L'effondrement de l'économie américaine et la "fin du monde"

 

statutdeladictature.jpgTraduit par Résistance 71 


Dans une colonne récente, "Le monde peut-il survivre la déception de Washington ?", j'avais promis d'examiner si l'économie américaine allait s'effondrer avant Washington dans son effort de poursuite de l'hégémonie mondiale qui nous amène à la confrontation avec la Russie et la Chine. Ceci va sûrement devenir un sujet intarissable sur ce site internet, ainsi donc cet article ne constitue pas le dernier mot sur le sujet. Washington est en guerre depuis Octobre 2001 et que le président George W. Bush conconcta une excuse pour ordonner l'invasion de l'Afghanistan. Puis cette guerre fut mise sur un strapontin lorsqu'il concocta une autre excuse pour l'invasion de l'Irak en 2003, une guerre qui s'est déroulée sur une période de 8 ans sans succès signifiant et qui a laissé l'Irak dans un chaos total avec des douzaines de morts et de blessés chaque jour qui passe, un nouvel homme fort à la place de celui qui fut illégalement exécuté et la forte possibilité que la violence ne dégénère en guerre civile. Dès son élection, le président Obama envoya, de manière inconsidérée, plus de troupes en Afghanistan et renouvela l'intensité de cette guerre, maintenant dans sa 11 ème année, et ce sans succès. 


Ces deux guerres ont coûté très cher. D'après des estimations de Joseph Stiglitz et de Linda Bilmes, lorsque l'on compte tous les frais, l'invasion de l'Irak a coûté aux contribuables américains 3000 milliards de dollars. Idem pour la guerre en Afghanistan. En d'autres termes, ces deux guerres inutiles ont doublé la dette publique américaine. Ceci est la raison pour laquelle il n'y a pas d'argent pour la sécurité sociale, le medicare, medicaid, les bons repas et tickets de vivres, l'environnement et le filet de protection sociale. 

Les Américains n'ont absolument rien tiré de ces guerres, mais comme la dette encourue pour celles-ci ne sera jamais payée, les contribuables américains actuels et leurs descendants devront continuer à payer les intérêts sur 6000 milliard de dollars de dette de guerre à perpétuité. Comme ceci ne suffit bien évidemment pas, le régime Bush/Obama continue des opérations militaires en violation complète de la loi internationale au Pakistan, au Yémen, en Afrique, a organisé le renversement du gouvernement libyen par conflit armé, est en ce moment même en train d'essayer de renverser le gouvernement de la Syrie et continue de pousser ses forces militaires contre l'Iran. Trouvant les ennemis musulmans que Washington s'est créé pas suffisant pour ses énergies et budget, Washington a encerclé la Russie de bases militaires et fait de même pour la Chine. Washington a annoncé que le gros de ses forces navales sera transféré dans le Pacifique dans les quelques prochaines années, est en train de reconstruire sa base navale aux Philippines, en construit une nouvelle sur une île de la Corée du Sud, acquiert une base navale au Vietnam ainsi que des bases aériennes et de troupes au sol dans le reste de l'Asie. Washington essaie en ce moment même d'acheter par voies de corruption une ancienne base aérienne qu'elle utilisait en Thaïlande durant le guerre du Vietnam. 

Il y a de l'opposition dans la mesure où le pays ne veut pas être aspiré dans le conflit orchestré par Washington contre la Chine. Minimisant la véritable raison pour récupérer cette ancienne base, Washington a dit au gouvernement thaïlandais, d'après la presse thaïlandaise, que "la base était importante à des fins humanitaires". Cela n'a pas pris, alors Washington et la NASA ont demandé de concert que la base soit mise à leur disposition afin de mener des "expériences météorologiques". 

Cette nouvelle ruse sera t'elle suffisante ?.. Cela reste à voir. Les fusilliers marins américains ont été envoyés en Australie et un peu partout en Asie. Museler la Russie, la Chine et l'Iran est une tâche énorme pour une nation qui est financièrement en banqueroute. Entre les guerres et les banksters, le régime Bush/Obama a réussi à doubler la dette nationale tout en étant incapable de redresser l'économie maintenant en état de désintégration complète et soulager la misère grandissante du peuple américain. Les graphiques ci-dessous proviennent de www.shadowstats.com.

