Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La chaussure galactique de Cendrillon

Publié par wikistrike.com sur 6 Avril 2013, 18:39pm

Catégories : #Astronomie - Espace

 

 

La chaussure galactique de Cendrillon

 


J082354.96 280621-6

Elle pourrait aussi ressembler à un petit porte-manteau étincelant fixé dans un ciel sombre et elle est connu sous le nom de J082354.96 280621,6, ou J082354.96 pour les intimes. C’est une galaxie à sursaut de formation d’étoiles (en anglais, galaxie starburst), ainsi nommée en raison de son taux incroyablement et exceptionnellement élevé de formation d’étoiles se produisant en son sein.

Une des façons, pour les astronomes, de sonder la nature et la structure des galaxies comme celle-ci, c’est en observant le comportement de leur poussière et de leur gaz, en particulier, l’émission Lyman-alpha. Celle-ci se produit quand les électrons dans un atome d’hydrogène chutent d’un niveau d’énergie supérieur à un niveau inférieur, émettant de la lumière dans le processus. Cette émission est intéressante parce que la lumière sort de sa galaxie hôte seulement après avoir largement été dispersée par le gaz à proximité, ce qui signifie que cette lumière peut être utilisée comme une sonde assez directe de ce qui compose une galaxie.

L’étude de cette émission Lyman-alpha est commune dans des galaxies très lointaines (comme dans le récent recensement galactique effectué pour la mission VIPERS)  mais maintenant, une étude nommée LARS (Lyman Alpha Reference Sample) étudie le même effet dans les galaxies qui sont plus près. Les astronomes ont choisi quatorze galaxies, y compris celle-ci, et ont utilisé la spectroscopie et l’imagerie pour voir ce qui se passait en elles. Ils ont constaté que ces photons Lyman-alpha peuvent voyager beaucoup plus loin si une galaxie a moins de poussière, ce qui signifie que nous pouvons utiliser cette émission pour en déduire la quantité de poussière à proximité de la galaxie.

L’étude LARS s’appuie fortement sur le pouvoir de résolution élevé de Hubble. Lorsque celui-ci sera mis hors service, aucun télescope ne sera en mesure de faire des observations de ce genre dans le spectre de l’extrême ultraviolet, ce qui signifie que les petites galaxies brillantes imagées et sondées par des études comme LARS peuvent nous fournir des données encore plus riches, qui seront étudiées au fil du temps.

A partir de la partie du site de l’ESA consacrée au télescope spatiale Hubble : Light and dust in a nearby starburst galaxy.

Source: Gurumed

Commenter cet article

Archives

Articles récents