Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le Spiegel dit "Adieu" à la Grèce !

Publié par wikistrike.com sur 13 Mai 2012, 17:10pm

Catégories : #Economie


L'Allemagne dit "Adieu" à la Grèce grâce au Spiegel 

 

adieu.jpg

 

Voilà donc que les allemands rivalisent d’ironie et d’égoïsme envers la Grèce par la voix du Spiegel qui titre ignoblement:

 

N’avais-je pas annoncé dès Février dernier que l’Allemagne était prête à la faillite grecque?

Lire en effet: 

Les semaines à venir seront extrêmement douloureuses et erratiques.

 

Source: Romandie

 

L'Allemagne largue les grecs après des années de rigueur inutile 

 

 

"Acropolis, Adieu ! Pourquoi la Grèce doit quitter l'euro", clame cette semaine la"une" du très respecté magazine allemand Der Spiegel, rejoignant le choeur des personnalités économiques et politiques allemandes qui se demandent si la sortie d'Athènes de la zone euro n'est pas la meilleure solution. Pour le"Spiegel", le doute n'est même plus de mise.
 

"En dépit de notre scepticisme, nous avions défendu jusqu'ici le maintien de laGrèce dans la zone euro", explique l'éditorial de l'hebdomadaire. "Mais depuis les élections législatives (grecques) début mai, les obsevateurs du Spiegel ont changé d'avis." "Les Grecs n'ont jamais été mûrs pour l'union monétaire et ne le sont toujours pas aujourd'hui. Les tentatives de soutenir ce pays par des réformes ont échoué", ajoute le magazine.
 

"Il est clair que la sortie (de l'euro) est dans l'intérêt des Grecs (...) Seule une sortie de la Grèce de la zone euro donne une chance au pays, dans le long terme, de se remettre d'aplomb." La sortie de la Grèce de la zone euro n'est plus un tabou depuis l'échec des tentatives de former un gouvernement d'union à Athènes à la suite des législatives du 6 mai.

Des discussions sont en cours dimanche 13 mai, mais si elles devaient échouer, un nouveau scrutin pourrait être organisé à la mi-juin, faisant planer le spectre d'une faillite du pays ou d'une sortie de l'euro.

Les derniers sondages montrent qu'une majorité de Grecs (72 %) veulent une solution "à tout prix", et qu'ils sont 78 % à vouloir un gouvernement qui fasse"tout ce qu'il faut" pour que la Grèce reste dans la zone euro. Mais paradoxalement, le parti de la gauche radicale (Syriza), hostile à l'austérité et favorable à un désengagement des plans d'aide, est favorite dans les sondages (20,5%), contre 18,1% aux conservateurs et 12,2% aux socialistes du Pasok.

 

Source: Le Monde

 

Lire aussi: http://www.gestionsuisse.com/2012/lallemagne-prete-a-la-faillite-grecque/

Archives

Articles récents