Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L'étrange lettre de Lagarde à Sarkozy

Publié par wikistrike.com sur 17 Juin 2013, 15:13pm

Catégories : #Politique intérieure

L'étrange lettre de Lagarde à Sarkozy

 

 

 

media_xll_5918676.jpg"J'ai besoin de toi comme guide et comme soutien: sans guide, je risque d'être inefficace, sans soutien je risque d'être peu crédible. Avec mon immense admiration". Ce sont par ces mots que Christine Lagarde a conclu un courrier adressé à Nicolas Sarkozy. Le Monde se l'est procuré.

Dans leur tentative d'établir des liens entre l'Elysée et la justice dans l'arbitrage de l'affaire Tapie, les enquêteurs ont découvert un courrier pour le moins étrange, écrit par Christine Lagarde à l'attention de Nicolas Sarkozy et révélé par Le Monde. 

"Je suis à tes côtés pour te servir"
Ce document non daté, qui fait partie d'autres pièces perquisitionnées le 20 mars dernier au domicile de la directrice du FMI, montre la dévotion de Lagarde à l'égard de l'ancien président de la République française. Très brève, la lettre commence comme suit: "Cher Nicolas, très brièvement et respectueusement" et se poursuit sous forme de points:

"1) Je suis à tes côtés pour te servir et servir tes projets pour la France.
2) J'ai fait de mon mieux et j'ai pu échouer périodiquement. Je t'en demande pardon.
3) Je n'ai pas d'ambitions politiques personnelles et je n'ai pas le désir de devenir une ambitieuse servile comme nombre de ceux qui t'entourent dont la loyauté est parfois récente et parfois peu durable.
4) Utilise-moi pendant le temps qui te convient et convient à ton action et à ton casting.
5) Si tu m'utilises, j'ai besoin de toi comme guide et comme soutien : sans guide, je risque d'être inefficace, sans soutien je risque d'être peu crédible. Avec mon immense admiration. Christine L.".


Une manière -bien particulière- d'afficher son soutien indéfectible à une personne, mais qui n'indique pas l'intervention de Nicolas Sarkozy dans le dossier Tapie. Pour rappel, Christine Lagarde, alors ministre de l'Economie, est accusée d'avoir ordonné sur ordre de l'Elysée de régler le conflit Tapie-Crédit Lyonnais par un arbitrage, dont la composition aurait été favorable à l'homme d'affaire qui a perçu au total 403 millions d'euros. Après déduction des créances et des arriérés fiscaux, Bernard Tapie a touché au total entre 200 et 220 millions d'euros. 

Placée sous le statut de témoin assisté, la présidente du FMI a vu son ancien chef de cabinet, Stéphane Richard, aujourd'hui PDG d'Orange, 
être mis en examen pour "escroquerie en bande organisée".

 

Source

Archives

Articles récents