Le déficit du budget américain s'ajoute à une dette accumulée de 1500 milliards de dollars annuels avec aucune perspective de diminution. Le système financier est détruit et demande des injections d'argent en permanence sous la forme de plan de sauvetage. L'économie a explosé et n'a pas été capable de fournir des emplois à hauts revenus, de fait, de créer même quelques emplois signifiant. Malgré des années de croissance démographique, l'emploi salarié est à la mi-Juin 2012 au même niveau qu'il ne l'était en 2005 et très largement en dessous de ce qu'il était en 2008. Et pourtant le gouvernement et ses médias de la pressetituée continuent à nous matraquer du fait que nous serions en période de convalescence, de récupération. D'après les statistiques du bureau national de l'emploi, il y avait en 2011, 1 million d'emplois de plus qu'en 2002. Sachant qu'il faut créer 150 000 emplois nouveaux par mois pour rester à niveau avec l'augmentation de la population, ceci nous laisse un déficit d'emploi sur une décennie de l'ordre de 15 millions d'emplois. 

Les taux de chômage et d'inflation réels sont bien plus hauts que ceux officiellement rapportés. Dans de précédents articles, j'avais expliqué en me basant sur les travaux du statisticien John Williams de shadowstats.com, les raisons du pourquoi les chiffres officiels des manchettes de journaux et de télé étaient de grosses sous-estimations. La statistique U3 du taux de chômage officiel à 8,2% ne tient pas compte des travailleurs qui ont arrêtés de chercher un emploi. Le gouvernement a un autre indice (U6) qui est très rarement publié, celui qui tient compte des travailleurs découragés sur le court-terme, ce taux est de 15%. Quand on y ajoute ceux qui ne cherchent plus d'emplois depuis plus longtemps, la taux de chômage aux Etats-Unis est aujourd'hui de l'ordre de 22%, un chiffre bien plus proche de celui de la grande dépression économique des années 1930 que des taux impliquant les quelques récessions de l'après guerre. Les changements de manière de calcul du taux d'inflation ont détruit l'Index de consommation (CPI), comme mesure de calcul du coût de la vie. 

La nouvelle méthodologie est basée sur la substitution. Si le prix d'un article de l'index augmente, un prix alternatif plus bas prend sa place. De plus, des hausses de prix sont étiquettées sous la forme d'une augmentation de la qualité, que ce soit vrai ou pas et ne figurent ainsi pas dans l'index CPI. Les gens doivent toujours payer plus cher, mais cela n'est pas compté comme inflation. En ce moment, le taux de substitution de l'inflation est de l'ordre de 2% ; mais lorsqu'on mesure le taux d'inflation en comparaison du véritable coût de la vie, le taux d'inflation réel est de 5%. L'index de misère est la somme des taux de chômage et d'inflation. Celui-ci dépend actuellement de l'utilisation ou non des mesures bidouillées, ce qui sous-estime l'index de misère, ou si on utilise les anciennes mesures qui le mesure de manière précise. Avant l'élection de Novembre 1980, l'index de misère aux Etats-Unis parvint à 22%, ce qui fut une des raisons essentielles de la victoire de Reagan sur le président Carter. 

Aujourd'hui, si nous utilisons l'ancienne méthodologie, l'index de misère est à 27%. Mais si on utilise les nouvelles mesures bidouillées, il n'est que de 10%. La sous-estimation de l'inflation sert à fortifier le PIB. Le PIB est calculé en dollars actuels. Pour être capable de savoir si le PIB a augmenté à cause de la hausse des prix ou à cause d'une véritable ferveur économique, le PIB est dégonflé par le CPI. Plus le taux d'inflation est haut, moins l'augmentation est réelle et inversement. Lorsque la méthodologie de substitution est utilisée pour mesurer l'inflation, l'économie américaine a expérimenté alors une véritable augmentation dans ce début de XXIème siècle à l'exception d'une forte baisse dans la période 2008-2010. Mais si la méthodologie basée sur le coût de la vie est utilisée, à part une très courte période en 2004, l'économie américaine n'a pas enregistré de croissance depuis l'année 2000. Dans le graphique ci-dessus, la mesure la plus basse (bleue) du véritable PIB est dégonflée avec la méthodologie incluant le coût de la vie. La mesure la plus haute du PIB (rouge), dégonfle le PIB en utilisant la méthode de substitution. Le manque d'emplois et de véritable croissance du PIB vont de paire avec le déclin du véritable revenu moyen des ménages.

L'augmentation de la dette des consommateurs a compensé le manque d'augmentation des revenus et cela a maintenu l'économie jusqu'à ce que les consommateurs aient épuisé toutes les possibilités de s'endetter encore plus. Avec le consommateur annihilé, l'espoir de recroissance économique est très très mince. Les politiciens et la réserve fédérale rendent cet état de fait encore pire. A une époque de chômage intensif, et de ménages sous pression par la dette, les politiciens au niveau local, de l'État, ou fédéral font des coupes drastiques dans les budgets pour la santé, les retraites, les tickets de vivres, les allocations logement et bien d'autres éléments du filet de sécurité sociale. Ces coupes bien sûr, réduisent encore plus la demande et la capacité monnétaire des Américains à simplement survire. Le réserve fédérale a des taux d'intérêts si bas, que les retraités et ceux qui vivent de leurs économies ne peuvent plus rien gagner de leur argent placé. Les taux d'intérêts payés sur les bons du trésor sont plus bas que le taux de l'inflation. 

Pour vivre des revenus d'intérêts, une personne doit acheter de la dette grecque, italienne ou espagnole et prendre le risque de perdre du capital investit. La politique de la réserve fédérale à taux d'intérêt négatif, force les retraités à dépenser leur capital afin de pouvoir vivre. En d'autres termes, la politique de la réserve fédérale détruit les économies personnelles des épargnants alors que ceux-ci sont obligés de dépenser leur capital afin de couvrir leur coût de la vie. En Juin, la réserve fédérale a déclaré qu'elle allait continuer sa politique de descente des taux d'intérêts, cette fois-ci en se concentrant sur les bons du trésor à long terme. 

La réserve fédérale a dit qu'elle achèterait 400 milliards de dollars de bons du trésor à 30 ans. Tirer les taux d'intérêts vers le bas veut dire augmenter le prix de l'obligation. Avec des obligations sur 5 ans ne payant que 7/10 d'un pourcent et des bonds à 10 ans ne payant que 1,6%, sous le taux officiel d'inflation, les Américains maintenant désespérés de générer quelques revenus sur leurs investissements se rabattent sur les obligations à 30 ans qui paient actuellement 2,7% d'intérêts. Mais le prix de l'obligation étant très haut, cela peut générer des pertes de capital. La monétisation de la dette de la réserve fédérale ou une chute de la valeur d'échange du dollar alors que des pays sortent du dollar pour ajuster leur compte de paiements, pourraient déclancher une inflation qui serait vite hors de contrôle de la réserve fédérale. Lorsque les taux d'intérêts montent, les prix de l'obligation descendent. En d'autres termes, les bons du trésor sont maintenant la bulle que représentaient l'immobilier, la bourse et les marchés dérivés auparavant. Lorsque cette bulle va exploser, les Américains en seront pour un nouveau choc dans leurs biens et économies. Cela n'a aucun sens d'investir dans des obligations à très long terme à taux d'intérêt négatif alors que le gouvernement accumule de la dette que la réserve fédérale monétarise et que les autres nations se retirent de l'inondation de dollars. 

La possibilité d'une augmentation de l'inflation est très importante dès lors que la dette est monétarisée ainsi que par l'exposition à une baisse de la valeur d'échange du dollar. Quoi qu'il en soit, les gérants de portefeuilles d'obligations se doivent de suivre le troupeau vers des maturités à bien plus long terme, ou voir leur performance en comparaison de leurs pairs descendre au fin fond des classements. 

Quelques investisseurs particuliers et des banques centrales étrangères, anticipant la perte de valeur du dollar, accumulent des lingots d'or et d'argent. Réalisant le danger pour le dollar et sa politique pour l'augmentation rapide du lingot depuis 2011, la réserve fédérale a contrecarré cela. Quand la demande physique du lingot fait monter le prix, des ventes de lingots sur le marché papier sont utilisées pour tirer les prix vers le bas. De manière similaire, lorsque les investisseurs commencent à fuir les bons du trésor, causant une augmentation du taux d'intérêt, JP Morgan et autres dépendances de la réserve fédérale, vendent du taux-d'intérêt swaps, ainsi contre-balançant l'effet sur les taux d'intérêt et les ventes d'obligations. (Gardez présent à l'esprit que les taux d'intérêt montent lorsque le prix des obligations chutent et vice versa). Le fait de savoir cela fait comprendre que mis à part le 1% de possédants, les revenus et la richesse des Américains subissent des chutes dramatiques dans les grandes largeurs. 

