Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L'Italie sera réduite en esclavage dans 6 mois, selon The Telgraph

Publié par wikistrike.com sur 26 Juin 2013, 09:18am

Catégories : #Economie

L'Italie sera réduite en esclavage dans 6 mois, selon The Telgraph


 

roman_statue_ashkelon--1-.jpg

 

Pas vraiment une nouvelle, mais ce que dit le patron d'une grande banque l'est, à savoir la faillite des banques italiennes par manque de capitalisation. Les planches à billets de la Fed ont permis à l'Italie de gagner du temps, mais pas tant que cela. A lire Ambrose Evans Pritchard, ce n'est qu'une question logique... Notre lecteur Dimitri nous dit "Le calendrier s’accélère clairement depuis quelques semaines. On voit bien que tout se met en place pour potentiellement faire sauter les gouvernements et mettre en place des régimes fascistes (comme vous l'avez rapporté sur votre blog via la "note de JPM"". Zero Hedge, qui a aussi lu le papier de AEP, a écrit: "Everyone knows Europe is insolvent; the only question is "when" will Europe be forced to finally admit this truism. The long overdue house of cards may start toppling in as little as 6 months ... Mediobanca's 'index of solvency risk' suggests "time is running out fast" for Italy. With the breakdown in Eurozone talks on a banking union and the Fed's shift in policy, Europe "has become a dangerous place," warns RBS. Unless Italy can count on low borrowing costs and a broad recovery, it will "inevitably end up in an EU bailout"".

Source

 

Autre article sur le même sujet

« Mamma mia, here we go again » : 'L'Italie pourrait nécessiter un plan de sauvetage de l'UE dans les 6 prochains mois'

 

 


« Tout le monde sait que l'Europe est insolvable ; la seule question qui subsiste, c’est à quel moment l'Europe sera contrainte de l'admettre. Le château de cartes pourrait finalement commencer à trembler dans les six prochains mois », écrit le site Zero Hedge.

La seconde plus grande banque de l’Italie, Mediobanca, vient d’indiquer dans une note confidentielle à ses clients que « le temps était compté » pour l'Italie, indique Ambrose Evans Pritchard du Telegraph. « La situation macro économique italienne ne s’est pas améliorée au cours du dernier trimestre, bien au contraire. 160 grandes sociétés italiennes ont été placées sous surveillance », écrit son analyste, Antonio Guglielmi. Il indique que la production industrielle italienne a chuté de 25% par rapport à son plus haut niveau de la décennie passée. Le revenu disponible s’est réduit de 9% et les cours de l’immobilier se sont effondrés pour retrouver les niveaux qu’ils avaient en 1985.

Le PIB de l’Italie s’est contracté sur les 7 derniers trimestres, et une note de la Coface indique que le risque d’impayé provenant des entreprises italiennes, qui était auparavant 3 fois supérieur au risque d’impayé émanant d’entreprises françaises, lui est désormais 7 fois supérieur.

Le rapport de Mediobanca conclut que l’Italie n’aura pas d’autre choix que de solliciter un plan de sauvetage d’ici les 6 prochains mois, à moins qu’elle ne parvienne à emprunter pour moins cher et à relancer son économie.

La dette italienne, qui se monte à 2.100 milliards d’euros, est la 3ème plus élevée du monde, après celle du Japon et celle des Etats-Unis, et elle vulnérabilise le pays aux chocs du marché financier. Dans ce contexte, l’annonce de l’arrêt de la politique monétaire accommodante de la Fed a constitué une véritable catastrophe pour le pays. Les opérateurs du marché ont commencé à se détourner des obligations italiennes, car ils craignent une coupe de cheveux. En effet, les grandes banques centrales du monde avaient pris l’habitude de s’emparer de toutes les obligations souveraines cotées triple A, laissant aux investisseurs les obligations plus risquées, telles que celles des pays de la périphérie de la zone euro. Les annonces de la Fed de cesser ces injections de liquidités ont donc provoqué une hausse des taux d’intérêt sur les obligations souveraines de ces pays plus risqués, les investisseurs leur préférant désormais les obligations des pays refuges (Allemagne, Suisse, par exemple).  

Sans intervention de la Banque Centrale Européenne (BCE), l’Italie pourrait revenir à la situation de panne de liquidités et de quasi-faillite qu’elle connaissait avant que Mario Draghi ne déclare que la BCE ferait tout ce qu’il fallait pour sauver l’euro en juillet de l’année dernière.

