Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Info WikiStrike : l'Etat russe vire les banques étrangères pour sauver son système bancaire

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 20 Septembre 2011, 10:21am

Catégories : #Economie

Info Wikistrike :

VTB sauve le secteur financier au profit de l'Etat russe, au détriment du secteur privé et des établissements étrangers.

 

bank-mos-468

 

 

La banque d' État VTB, deuxième établissement du pays après Sberbank, a finit par prendre le contrôle de la Banque de Moscou, la cinquième banque du pays. Cette dernière était depuis les années 1990 la banque de poche du gouvernement de Moscou. Suite au limogeage en septembre de l'ancien maire Iouri Loujkov, l'avenir de la banque était incertain. 

 VTB-24, la filiale de détail de VTB, est déjà leader dans l'octroi de crédits et d'hypothèques aux particuliers. L'absorption des 500 agences de la Banque de Moscou placerait VTB juste derrière Sberbank, qui possède la part du lion sur le marché de la banque de détail en Russie. 

 

Mais l'accord autour de la Banque de Moscou n'allait pas de soi, la direction de l'établissement ayant ralenti un accord sur la vente de 20,3% de ses parts à VTB. Le président de la Banque de Moscou Andreï Borodine était alors impliqué dans une enquête pour corruption à hauteur de 440 millions de dollars autour de prêts flous à une société immobilière contrôlée par l'épouse de Loujkov, Elena Batourina. Convoqué pour un interrogatoire en avril, Borodine s'est enfui à Londres et a été hospitalisé. Une semaine plus tard, il acceptait de vendre sa participation à un prix que les analystes disent inférieur aux taux du marché.


«
Ce qui s'est réellement passé est clair» , a déclaré une source. «Les anciens dirigeants n'étaient pas contents d'être évincés de la banque et insistaient sur un prix élevé pour leur part, un prix que VTB n'était pas prêt à payer. La direction a tenté de jouer le bras de fer, mais ils ont eu les yeux plus grands que le ventre». 


L'acquisition de VTB suit la reprise par Sberbank du leader russe de la banque d'investissement, Troika Dialog. Les deux banques d' É tat ont adopté des stratégies très agressives après la crise de 2008, tandis que plusieurs banques étrangères ont déjà quitté la Russie en raison d'une concurrence croissante. La dernière en date est HSBC. Cette tendance a semé l'inquiétude dans le secteur. Oleg Viouguine, PDG de la banque privée MDM, estime que l'expansion de l' É tat freine la croissance des banques
privées. Il souligne que les établissements publics profitent d'un accès bien plus facile au crédit bon marché que les banques privées.


Certains experts se réjouissent toutefois de voir les deux banques d' État augmenter en taille. «
 D'un côté, l'État rend plus difficile le fonctionnement des banques privées, mais de l'autre, nous commençons à voir les prémisses d'une consolidation qui faisait cruellement défaut dans le secteur bancaire » , estime Roland Nash, PDG de Verno Capital. « La reprise de banques qui n'étaient clairement pas administrées dans une optique commerciale mais pour le bénéfice de ses propriétaires est, quoi qu'on en dise, une bonne chose ». 


Des sources au Kremlin affirment que l'augmentation de la part de l' État dans le secteur n'est que temporaire et que la direction de l'État est impuissante à l'empêcher. « Techniquement, cette opération a augmenté la part de l'État dans le secteur bancaire, mais l'objectif est de vendre les parts de l' É tat [dans VTB et Sberbank] et d'accroître la concurrence dans le secteur 
» , a indiqué Arkadi Dvorkovitch, conseiller du président Dmitri Medvedev.

 

 

  Svetlana Antonovitch pour Wikistrike

(article paru également dans La Russie d'aujourd'hui)

 

 

 

Archives

Articles récents