Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La danse de l'UE: le vrai problème, ce ne sont pas les mensonges, c'est qu'ils soient crus

Publié par wikistrike.com sur 27 Juin 2013, 14:00pm

Catégories : #Politique internationale

La danse de l'UE: le vrai problème, ce ne sont pas les mensonges, c'est qu'ils soient crus


 


mario-draghi.jpgHier, un nouveau scandale a éclaté dans la zone euro : on a appris que l’Italie avait probablement souscrit des contrats dérivés dans les années 1990 pour réduire artificiellement son déficit, et se conformer aux critères de Maastricht pour l’entrée dans la zone euro. Or, en 2012, ces produits sont parvenus à leur échéance, et le pays a essuyé des pertes que le Financial Times a évalué à 8 milliards d’euros. On ne sait pas exactement quel rôle a pu jouer Mario Draghi, l’actuel président de la Banque Centrale Européenne, qui dirigeait la Trésorerie italienne à cette époque.

Les Italiens auraient donc triché pour entrer dans la zone euro, comme l’avaient fait les Grecs.

« Ce que j'essaye de souligner depuis des années, c'est que l'Europe nous ment avec une grande régularité », écrit Mark J. Grant sur le site Zero Hedge. « Le problème ici n’est pas tant que l’on mente, mais plutôt que ces mensonges soient crus. Chaque politicien du continent claironne et répète ce qu’ils veulent que vous entendiez et que vous croyiez, puis ils s’attendent à ce que vous agissiez comme on vous dit de le faire. Chaque publication média répète les ratios de dette officielle sur le PIB comme une vérité absolue, parce que c’est ce qu’on leur dit. Puis tout le monde est choqué… choqué… quand les chiffres ne s’additionnent pas et que les notes à régler sont élevées parce qu’à la fin, il faut tout de même s’acquitter de ce qui n’avait été pris en compte, ou de ce qui avait fait l’objet d’un mensonge».

«Les Italiens ont fait la danse de l’UE: « faire comme si» ou «mentir et nier ». (…) « Qu'il s'agisse de la façon dont ils calculent leurs ratios de dettes sur PIB ou de ce qu'ils ne nous disent pas, la seule chose qui compte, dans l'esprit des dirigeants de l'UE c’est faire tout ce qu'il faut pour préserver la zone euro. Peu importe qu’il faille tricher et mentir pour poursuivre cet objectif ».

« Le ratio de dette sur PIB italien dépasse les 236% sans les produits dérivés et seul Dieu, et peut-être M. Draghi, connaissent les véritables chiffres du total. (…) A mon avis, le « mentir et nier » des contrats dérivés de l’Italie est le plus petit des problèmes. Le plus grand problème, à mon avis, c’est que les investisseurs vivent dans la tromperie permanente. Il est désormais évident, si l’on se base sur ce que l’on voit sur les marchés, qu’ils continueront d’avaler la pilule amère qu’on leur donne et qu’on leur demande d’avaler sous le prétexte qu’elle nous permet de rester en bonne santé. Le décalage entre les marchés et les fondamentaux est devenu gigantesque. Les gens vont-ils se réveiller un jour? Je ne sais pas. Mais je sais une chose: lorsqu’ils le feront, l'Enfer de Dante ressemblera au Paradis perdu...»

 

Source

Archives

Articles récents