Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La centrale de Fessenheim ne fermera pas, assure l’Elysée, tandis que toutes les centrales japonaises fermeront avant l'été !

Publié par wikistrike.com sur 6 Février 2012, 19:24pm

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Sarkozy ne fermera pas la centrale de Fessenheim, assure l’Elysée


thumb.jpgNicolas Sarkozy devrait se rendre jeudi à la centrale nucléaire de Fessenheim, prévoit-on à EDF. A l'Elysée, on précise que la décision définitive n'est pas prise. Le chef de l'Etat devrait y faire un plaidoyer pro-nucléaire. Il n'est pas question d'ordonner la fermeture politique de la centrale en pleine campagne électorale. "Est-ce qu'on va fermer Fessenheim: la réponse est non", explique-t-on en haut lieu à l'ELysée.

Jusqu'à présent, le gouvernement a laissé à EDF le soin de prendre ses décisions sur des motifs économiques. C'est ce qu'a répété Nathalie Kosciusko-Morizet dans un entretien au Figaro samedi 4 février: "L'autorité de sûreté nucléaire a exigé des travaux à Fessenheim. Ils ne sont pas négociables. Si EDF estime qu'ils sont trop chers ou infaisables, alors il faut fermer", a déclaré Mme Kosciusko-Morizet. Mais EDF compte bien réaliser ces travaux qui doivent permettre de prolonger de 10 ans la durée de vie de la centrale.

La fermeture est jugée inintéressante politiquement: l'électorat vert est en perdition et M. Sarkozy préfère cliver sur le sujet du nucléaire et insister sur les divergences à gauche plutôt que de prêter le flanc sur la sécurité des réacteurs nucléaires. Car fermer Fessenheim, ce serait mettre le doigt dans l'engrenage d'autres fermetures, au nom d'une sécurité sans cesse plus exigeante.

 

Source: Elysée.blog.lemonde


Le Japon se prépare à se passer du nucléaire dès cet été


Yukio Edano et Goshi Hosono, ministre en charge des affaires nucléaires © afp

 

Le ministre nippon de l'Industrie a reconnu jeudi que le Japon pourrait n'avoir plus aucun réacteur nucléaire en activité cet été à cause des réticences de la population et des autorités locales à accepter le redémarrage des nombreuses unités arrêtées.

 

Yukio Edano a prévenu dans un entretien accordé à l'agence Dow Jones Newswires qu'il ne pouvait s'engager sur un calendrier pour la réactivation des tranches stoppées. "Si nous fixions une date pour la relance de réacteurs, cela signifierait que nous tirons par avance des conclusions positives sur la sécurité et, dans ce cas, nous ne pouvons pas obtenir la compréhension du peuple", a-t-il expliqué. "Nous devons dès lors prendre des dispositions au cas où plus aucune centrale nucléaire ne serait exploitée dans les prochains mois et surtout lors des pics de consommation estivaux", a-t-il ajouté.

 

Sur le parc japonais de 54 réacteurs, seulement cinq restent encore en activité, mais ils doivent être stoppés d'ici à mai et nul ne sait quand les autres tranches pourront être remises en service. A la suite du tremblement de terre et du tsunami qui, le 11 mars, ont causé l'accident à la centrale nucléaire Fukushima Daiichi (nord-est), une quinzaine de réacteurs ont été subitement arrêtés dans les centrales du nord-est, puis deux autres tranches présentant des risques à Hamaoka (centre). Le redémarrage de tous les autres réacteurs stoppés pour une session de maintenance régulière (obligatoire après 13 mois d'exploitation), ou à cause des secousses sismiques, est conditionné à de nouveaux tests de résistance (notamment vis-à-vis des catastrophes naturelles) et à l'approbation des autorités locales, ce qui retarde l'échéancier habituel.

 

Les compagnies d'électricité, qui appellent la population et les entreprises à réduire leur consommation, sont forcées de remettre en exploitation des centrales thermiques afin de compenser. Le gouvernement étudie pour sa part des plans d'urgence pour faire face à une éventuelle pénurie de courant. "Passer l'été sans énergie nucléaire sera extrêmement difficile", a prévenu le ministre, mais il a dans le même temps souligné que les contrôles de sécurité ne pouvaient être accélérés juste pour obtenir leur redémarrage à temps.

 

La compagnie Tokyo Electric Power (Tepco), qui exploitait les deux centrales de la préfecture de Fukushima et qui dessert la mégapole de Tokyo, estime pour sa part qu'il est quasi certain qu'aucun de ses réacteurs ne fonctionnera cet été. (belga)


Source: 7s7.be

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents