Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

"L'éclatement de la zone euro est possible... Mais il s'accompagnera d'une baisse de 40% des niveaux de vie actuels"

Publié par wikistrike.com sur 2 Août 2013, 07:40am

Catégories : #Economie

L'éclatement de la zone euro est possible... Mais il s'accompagnera d'une baisse de 40% des niveaux de vie actuels

 

 

 

bask_woman_sorting_garbage--1-.jpgAu cours d’une interview qu’il a accordée au journal allemand Süddeutsche Zeitung, l’économiste américain James Galbraith a averti de l’imminence d’une nouvelle crise grave dans la zone euro, qui sera déclenchée par la situation en Grèce. Pour Galbraith, la vente infructueuse du monopole gazier grec à la firme russe Gazprom est révélatrice de l’arrivée à un point de rupture :

« Le gouvernement grec a été incapable de vendre son monopole gazier à Gazprom pour une somme très modeste, parce que les analystes de Gazprom croient, à juste titre, qu’ils ne peuvent pas se fier aux prévisions de recettes du monopole du gaz. Ai-je précisé qu’il s’agit d’un monopole ? (...) Sur quelle base un gouvernement rationnel se met-il à vendre un monopole gazier pour les liquidités que cette vente lui rapporteront ? La seule réponse raisonnable est: quand il a besoin d'argent immédiatement et qu’il pense qu'il ne survivra plus très longtemps, parce que le monopole du gaz produit un flux continuel de recettes, à moins que vous ne le vendiez, et dans ce cas, il quitte le giron de l’Etat. La situation actuelle telle que le gouvernement grec la voit est absolument claire.

Mais comme ils ne sont pas parvenus à vendre le monopole du gaz, six heures plus tard et sans réunion de cabinet ni de débat ou vote parlementaire, ils ont fermé la chaîne de télévision et de radio publique, visiblement pour économiser 200 à 250 millions d’euros sur une année pour satisfaire une demande arbitraire de ce montant de la troïka et pour montrer à quel point ils étaient déterminés et fermes ».

Selon Galbraith, la Grèce va retourner très rapidement à un état de faillite:

« Il y a cette notion que la Grèce détient une formule qui lui permettra de retrouver sa compétitivité. Mais il y a un malentendu concernant ce en quoi l'économie grecque consiste. L'industrie première est le fret maritime, la seconde est le tourisme. Le fret maritime est un phénomène mondial qui dépend entièrement du trafic mondial des marchandises et des services. Et le tourisme dépend entièrement, entre autres choses, des Allemands et des Britanniques ».

Galbraith pense que la chute d'Athènes va probablement être causée par la politique. Il donne pour exemple le départ du gouvernement de l’un des partis de la coalition au pouvoir, qui a réduit la majorité du gouvernement à trois sièges. Il se demande si la meilleure chose pour l’Europe ne serait pas l’accession au pouvoir en Grèce du parti d’extrême gauche Syriza, parce qu’il s’agit d’un parti pro-européen, contrairement à ce que l’on a pu dire. Le gouvernement actuel se dirige rapidement vers un effondrement. En Grèce, les gens sont à bout, et compte tenu de ce stress social et le point de rupture n’est plus très loin. Et il déclencherait rapidement des attaques spéculatives qui s’étendraient rapidement à d’autres pays en situation de stress social, tels que l'Espagne et le Portugal, sous la forme d'une ruée bancaire.

Bruxelles ne dispose plus que de peu de temps, affirme Galbraith. Mais la vitesse n'est pas le fort de l’UE :

« Bruxelles a une large classe politique de gens bien intentionnés avec des visions utopiques. Ils ne sortent pas autant qu'ils le devraient pour voir ce qui se passe réellement. Et il y a aussi une tendance à penser que la Grèce, eh bien, elle est loin, et que le reste d’entre nous ne sera pas affecté si la Grèce coule. Mais moi je dis, donnez-moi un exemple d'une union politique ou d’une confédération qui est parvenue à rester intacte après le départ de l’une de ses parties ».

Galbraith lui-même s’est rendu en Grèce : « Il y a deux choses qui témoignent de la situation du pays. L’une, c’est que dans les rues d’Athènes, vous voyez des personnes âgées fouiller les poubelles à la recherche de nourriture. Vous voyez des tas et des tas de gens dormir dans les rues, c’est une vision très déprimante. Vous voyez aussi des kilomètres de vitrines de boutiques vides. Et vous voyez des boutiques de prêts sur gage, des chaînes de boutiques de prêts sur gage, et parfois ce sont les seules entreprises viables à occuper des immeubles de bureaux plutôt laids qui auraient été vides autrement. (…) L’autre chose que j’ai vue, à l’extérieur des bureaux de l’ERT (la chaîne de télévision et de radio publique) (…) c’est cette atmosphère de, je ne l’appellerai pas manifestations, que nous avons ici, ‘nous sommes ici parce que nous voulons protéger, nous n’allons pas permettre cette fermeture de la chaîne de télévision et de radio publique, et donc nous sommes ici pour nous interposer entre le personnel à l’intérieur et les forces de l’ordre à l’extérieur' ».

« Pour ramener cela au 20ème siècle, la Yougoslavie a implosé juste après le départ d’une seule république, qui était la Slovénie. Et l'Union soviétique a cessé d'exister après le départ des pays baltes, qui étaient minuscules en comparaison avec l’ensemble. Une fois qu’une partie d'une entité est jetée dehors, vous avez un processus cumulatif qui peut aller très très vite ».

Le seul pays qui peut sauver l'Europe est l'Allemagne, estime Galbraith. Après les élections, la chancelière Merkel doit évoquer la possibilité d’une nouvelle et importante restructuration de la dette grecque et la mise en oeuvre d’un plan  européen de programmes d'investissements. Si l’Allemagne s’y refuse, les conséquences d'un éclatement de l'Europe lui seront fatales :

 

« Si vous voulez la dislocation, vous pouvez, mais le prix est énorme. Il a été de 40% au cours d’expériences récentes que nous avons eues. C’est donc une bonne référence pour ce qui pourrait arriver au niveau de vie si vous décidiez subitement de revenir à des contrôles de capitaux, des barrières douanières et de procéder à la nationalisation des industries. Et bonne chance pour essayer de construire des industries nationales capables de concurrencer les industries allemandes hautement compétitives, mais qui n’auront plus de marché parce que plus personne ne sera capable d’acheter leurs biens (du fait du renchérissement du mark après la dislocation de l’euro, ndlr) ».  

 

Source

Archives

Articles récents