Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L'Arabie Saoudite détruit des vestiges de l'Islam dans l'indifférence

Publié par wikistrike.com sur 4 Novembre 2012, 19:19pm

Catégories : #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine

L'Arabie Saoudite détruit des vestiges de l'Islam dans l'indifférence

 

lamecque.jpg«Imaginez que l'Eglise du Saint Sépulcre à Jérusalem soit rasée et remplacée par un batiment ultramoderne en béton ayant la forme d'un vaisseau spatial… Les Chrétiens du monde entier se révolteraient et ne laisseraient pas faire… Et ils auraient un soutien massif des politiques et des intellectuels horrifiés par la perspective d'un tel acte de vandalisme culturel.» C'est ainsi que commence l'article du Telegraphqui explique que l'Arabie Saoudite est en train de détruire dans les deux plus grandes villes saintes de l'Islam, La Mecque et Médine, des vestiges d'une valeur historique inestimable dans l'indifférence la plus totale… notamment du monde musulman.

«A La Mecque, la maison d'une des femmes du prophète Mahomet a été démolie pour faire place à des toilettes publiques. Et son lieu de naissance pourrait également être rayé de la carte pour permettre la réalisation d'un projet immobilier grandiose de Grande Mosquée au côté d'un centre commercial et de gratte-ciels» écrit The Telegraph.

A Médine, un article de The Independent révèle un plan mégalomaniaque consistant à raser trois mosquées du 7ème siècle. «Il y a dix ans, une mosquée qui appartenait au petit fils du prophète a été dynamitée. Des photos de cette démolition ont été prises secrètement et sorties du pays montrant la police religieuse saoudienne célébrant la destruction» écrit The Independent. Ces destructions sont mûrement calculées. Elles visent à la fois à transformer les lieux de pèlerinage en centres touristiques de luxe avec hôtels et commerces et sont aussi liées au fait que la secte Wahabite, qui a conquis La Mecque en 1924 et dirige l'Arabie Saoudite, veut laisser une marque indélébile sur les lieux saints dont elle a la garde. Elle entend aussi empêcher qu'une trop grande révération des bâtiments ayant un lien avec le prophète conduise à l'idolâtrie.

Mais la vraie question est de savoir pourquoi personne ne proteste, ne manifeste, ne s'insurge dans le monde musulman contre la disparition d'un patrimoine historique et religieux irremplaçable. Le même monde musulman «qui s'enflamme quand des archéologues israéliens entreprenent la moindre recherche autour du Dome du Roc à Jérusalem, troisième lieu saint de l'Islam», écrit The Telegraph.

La réponse selon le quotidien britannique tient au fait que s'en prendre à Israël est facile et qu'en revanche l'Arabie Saoudite fait peur par son poids économique, financier et spirituel. L'occident n'est d'ailleurs pas plus courageux. La grande exposition au British Museum de Londres sur le pèlerinage à La Mecque qui s'est tenue de janvier à avril 2012 ne faisait aucune mention des travaux et des projets immobiliers. Elle ne signale même pas la construction de cette grande tour moderne qui défigure le site, la deuxième tour la plus haute du monde qui culmine à 600 mètres et dont le sommet en forme d'horloge évoque une «Big Ben» de Londres déformée. Elle est construite juste à côté de laKaaba, le cube noir qui est le centre des dévotions le plus sacré de l'Islam...

Photo: La Mecque, la tour à l'horloge devant la Kaaba Amr Dalsh / Reuters
Source: Slate.fr
Commenter cet article

salim 05/11/2012 01:33


Personne ne s'insurge dans le monde musulman car cet article en lui même sent la manipulation.


Cet article fait ressortir nettement qu'il y a quelque part des gens qui veulent faire monter les musulmans les uns contre les autres. Comme cela a été fait entre chiites et sunnites. Puis en
Syrie cotre les alaouites et kurdes.


Des salopards cachés quelque part tirent les ficelles en se frottant les mains.


Depuis quand des anglais, ou des chrétiens en général s'inquiètent-ils pour des sites de musulmans, alors que ce sont eux mêmes qui procédaient aux destructions. Il suffit de se rappeler de la
guerre d'Irak, d'Afghanistan, combien de mosquées détruites.

