Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L’Argentine montre l’exemple… et les politiciens européens font des courbettes devant le cartel bancaire

Publié par wikistrike.com sur 3 Mai 2012, 09:34am

Catégories : #Economie

L’Argentine montre l’exemple… et les politiciens européens font des courbettes devant le cartel bancaire

 

carlos-menem.jpgEn 1922, est fondée la société YPF en Argentine. C’est la première compagnie pétrolière publique en Ibéro-Amérique. Elle doit alors devenir un catalyseur stratégique pour le développe­ment industriel du pays. En 1993, elle est privatisée par le prési­dent Carlos Menem, puis vendue à Repsol en 1998.

Liée entre autres aux intérêts britanniques, la direction espagnole de Repsol décida de dépouiller cette société. Fait admis par leFinancial Times de Londres reconnaissant “que l’espagnole l’utilisait comme une vache à lait afin de réinves­tir les profits ailleurs dans le monde”. L’absence d’investissement et de nouveaux forages avait créé une telle pénurie de pétrole et de gaz que l’Argentine fut obligée, en 2011 et ce pour la première fois en 17 ans, d’importer l’un et l’autre, en dépit de ses ressources abondantes. (EIR).

Le 16 avril 2012, la présidente argentine Cris­tina Fernandez de Kirchner a annoncé qu’elle venait de signer un décret expropriant 51% de la compagnie pétrolière YFP sur les 56% détenus par la société espagnole Repsol depuis 1998. Ceci afin de permettre au pays de retrouver sa “souveraineté en matière d’hydrocarbures” et d’assurer le développement futur de la nation. « Les actions de la Présidente rappellent celles prises par feu son mari, l’ancien président Nestor Kirchner, en 2005, lorsqu’il annonça une restructuration de la dette imposant aux créan­ciers une réduction de 75%, faisant valoir que le peuple passait avant les créanciers internationaux. En 2006, Kirchner a fini par rembourser les fonds dus par l’Argentine au FMI, déclarant qu’’il existe une vie après le FMI, et cette vie est bonne’ ».

Cette décision courageuse sera-t-elle suivie par d’autres pays comme la Grèce et l’Espagne (et bien d’autres qui seront dans une situation similaire prochainement), qui passent sous le rouleau compresseur des pieuvres du cartel bancaire ? Est-ce le début d’une révolte des dirigeants contre les sociétés secrètes qui mènent notre monde ? Tout dépend du courage de ceux qui mènent (officiellement) ces pays mais qui ont souvent fait allégeance pour exercer des fonctions gouvernementales. S’agissant de l’Argentine, cela fait déjà pas mal d’années que la Haute finance anonyme et vagabonde a quelques soucis avec ses dirigeants.

Pas étonnant, dans ce paradigme, que cette bonne employée du cartel bancaire qu’est C. Lagarde soit montée au créneau de la présidence du FMI pour qualifier d’’’odieuses’’ toute comparaison entre la Grèce et l’Argentine ou l’idée que la Grèce adopte une restructuration similaire de sa dette. Dans la foulée, les pions politiques du cartel ont reçu une piqûre de rappel pour exprimer leur allégeance en menaçant d’isoler l’Argentine et de la laisser se débrouiller toute seule. Pour cette classe politique européenne corvéable, qui s’en met plein les poches (peu importe leur étiquette): servir la communauté bancaire est bien plus important que se soucier du bien commun des populations.

C’est ainsi que «le secrétaire du Foreign Office William Hague a promis que la Grande-Bretagne coopérerait avec l’Espagne et nos partenaires de l’UE pour s’assurer que les autorités argentines respectent leurs obligations et engagements internationaux». (Ainsi, ceux-là mêmes qui exigent une austérité meurtrière en Espagne volent au secours des intérêts financiers espagnols.) (Source : Strategic Alert)

Source : Liesi

Commenter cet article

Blog archives

Recent posts