De 2002 à 2011, l'économie a perdu 3,5 millions d'emplois manufacturiers. Ces boulots furent remplacés par des petits boulots à bas salaires de serveuses et de barmen (1 189 000), des boulots de services de santé ambulants (1 512 000) et des boulots d'assistance sociale (578 000). Ces boulots de remplacement dans les services domestiques veulent dire que sur une base nette, le revenu du consommateur américain est sorti du pays. De manière claire et évidente, la délocalisation du travail a diminué le revenu à disposition de la consommation états-unien ainsi que le PIB, et de concert l'emploi. Malgré le manque fondamental d'une base économique solide, les aspirations hégémoniques de Washington demeurent inchangées. D'autres pays sont grandement amusés de l'inconscience de Washington. La Russie, la Chine, l'Inde, le Brésil et l'Afrique du Sud (BRICS) forment un accord pour abandonner le dollar US comme monnaie de règlement international entr'eux. 

Le 4 Juillet le quotidien China Daily a rapporté: "Des politiciens japonais et d'éminents universitaires chinois et japonais ont insisté Mardi pour que Tokyo abandonne sa politique étrangère rétrograde de pencher vers l'occident et d'accepter la Chine comme un partenaire clé aussi important que les Etats-Unis. Le consensus de Tokyo, une déclaration commune publiée à la fin du forum Pékin-Tokyo, a aussi appelé les deux pays à augmenter leurs échanges commerciaux et de promouvoir un accord de libre-échange entre la Chine, le Japon et la Corée du Sud." 

Ceci veut dire que le Japon entre en lice. 

Le gouvernement chinois, bien plus intelligent que celui de Washington, répond aux menaces militaires de Washington en écartant deux de ses plus grands alliés asiatiques. Alors que l'économie chinoise est maintenant aussi importante que celle des Etats-Unis et possède une base bien plus solide, et alors que le Japon a maintenant bien plus d'échanges commerciaux avec la Chine qu'avec les Etats-Unis, la séduction est tentante. De plus, la Chine est voisine, Washington lointaine et noyée dans son arrogance. Washington qui a fait un bras d'honneur à la loi internationale et à sa propre loi et constitution, avec son arrogance et ses multiples guerres inutiles et illégales et avec ses certitudes d'avoir le droit de faire assassiner ses propres citoyens et ceux de ses alliés comme le Pakistan, ont fait des Etats-Unis un état paria. 

Washington contrôle toujours ses marionnettes de l'OTAN qu'elles a achetées et continue de soudoyer, mais ces marionnettes sont submergées par des problèmes de dettes dérivatives que leur a amené Wall Street et par leurs dettes souveraines, dont quelques unes furent couvertes par Goldman Sachs de Wall Street. 

L'Europe est suspendue dans le vide et n'a pas d'argent pour financer les guerres hégémoniques de Washington. 

Washington devient un élément détesté et isolé de la communauté mondiale. Washington a acheté l'Europe, le Canada, l'Australie, l'ancien état soviétique de Géorgie (et presque l'Ukraine) et la Colombie. Et elle continue ses efforts pour acheter le reste du monde, mais les sentiments se retournent contre l'état gestapiste qui s'est montré être sans loi, sans pitié et totalement indifférent voire même hostile, à la vie humaine et aux droits de l'Homme. 

Un gouvernement, dont l'armée fut incapable d'occuper l'Irak avec l'aide du Royaume-Uni, après huit ans et fut obligé de mettre fin au conflit en faisant payer les "insurgés" par son armée afin qu'ils arrêtent de tuer des soldats américains et un gouvernement dont l'armée a été incapable de mettre à mal quelques milliers de Talibans légèrement armés après 11 ans, est très certainement au delà de ses capacités quant à organiser une guerre contre l'Iran, la Russie et la Chine. 

La seule chance de Washington de prévaloir dans ce conflit qu'elle semble vouloir, serait d'utiliser la première les armes nucléaires, en prenant ses opposants diabolisés par surprise en les vitrifiant. En d'autres termes, en éliminant toute vie sur terre. Est-ce là le programme de Washington révélé par le va t'en guerre néoconservateur Bill Kristol, qui n'a eu aucune honte à demander publiquement:"Pourquoi avoir des armes nucléaires si vous ne pouvez pas les utiliser ?"

 

Source: Global Research

Tag(s) : #Economie
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog