Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L'un des plus proches collaborateurs de Julian Assange était un agent-double du FBI

Publié par wikistrike.com sur 10 Juillet 2013, 19:27pm

Catégories : #Politique internationale

L'un des plus proches collaborateurs de Julian Assange était un agent-double du FBI

 

 

 

assange.jpg

 

Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, a été trahi par l'un de ses fidèles collaborateurs, agent-double du FBI. L'intéressé a fourni des documents confidentiels aux Fédéraux américains.

Une taupe a court-circuité Wikileaks. Sigurdur Thordarson, un Islandais de 20 ans, est suspecté d'avoir pendant trois mois en 2011 fourni au FBI des informations ainsi que huit disques durs contenant des communications, des photos et des vidéos de Julian Assange.

Forum
Thordarson était l'un des plus proches collaborateurs du fondateur de Wikileaks, qu'il a rejoint en février 2010 alors qu'il avait 17 ans à peine et était toujours étudiant. Il faisait partie d'un large contingent d'Islandais à se rallier à la cause de Julian Assange après que Wikileaks ait partagé des documents confidentiels de banques islandaises au sujet de la crise financière qui frappait le pays. Quelques mois plus tard, Thordarson se voyait confier la gestion du forum Wikileaks et devenait le premier contact des volontaires, des journalistes ou des sources potentielles. De quoi accumuler des milliers de pages de clavardage ou de documents qui aujourd'hui, sont entre les mains du FBI.

"Ce garçon est anormal"
Si le jeune islandais a trahi Wikileaks, il a également rompu la confiance qu'Assange avait placée en lui. "Quand j'ai rencontre Julian pour la première ou la deuxième fois, il était présent", a témoigné Brigitta Jonsdottir, membre du Parlement islandais qui collaborait avec Wikileaks sur le dossier de la célèbre attaque d'un hélicoptère américain sur des civils et des journalistes irakiens. "J'ai directement prévenu Julian que ce garçon avait quelque chose d'anormal. Je lui ai demandé de ne pas l'intégrer dans l'équipe en charge de ce dossier", affirme-t-elle au magazine wired. D'après ce dernier, Thordarson aurait tiré avantage de sa proximité avec celui qui est réfugié depuis plus d'un an à l'ambassade d'Equateur à Londres.


En juin 2011, alors qu'Assange vivait en résidence surveillée dans l'attente de son extradition en Suède, et pour d'obscures raisons, il a sollicité, sous les soi-disant ordres de Wikileaks, le service d'un groupe de hackers pour pirater les serveurs du gouvernement islandais. Pour appuyer sa démarche, il a même réalisé une vidéo de 40 secondes montrant une fenêtre de discussion instantanée et a filmé le reste de la pièce dans laquelle se trouvait Assange. L'objectif de la démarche reste flou.


 

Détournement de 50.000 dollars
Mais cette première trahison en appellera d'autres. Car Thordarson, sans réel motif connu, a contacté les services de renseignement américains le 23 août 2011. Le jour suivant, il rencontrait deux agents du FBI dans un hôtel de Reykjavik où il sera entendu pendant cinq jours. Et avec qui il collaborera par la suite, jusqu'à ce jour de novembre, où il sera viré de Wikileaks pour avoir détourné 50.000 dollars obtenus grâce à la vente de t-shirts de l'organisation. 

Fraude fiscale
Malgré son licenciement, Thordarson continuera, sur ordre du FBI, à entretenir des relations avec ses anciens collaborateurs. Il compilera dans huit disques durs l'ensemble des documents, photos et autres vidéos récoltées qu'il transmettera le 18 mars 2012 aux Fédéraux dans un hôtel de Copenhague. Si, depuis lors, il a coupé tout contact avec eux, Thordarson va devoir répondre devant la justice de son pays qui l'accuse de crimes financiers et fiscaux. Par ailleurs, Wikileaks a déposé plainte pour le détournement de l'argent récolté par la vente des produits dérivés. 

Suite à ses "tuyaux", le département de la justice américaine a pu obtenir des ordonnances judiciaires visant deux anciens collègues islandais de Thordarson: Smari McCarthy et Herbert Snorrason. Ce dernier occupait la fonction de Thordarson avant son arrivée. Depuis, le contenu de son compte Gmail a été remis au gouvernement américain. Si on ignore où il se trouve, Thordarson n'a pas réagi à l'accusation en tant que telle. Il s'est borné à rectifier sur Twitter un article paru le 24 juin dernier dans le New York Times qui prétendait qu'il avait avoué avoir collaboré avec le FBI lors d'une session à huis-clos au Parlemant islandais. "Je n'ai jamais avoué à la commission ma coopération avec le FBI", a-t-il répondu à l'un des auteurs de l'article.

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents