Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L'UICN publie la liste rouge des 100 espèces les plus menacées

Publié par wikistrike.com sur 11 Septembre 2012, 07:51am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

 

L'UICN publie la liste rouge des 100 espèces les plus menacées


Le caméléon de Tarzan figure sur la liste rouge des cent espèces les plus menacées en 2012.

 

 

 

Le point commun entre le caméléon de Tarzan, l'orchidée des îles Caïmans, le bécasseau spatule et la galle colorée du saule ? Tous, hélas, figurent dans la liste des cent espèces d'animaux, de plantes et de champignons les plus menacés d'extinction.


Publiée conjointement, mardi 11 septembre, par la Société zoologique de Londres (ZSL) et l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), dont le congrès mondial se tient jusqu'au 15 septembre à Jeju (Corée du Sud), cette liste est l'occasion pour ces experts de regretter un autre point commun entre ces espèces : rien ou presque n'est fait pour empêcher leur disparition, au motif qu'aucune ne procure des avantages évidents à l'humanité.
 

 

"DÉCISION MORALE ET ÉTHIQUE IMPORTANTE"

 

"L'existence future de ces cent espèces est entre nos mains. Ont-elles un droit à l'existence ? Avons-nous le droit de les conduire à l'extinction ?", s'interroge le professeur Jonathan Baillie, directeur de la conservation de la ZSL, pour qui "il nous incombe de prendre sur ce point une décision morale et éthique importante". Car les bailleurs de fonds comme les écologistes ont une tendance croissante, affirme-t-il, à épouser la thèse selon laquelle "les espèces et les habitats sauvages sont appréciés et hiérarchisés en fonction desservices qu'ils peuvent rendre aux populations". Moyennant quoi les autres, de plus en plus, sont condamnées d'avance.

 

Intitulé "Sans prix ou sans valeur ?" ("Priceless or worthless?"), le rapport présenté sur ce thème au congrès de l'UICN a précisément pour objet derehausser l'intérêt accordé à la protection de ces créatures qui n'ont pas de "prix". Mais qui se soucie du paresseux nain de l'île d'Escudo (large de Panama), de moitié plus petit que son cousin sud-américain ? Du saola, ce bovidé mi-chèvre, mi-antilope découvert au Vietnam en 1992, dont il ne subsiste dans doute que quelques dizaines d'individus en Asie du Sud-Est ? De la galle colorée du saule, qu'on ne trouve plus que dans une petite région du Pays de Galles (Royaume-Uni) et qui pourrait disparaître au premier événement catastrophique ? Alors que les programmes de conservation manquent cruellement d'argent, le pari semble difficile. Pour ne pas dire impossible.

 

UNE RÉGRESSION SANS PRÉCÉDENT

 

Au-delà de ces espèces en grand péril, la question plus générale est la suivante : faut-il tenter de sauver toutes les espèces en danger de disparition, et si non, lesquelles choisir ? En novembre 2011, un sondage publié dans la revueConservation Biology, réalisé par un spécialiste de l'économie environnementale auprès de 583 spécialistes de la protection animale et végétale, avait donné des réponses équivoques.

 

Si la quasi-totalité des sondés (99,56 %) s'accordait à penser que la biodiversité subit une régression sans précédent, pour l'essentiel du fait des activités humaines, ils étaient en revanche beaucoup plus divisés sur les moyens à mettreen place et les espèces à privilégier pour freiner ce déclin. Entre autres facteurs de dissension : la pertinence d'un éventuel "triage" entre espèces.

 

LAISSER MOURIR DES ESPÈCES EN TOUTE CONSCIENCE 

 

Entre celles qu'il conviendrait de protéger, et celles qu'il vaudrait mieuxabandonner à leur sort. Ils étaient toutefois 50,3 % à se déclarer "d'accord", et 9,3 % "tout à fait d'accord" pour se concentrer sur des plantes et des animaux ayant de sérieuses chances de s'en sortir. Plutôt que de s'acharner à sauver, moyennant des sommes souvent faramineuses au regard du peu de financements dont dispose ce domaine d'activité, des espèces déjà moribondes.

 

Mais une chose est d'être pragmatique sur le papier, une autre est de laissermourir en toute conscience des espèces que l'on sait condamnées à brève échéance... Surtout lorsqu'elles pourraient être sauvées. Or, Ellen Butcher, membre de la ZSL et coauteure avec Jonathan Baillie du rapport présenté à Jeju, l'affirme avec force : "Si nous prenons des mesures immédiates, nous pouvons donner aux espèces figurant sur cette liste de bonnes chances de survie. Mais pour cela, nous avons besoin d'une société qui souscrive à la position éthique voulant que toutes les espèces ont le droit inhérent d'exister."Et d'ajouter que si ces espèces "uniques et irremplaçables" viennent à disparaître, "aucune somme d'argent ne les fera renaître".

 

Source: Le Monde

Commenter cet article

lepape 16/09/2012 07:03


Rajoutez l'homme en tete de liste

Archives

Articles récents