Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L'homme qui clone des grenouilles et l'homme qui transforme génétiquement des cellules à l'aide d'un virus prix Nobel de Médecine

Publié par wikistrike.com sur 9 Octobre 2012, 06:37am

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

Prix Nobel de Médecine : Gurdon et Yamanaka surpris mais reconnaissants

 

scm_news_nobel09.art_1.jpg

 

Lundi, John Gurdon, lauréat du prix Nobel 2012 de Médecine s'est dit extrêmement reconnaissant et surpris de cette récompense. Shinya Yamanaka, autre lauréat, a lui confié qu'il était également surpris mais très enthousiaste.

 Hier matin, le comité Nobel a annoncé qu'il attribuait le prix de Médecine a deux chercheurs : le Britannique John Gurdon aujourd'hui âgé de 79 ans et le Japonais Shinya Yanamaka âgé de 50 ans. Ces deux généticiens se sont tout deux illustrés dans le même domaine et sont parvenus à démontrer que les cellules du corps humain pouvaient être reprogrammées pour atteindre un stade semblable à celui des cellules souches. Autrement dit, un stade immature qui leur permet de pouvoir se différencier à nouveau en n'importe quelle cellule du corps humain. Une avancée d'importance alors que les cellules souches embryonnaires sont au coeur d'un vif débat éthique.

"Leurs découvertes ont révolutionné notre compréhension sur la manière dont les cellules et les organismes se développent", a indiqué le comité Nobel. Au vu de l'importance de leurs travaux, les deux chercheurs partaient ainsi favoris pour le prix. Pourtant, c'est avec grande surprise qu'ils ont accueilli la nouvelle. Contacté par la radio suédoise, John Gurdon a en effet confié être surpris et immensément reconnaissant qu'un travail accompli il y a si longtemps soit récompensé. "Il est particulièrement plaisant de voir comment une recherche purement fondamentale, destinée à l'origine à tester l'identité génétique de différentes types de cellule dans le corps, s'est révélée avoir des perspectives claires dans la santé humaine", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Cambridge, mentionnant avec humour qu'un de ses professeurs de biologie l'avait un jour jugé inapte pour cette discipline.

En outre, le biologiste a ajouté avoir beaucoup de gratitude d'avoir été reconnu en même temps que Shinya Yanamaka qui a fait "un travail fantastique". De son côté, le Japonais qui travaille aujourd'hui à l'université de Kyoto, a également exprimé sa grande surprise et son enthousiasme. "Je pensais au fond de mon coeur que sans le soutien de mon pays, je ne pourrais pas obtenir ce prix merveilleux. Je sens véritablement que le pays, le Japon, a gagné la récompense", a-t-il estimé plus tard. 

Des travaux espacés de plus de 40 ans

Le choix du comité Nobel a également été salué par le "père" de la brebis clonée Dolly, le Britannique Ian Wilmut, qui a souligné un "travail important et innovant". Les recherches de John Gurdon remontent néanmoins à plus de 40 ans de cela. En effet, c'est en 1962, que le Britannique a réalisé une percée en découvrant, à même pas 30 ans que la spécialisation des cellules était réversible. Il travaillait à l'époque sur des têtards et des grenouilles. "Les manuels ont alors été récrits et de nouveaux champs de recherche établis", a rappelé le jury. Ce n'est ensuite qu'en 2006 que Shinya Yamanaka, qui n'était même pas né en 1962, a fait sa grande découverte. 

"Shinya Yamanaka découvrit plus de 40 ans plus tard, en 2006, comment des cellules souches adultes intactes chez les souris pouvaient être reprogrammées pour devenir des cellules souches immatures", a commenté le comité. Ses travaux ont alors permis de programmer des cellules différenciées adultes pour qu'elles redeviennent polyvalentes, ouvrant un potentiel infini en thérapie cellulaire. Elles permettent non seulement d'avoir une source de cellules souches moins problématique que les embryons, mais éliminent également le risque de rejet. Toutefois, il reste encore du chemin à parcourir avant de s'assurer de leur totale innocuité, l'un des risques étant celui d'une prolifération cellulaire anarchique.

Les deux lauréats succèdent aujourd'hui à l'Américain Bruce Beutler, au Français Jules Hoffmann et au Canadien Ralph Steinman récompensés en 2011 pour leurs travaux sur le système immunitaire. Ils ont d'ores et déjà accepté de venir chercher leur prix le 10 décembre prochain et recevront à eux deux la somme de 8 millions de couronnes, soit 930.000 euros. 

Source: Maxisciences
Commenter cet article

Archives

Articles récents