Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L’augmentation des allergies n’aurait rien à voir avec l’exposition aux maladies ou à être trop hygiénique

Publié par wikistrike.com sur 8 Octobre 2012, 06:43am

Catégories : #Santé - psychologie

 

 

L’augmentation des allergies n’aurait rien à voir avec l’exposition aux maladies ou à être trop hygiénique


couloir-stéril

Dans les années (19)80, des scientifiques ont suggéré que la hausse soudaine du nombre de personnes souffrant d’allergies correspondait au fait de vivre dans des maisons stériles et d’entretenir des pratiques d’hygiène trop zélées. On a estimé que notre système immunitaire n’étaient pas assez exposé à des infections. Une récente étude (lien plus bas) indique cependant que cette “hypothèse de l’hygiène” est fausse et qu’il n’existe aucun lien avec cette pratique. Au lieu de cela, les chercheurs ont présenté une nouvelle théorie, celle qui lient les allergies et d’autres maladies avec notre manque d’exposition à l’humain, l’animale et aux microbes de l’environnement.

Ce nouveau rapport nous vient de l’International Scientific Forum on Home Hygiene (IFH), dirigé par Sally Bloomfield et Rosalind Stanwell-Smith. Ils soutiennent que “l’hypothèse de l’hygiène” est trompeuse et que c’est donner à la population une fausse idée sur la façon dont les allergies font leur apparition à des taux significatifs. En outre, comme les chercheurs l’ont déclaré dans un communiqué de presse :

Si se soucier “d’être trop propres”  amène des personnes à s’exposer inutilement, eux-mêmes et leurs enfants, à des agents pathogènes qui peuvent les rendre malades, ce serait évidemment dangereux.

En effet, la pensée conventionnelle depuis ces vingt dernières années veut qu’une plus faible incidence d’infection dans la petite enfance (principalement par le contact avec des frères et sœurs et d’autres insalubres) puisse être une des causes de l’augmentation des maladies allergiques et de l’asthme. Les auteurs mettent en garde, cependant, qu’aucun lien de causalité n’a jamais été correctement établi reliant les maladies infectieuses à la capacité du système immunitaire pour les repousser.

Cela dit, les auteurs reconnaissent l’importance des microbes. Et en fait, leur recherche montre que la vie moderne a engendré des niveaux dangereusement faibles d’exposition aux microbes, l’hypothèse des “vieux amis”, qui ne sont pas seulement importants pour la bonne régulation des allergies, mais pour éloigner les maladies inflammatoires chroniques telles que diabète de type 1 et la sclérose en plaques.

Les “vieux amis” sont décrits comme une variété d’espèces d’organismes inoffensifs qui habitent dans des environnements fermés et en plein air, aussi bien que sur la peau, dans l’intestin et dans le système respiratoire des humains comme des animaux.

L’augmentation des allergies et des maladies inflammatoires semble en partie liée à la perte graduelle de contact avec la gamme de microbes avec laquel notre système immunitaire a évolué, à partir de “l’âge de pierre". Ce n’est que maintenant que nous observons les conséquences de cela, sans doute aussi entrainées par des prédisposition génétique et une série de facteurs dans notre vie moderne, notre mode d’alimentation, la pollution et l’inactivité.

Et en effet, l’idée que nous devrions nous exposer aux microbes appropriés est compatible avec les dernières réflexions sur la flore intestinale et du bon maintien de l’intégrité et de la diversité globale du microbiome humain, la science démontre, de plus en plus, l’importance des microbes dans leur rôle crucial pour la régulation de notre système immunitaire.

Les microbes en question comprennent ceux auxquelles les humains ont régulièrement été exposés avant le 19ème siècle et au cours de l’ère paléolithique. Les auteurs soutiennent que ces microbes ne sont plus présents dans nos maisons et non à cause de nos pratiques de nettoyage (même si c’est difficile à croire). Ils suggèrent que les maisons modernes ont une plus faible diversité des microbes, mais contiennent encore des bactéries, des virus, des champignons, des moisissures et des acariens.