 

Le déclencheur d’un effondrement du pays pourrait être la demande de la Slovénie de bénéficier d’un plan de sauvetage, ou une crise de l’Argentine, qui est un grand partenaire de l’Italie. C’est ce dernier scenario qui inquiète la Mediobianca : « L’Argentine en particulier nous inquiète, parce qu’un nouveau défaut semble de plus en plus probable ».

 

Source

 


Commenter cet article

Dalek 27/06/2013 11:09


N'inverse pas les rôle @laurent, tu as dit que les robots n'apportent aucune valeur ajoutée, j'ai trouvé un contre-exemple en 3 secondes. Quant à parler d'intelligence artificielle pour un robot
d'assemblage, c'est à dire une machine qui ne peut faire que des actions répétitive et qui ne s'adapte à aucune situation, c'est assez idiot, désolé.


@athos : un fonctionnaire n'a pas besoin de produrie directement de la richesse, il peut aussi contribuer à la production de richesse globale.


Par exemple, si tu supprimes tous les profs (non grévistes ), tu auras une population d'illettrés sans aucune compétence
ni formation. C'est assez difficiel d'avoir des ingénieurs français chez Airbus si en amont tu as 0 prof. Or ces personnes instruites et hautement qualifiées sont celles qui produisent le plus de
richesses.


On peut tenir le même raisonnement avec les flics. 0 flic ==> loi de la jungle à la somalienne... je doute fort qu'un pays ou règne le crime généralisé puisse produire beaucoup de
richesse.

Laurent Franssen 26/06/2013 19:29


Pourquoi tu rajoute d'assemblage ?
Tu mélange robots et intelligence artificielle ..? 

Athos 26/06/2013 19:09


J'aimerais connaitre la richesse qu'amène à l'état un fonctionnaire que tu payes avec les sous de l'état, donc avec une partie de la richesse gagnée par les autres et qu'il gaspille avec
frénésie.

Dalek 26/06/2013 17:13


Les robots d'assemblagent ne produisent aucune richesse... elle est bien bonne celle-là. .


Techniquement, une secrétaire, un RH ou un laveur de carreau ne produit pas de richesse. Ces emplois me semblent quand même avoir une importance non négligeable voir vitale.

Laurent Franssen 26/06/2013 16:58


Les traders non plus ne produisent aucune richesse,
les banquiers pareils, les robots pareils ...

Dalek 26/06/2013 16:44


@athos : parfois, j'ai l'impression que l'incompétence de certains dirigeants flurtent avec la haute-trahison .


Peut-on raisonnablement être aussi nul et tout faire pour plomber le pays sans le faire exprès. (question du
prochain BAC philo)

Athos 26/06/2013 16:26


Pareil pour la France.


Rien ne s'améliore, on vit toujours au dessus de nos moyens et les tartuffes de services vont encore embaucher 10.000 fonctionnaires , ce qui correspond sur leurs durés de vie active et retraite,
à 1.500000*10000 à trouver au fur et à mesure jusqu'à ce qu'ils décendent.


On est mal barré.


Et de plus, aucun impact sur la création de richesse ( hors contortions intellectuelles)


Pauvre France

Dalek 26/06/2013 12:19


C'est quand "pas longtemps", histoire que je fasse attention à la date de péremption de mon foin.

Alcandre 26/06/2013 11:59


Preparez-vous à manger du foin pour dans pas longtemps mes petits bisous.

Dalek 26/06/2013 11:57


Parce que les USA peuvent faire tourner la planche à billets comme des rustres étant donnés que :


- le dollar est la monnaie du commerce international


- les chinois sont bien obligé d'acheter les bons du trésor US s'ils veulent que les américains puissent continuer à acheter leurs produits.



Jean Yves 26/06/2013 11:52


Moi aussi je parie sur une survivance de la démocratie en Italie, mais démocratie à la mode NWO.


Pourquoi les US, vu leurs dettes ne tomberaient ils pas avant ?

Dalek 26/06/2013 11:30


Donc si je suis bien le raisonnement logique :


Plan de sauvetage de la BCE ==> Etat fasciste en Italie ==> Esclavage des italiens sous 6 mois.


Mouais... pas exagéré du tout donc . Je parirais bien sur une survivance de la démocratie italienne en 2014 malgré tout.

Archives

Articles récents