Zacharias 05/11/2012 00:57


Un semblant de vraie réponse :


Extrait lettre Liesi 264


Le secret inavouable des relations amicales entre Israël et l’Arabie Saoudite
Existe t-il des liens entre les Dönmehs et la Maison des Saoud en Arabie Saoudite comme entre les Dönmehs et la Turquie ? Le 13 mars 2008, l’Agence américaine de Renseignement pour la Défense
[U.S. Defense Intelligence Agency] publia, en langue anglaise, un rapport top-secret des Mukhabarat irakiens (Directorat du Renseignement Militaire Général) daté de septembre 2002. Il était
intitulé L’émergence du wahhabisme et ses racines historiques. On y découvre les racines dönmehs du fondateur de la secte wahhabite saoudite de l’islam, Muhammad Ibn Abdul Wahhab. Son contenu est
surtout enrichi par les études et découvertes d’un ancien espion britannique prétendant être un Azéri parlant le turc, le persan et l’arabe. Surnommé Mr. Humfer dans le rapport de la DIA, il prit
contact avec Wahhab au milieu du XVIIIe siècle. Son idée était de créer une secte islamique capable de réaliser une révolte arabe contre les Ottomans et de préparer la voie à l’introduction d’un
Etat juif en Palestine. D’autres sources précisent que le grand-père de Wahhab, Tjen Sulayman, était en fait Tjen Shulman, membre de la communauté juive de Bassora en Irak. Le rapport des
Renseignements irakiens ajoute que Shulman, banni de Damas, du Caire et de La Mecque à cause de son charlatanisme, s’établit dans ce qui est aujourd’hui l’Arabie Saoudite, où son petit-fils fonda
la secte wahhabite de l’islam. Shulman engendra Abdul Wahhab dont le fils, Muhammad, fonda le wahhabisme moderne.
Le rapport irakien épluche les racines familiales des Saoud. « Il cite le livre d’Abdul Wahhab Ibrahim al-Shammari, The Wahhabi Movement : The Truth and Roots, qui dit que le roi Abdul Aziz Ibn
Saoud, le premier monarque du Royaume d’Arabie Saoudite, descendait de Mordechaï ben Ibrahim ben Moïshe, un marchand juif également originaire de Bassora. Dans le Nedjd, Moïshe rejoignit la tribu
des Aniza et changea son nom en Markhan ben Ibrahim ben Moussa. Finalement, Mordechaï maria son fils, Jack Dan, qui devint Al-Qarn, à une femme de la tribu des Anzah du Nedjd. De cette union
naquit la future famille Saoud ». La famille Saoud chercha à assassiner les historiens enquêtant sur ses racines juives. Dans le livre de Said Nasir, The History of the Saud Family, il est
affirmé qu’en 1943, l’ambassadeur saoudite en Egypte, Abdullah ben Ibrahim al Muffadal, paya Muhammad al Tamami pour forger un arbre généalogique montrant que les Saoud et les Wahhab étaient une
seule famille qui descendait directement du Prophète Mahomet !
C’est en connaissance de cause qu’« en 1915, l’un des envoyés britanniques, l’officier juif David Shakespeare, tint ces propos à Ibn Saoud : ‘‘Je pense que c’est une garantie de votre durabilité
autant que c’est dans l’intérêt de la Grande-Bretagne que les Juifs aient un foyer national et une existence [nationale], et les intérêts de la Grande-Bretagne sont, par tous les moyens, dans
votre intérêt’’. Ibn Saoud, le descendant des Dönmehs de Bassora, répondit : ‘‘Oui, si mon acceptation est si importante pour vous, j’accepte mille fois d’accorder un foyer national aux Juifs en
Palestine ou ailleurs qu’en Palestine’’. Deux ans plus tard, le Secrétaire britannique aux Affaires étrangères Lord Balfour, dans une lettre écrite au baron Walter Rothschild, un dirigeant des
sionistes britanniques, déclara : ‘‘Le gouvernement de Sa Majesté regarde avec faveur l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif…’’. Le pacte avait l’appui tacite de
deux des acteurs majeurs de la région, tous deux descendants des Juifs Dönmehs qui soutenaient la cause sioniste, Kemal Atatürk et Ibn Saud ». C’était donc juste avant ces deux premières guerres
mondiales, dont chacune d’elles a permis de façonner la géopolitique actuelle du Moyen-Orient. Des factions oligarchiques et les pouvoirs religieux saoudiens s’étaient accordés sur une Alliance
sacrée10 avec le futur Israël. Comme cette connaissance éclaire lumineusement l’actuelle géopolitique !
Sans surprise, après la Première Guerre mondiale, les Britanniques facilitèrent l’arrivée au pouvoir du régime des Saoud dans les anciennes provinces du Hedjaz et du Nedjd de l’Empire ottoman.
Les Saoud établirent alors le wahhabisme comme la religion d’Etat du nouveau Royaume d’Arabie Saoudite.
Tandis que les Dönmehs kémalistes en Turquie s’opposaient à d’autres croyances et sectes islamiques, incluant les sunnites et les chiites, les Saoud wahhabites accomplirent les mêmes desseins
dans leur région. Finalement, on obtint un Moyen Orient fracturé, mûr pour les desseins impérialistes occidentaux. Le cadre idéal pour la création de l’Etat sioniste d’Israël, mais aussi
l’assurance de la mise ne place des conditions nécessaires pour la troisième étape du plan d’Albert Pike par celui qui se joue des fausses religions à celle du Verbe Incarné : le Prince de ce
monde. Le diable se faisant un allié de la Synagogue pour mener la gentilité vers le châtiment de la fin des temps : l’apostasie universelle de cette même gentilité. Bref, notre époque… Nous
sommes en sursis, comme l’était Jérusalem avant que la justice divine ne réduise l’orgueil des hommes à un tas de cendres. C’est exactement ce qui se produira pour l’Occident avili, avachi et
surtout apostat. Les signes s’accumulent sur la tête insouciante des hommes de la fin du temps des nations, comme c’était le cas pour les Israélites. Certains comprennent, d’autres sont
insouciants. Cela explique sans doute pourquoi ce géopoliticien d’envergure qu’est W. Engdahl écrit : « L’aventure syrienne dans laquelle le gouvernement Hollande-Fabius s’est embarqué risque de
lui exploser en pleine figure… et à la France et même au monde, si ça devient une Troisième Guerre mondiale à cause d’une erreur d’appréciation. C’est la situation la plus dangereuse que j’ai vue
dans mes 37 ans comme analyste politique ». Comme toujours, nous disons : laissons du temps au temps. Il manque encore plusieurs éléments à réaliser avant de décider l’arrêt de la publication de
LIESI et de votre abonnement. Bien au contraire, l’analyse de l’information du point de vue eschatologique devient essentielle dans le monde barbare vers lequel nous plongeons.