Et pour les microbes auxquelles nous devrions être exposés, les chercheurs suggèrent que les milieux ruraux détiennent "le bon type de saleté." Quant à savoir comment nous pourrions aller à ce sujet, cependant, est une question qui reste sans réponse. Pour Lire l’intégralité de l’étude : The Hygiene Hypothesis and its implications for home hygiene, lifestyle and public health (PDF).

Et votre Guru rajoutera au moins deux de ces articles qui vantent les méritent de la présence de nos amis microbiens : comment les germes régulent à vie le système immunitaire des enfants ? et les microbes sur notre peau nous aident à vaincre les maladies.

 

Source: Gurumed

Commenter cet article

la y a de l'abus.?. 09/10/2012 06:29


Reflexion intéressante , Merci Eric.

La question est à se poser sur ces vaccins " pas cher , pas efficace " qu'on booste avec n'importe quoi... 

Eric 08/10/2012 15:53


Sans parler des vaccins...


L'alergie aux oeufs est-elle dûe à l'incubation de virus dans les oeufs ? http://www.terrenature.ch/nature/01042010-0000-les-vaccins-naissent-dans-les-oeufs.


L'alergie au beurre d'arachide est-elle dûe aux vaccins contenant de l'huile d'arachide ? http://www.neosante.eu/?p=1957.


On a pas tous la même "réponse" aux vaccins...

bef 08/10/2012 13:43


@Tipol


Merci pour ces précisions!

Tipol 08/10/2012 09:38


Nan ! Les gens se laissent tous prendre pour des imbéciles; tous les politiciens en premier lieu qui se laissent manipuler ou corrompre par les lobbies, l'industrie, et la finance.
Toute l’argumentation ne tient qu'à culpabiliser les gens de leurs vie, et à leur vendre des solutions inutiles.
Les raisons médiatisées des allergies qui se répandent actuellement sont données par des docteurs... en finance.
S'il y a des allergies, c'est juste qu'il y a des allergènes.
S'il y a un nombre important de gens allergiques, ou malades, c'est que les allergènes sont répandus et massifs.
Il y a juste à les éliminer de la vie, sans concession, et sans culpabiliser.
Mêmes les médecins ne sont pas conscient des vraies causes du drame planétaire.
-
Rien que les lessives, par exemple, un nombre incroyable et non connu de gens réagissent aux allergènes des lessives, mais ne le savent pas.
On entre même plus dans la catégorie de substance potentiellement allergènes, ni connues pour être allergènes, mais massivement allergènes discrètes.
Le non allergique est l'exception.
De nombreuses substances apparues font réagir quasiment tout le monde, mais... les gens ne s'en rendent pas compte.
Les réactions allergiques les plus dangereuses ne sont pas les plus spectaculaires, ce sont les sournoises qui ne se voient pas, ne se détectent pas, qui sont au long court, au quotidien.
Le linge contaminé fatigue, épuise, rend stressé, rend déprimé, fait grossir, donne des sensations vertigineuses,... et personne ne soupçonne une cause allergique.
Quand la vie semble difficile, pourrie, de façon durable, et sans raison apparente, il faut penser aux allergènes silencieux et sournois de l'allergie non ponctuelle, mais continue.
L'organisme ne doit alors pas faire face à une grosse attaque ponctuelle, mais à un harcèlement permanent, il s'en défend, et s'épuise.
Il faut étendre la notion médicale d'allergie à une notion simplement, populaire et linguistique de tas de saletés qui pourrissent la vie partout, qui tuent toute la planète.
Parce que les labos, les industries, eux, quand ils parlent d'allergie, c'est au sens médical très réducteur, pas au sens populaire.
L'industrie désigne l'allergie coupable unique, et masque toutes les autres causes, les empoisonnements, les dérégulateurs, les endocriniens, les neurotoxiques...

Archives

Articles récents