fukushima (Japon) a aussi touché l'écosystème forestier.

Une étude de chercheurs japonais de l’Université de Tsukuba publiée dans la revueGeophysical Research Letters s’est intéressée aux conséquences de la catastrophe sur les surfaces forestières.

 

On a beaucoup parlé de l’impact de l’accident nucléaire de Fukushima sur la biodiversité marine, sans que tous les doutes aient pu être levés. Aux dernières nouvelles, les taux de radioactivité relevés sur certains poissons continuaient en tout cas, un an et demi plus tard, à dépasser de loin les seuils autorisés, ce qui donne à penser qu’il existe une source de contamination persistante dans l’océan Pacifique voisin. Les conséquences de la catastrophe sur les surfaces boisées et sur la biodiversité terrestre sont encore moins bien connues.

Il y a cependant tout lieu de croire qu’elles ont elles aussi payé un important tribut à ce drame dont on ne répètera jamais assez qu’il aurait pu être évité, pour peu que les pouvoirs publics et l’exploitant de la centrale TEPCO (Tokyo Electric Power Company),lequel s’est littéralement tiré une balle dans le pied, ne minimisent pas sciemment les risques de tsunami et prennent leurs responsabilités en matière de sûreté. Les experts précités ont pour leur part observé que le césium 137 émis en grandes quantités pendant l’accident a pour environ 60 % été capté en forêt par les cimes des conifères.

Des conséquences pour la faune, la flore et la santé humaine

Un constat fort préoccupant pour les riverains de la forêt de Tochigi, où ils ont mené leurs investigations et qui se situe à environ cent cinquante kilomètres au sud de la centrale accidentée, et pour la biodiversité même si, dans ce grand malheur, les vents dominants ont « dirigé » la radioactivité vers l’océan. Les forêts peuvent en effet « intercepter beaucoup de radioactivité dans la mesure où la surface de contact des feuilles ou des aiguilles des arbres avec l’atmosphère est plus importante que celle du sol ou des prairies », décryptent nos confrères du Figaro, qui précisent que « cette radioactivité peut être piégée pendant plusieurs années avant de se déposer au sol ».

Le césium 137 a de surcroît le tort supplémentaire de « resquiller », ne perdant la moitié de sa radioactivité qu’au bout de trois décennies, celle de l’iode 131, qui s’est lui aussi abondamment échappé, étant quant à elle divisée tous les huit jours. À terme, les sols seront donc également contaminés, ce qui présage de conséquences néfastes pour la faune, la flore et l’alimentation.

Hiroaki Kato, auteur principal de l’étude, et son équipe « proposent comme principale contre-mesure d’éclaircir la forêt pour exporter une partie de sa radioactivité, avec le risque de poser des problèmes de gestion des déchets ». Par ailleurs, « l’utilisation de bois devra être contrôlée. Brûler du bois pour se chauffer peut être interdit parce que la cendre concentre la radioactivité. L’évaluation des risques pour la santé humaine devient nécessaire aussi bien pour les promenades en forêt, la consommation de champignons, de baies ou de gibier », détaille Le Figaro. Ceux qui pensaient ne pas être concernés vont en être pour leurs frais.

 

Source: Zegreenweb

Commenter cet article

*** 20/11/2012 16:00


la radioactivité scinde/détruit la chlorophile.
Les plantes vont tourner rouges puis mourir.

Archives

Articles récents