____________


10 Cela explique aussi la présence des familles Bush et Ben Laden au sein du conseil d’administration du Carlyle Groupe. Un Ben Laden fut accusé des attentats du 11-Septembre 2001 alors que des
agents sionistes ricanaient sans être inquiétés sur le sommet d’un immeuble après avoir pris des photos du drame : le dynamitage des tours du World Trade Center. Le Carlyle Group avait joué la
baisse à terme des compagnies aériennes et des compagnies d’assurance à Wall Street une semaine avant l’événement qui justifia cette bonne GUERRE AU TERRORISME. Il ne fut jamais inquiété par les
autorités boursières américaines (SEC)… Cherchez à qui profite le crime.

ibn abdillah 04/11/2012 22:08


"Mais la vraie question est de savoir pourquoi personne ne proteste, ne manifeste, ne s'insurge dans le monde musulman contre la
disparition d'un patrimoine historique et religieux irremplaçable. Le même monde musulman «qui s'enflamme quand des archéologues israéliens entreprenent la moindre recherche autour du Dome du
Roc à Jérusalem, troisième lieu saint de l'Islam»"


 


Sachez que dans l'islam, on ne tient aucune importance aux vestiges, objets personnels ou maison ou autre, cela nous été en aucun
cas demandé par Allah danns son qur'an ou dans la sunna de notre prophète (paix et bénediction sur lui) de les garder ou d'en faire des vestiges, de peur d'en faire des lieux où les gens se
recueilleraient ou porteraient une adoration pour autre qu' Allah. De plus, par rapport à la mosquée sacrée ( Al-Aqsa) qui se trouve à Jerusalem cela est autre chose, c'est un lieu d'adoration
c'est à dire de prière et d'invocation et surtout la 3ème mosquée sacrée de l' islam.


 


Merci de votre compréhension.


 



Archives

Articles récents