Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L’étude vérité sur les mensurations du sexe masculin

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 23 Octobre 2011, 16:22pm

Catégories : #Santé - psychologie

 

L’étude vérité sur les mensurations du sexe masculin

1681723_preservatif_650x300.jpg attention, la photo ne représente pas du Nespresso Plusieurs dizaines de milliers de recherches sont effectuées tous les mois sur le Net. La Toile répertorie des dizaines de spécialistes prêts à intervenir pour 2 500 € environ. Or, 85% des demandes émanent d’hommes dont l’anatomie les situe dans la moyenne, observe le docteur Ronald Virag. ( ARCHIVES LP / GAEL CORNIER )

 

Messieurs, remballez vos complexes. Oubliez les comparaisons entre copains, et cette idée reçue selon laquelle virilité rime avec… surdimensionnement. C’est la très sérieuse Académie de chirurgie qui le dit, en publiant les mensurations moyennes du sexe masculin. La longueur d’un pénis « normal » s’établit entre 9 et 9,5 cm au repos, et entre 12,8 et 14,5 cm en érection (la mesure se fait à partir du pubis). 

Quant à la circonférence moyenne, les académiciens la situent entre 8,5 et 9 cm au repos, 10 cm et 10,5 cm à la verticale.
Si les sages de la plus ancienne institution chirurgicale française se penchent ainsi sur les attributs masculins, ce n’est pas par goût pour la gaudriole, mais bien par souci médical. Nourries par ce que les médecins appellent le « syndrome du vestiaire », les demandes de chirurgie esthétique masculine intime se multiplient.
Plusieurs dizaines de milliers de recherches sont effectuées tous les mois sur le Net. La Toile répertorie des dizaines de spécialistes prêts à intervenir pour 2 500 € environ. Or, 85% des demandes émanent d’hommes dont l’anatomie les situe dans la moyenne, observe le docteur Ronald Virag. Le papa du Viagra est intervenu devant l’académie pour mettre en garde sur le danger de répondre à des demandes « liées à l’image plus qu’à la fonction ». Si les techniques chirurgicales pour allonger ou grossir la chose sont maîtrisées, elles ne sont pas sans risques. Aucune ne peut être recommandée, estime l’académie. Elles ne doivent être réservées qu’au cas de petitesse extrême (micropénis) ou de malformations congénitales. Pour tous les autres, le problème, c’est… dans la tête !

 

Source: leparisien.fr

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents