Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L’invisibilité possible grâce aux imprimantes 3D !

Publié par wikistrike.com sur 16 Mai 2013, 18:05pm

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

 

L’invisibilité possible grâce aux imprimantes 3D !

 

 

 

invisibility-cloak-plastic-3d-printed-12-300x168.jpgIl y a sept ans, les ingénieurs de l’Université Duke ont fabriqué la première « cape » d’invisibilité basée sur les métamatériaux optiques. Il semblerait que la création d’un manteau d’invisibilité soit devenue beaucoup plus accessible, surtout depuis que l’impression 3D existe.

L’impression en trois dimensions est basée sur une technique de fabrication que l’on appelle stéréolithographie. Celle-ci s’est considérablement popularisée au fil des années, non seulement pour le secteur de l’industrie, mais aussi pour des usages plus personnels. Dans l’absolu, il s’agit d’une tuyère mobile guidée par un programmeinformatique fixant de fines couches successives d’un matériau – le plus souvent un plastique polymère – jusqu’à l’obtention d’un objet tridimensionnel.

Selon Yaroslav Urzhumov, professeur de recherche en génie électrique et informatique à l’Université Duke, l’impression 3D serait l’outil idéal pour la fabrication de cape d’invisibilité. Il prétend par exemple que « ceux qui peuvent dépenser quelques milliers de dollars dans une imprimante 3D peuvent littéralement fabriquer une cape en plastique pendant la nuit. »

Ainsi, selon ses déclarations, la production d’un manteau d’invisibilité avec de tels moyens serait à la fois bon marché, facile à faire et donc tout à fait accessible. Sur le plan esthétique et visuel, la cape en question se veut différente des capes d’invisibilité que l’on peut retrouver dans les meilleurs films fantastiques. Celle-ci ressemble en effet davantage à une sorte de fromage parsemé de trous. L’emplacement, la taille et la forme de ces trous ont été déterminés par des algorithmes afin de faire dévier les faisceaux de micro-ondes. A fabriquer, ce procédé prendrait entre trois et sept heures approximativement.

La cape d’invisibilité est conçue avec une surface ouverte en son centre et dans laquelle les chercheurs ont placé un objet opaque. Lorsque les faisceaux hertziens visaient l’objet à travers la cape, celui-ci n’apparaissait tout bonnement plus.

Ainsi, à l’instar de la cape que l’université avait produite en 2006, cette nouvelle version dévie les faisceaux hertziens. Pourtant, les chercheurs semblent vouloir aller plus loin encore.

« Nous croyons que cette approche est une première ouverture vers l’invisibilité optique, incluant alors et l’aspect visuel, et l’infrarouge. La nanotechnologie est notamment utilisée pour créer ces manteaux à partir de polymères transparents ou de verre. Les propriétés des polymères transparents et du verre ne sont pas si différentes de ce que nous avons [actuellement]. »

Urzhumov est convaincu que la technique peut être utilisée sur des dispositifs beaucoup plus importants.

« Les simulations informatiques me laissent croire qu’il est possible de créer une couche de camouflage à base de polymère similaire et de l’enrouler autour d’un objet massif de plusieurs mètres de diamètre. J’ai réalisé quelques simulations qui semblent confirmer ce point. »

Pour résumer, contrairement à la technologie furtive classique, qui se concentre sur la réduction de la signature de détection (section de radar transversale, signatures de chaleur, détection optique, etc) d’un objet, les capes d’invisibilité fonctionnent en faisant comme s’il y avait des flux de radar et de lumière autour de l’objet masqué. Et lorsque cela fonctionne, ni l’objet masqué ni la cape ne sont ainsi détectés. Pour plus d’informations à ce sujet, nous vous invitons à consulter cet article qui apporte des informations techniques sur la cape « next-gen ».

[Duke University]

 

Source: Gizmodo

Archives

Articles récents