Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La famille royale britannique a consommé de la chair humaine (mais ne vous inquiétez pas c'était il y a 300 ans...)

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 28 Mai 2011, 06:34am

Catégories : #Insolite - étrange et bêtise humaine

 

La famille royale a consommé de la chair humaine, aujourd'hui encore elle mange les 'ricains


Le cannibalisme médicinal: Tant la reine Mary II que son oncle le roi Charles II ont consommé du crâne d’homme distillé sur leur lit de mort en 1698 et 1685 respectivement, selon le Dr Sugg.

Ils ont longtemps été connus pour leur amour des banquets somptueux et des riches recettes. Mais ce qui est moins connu, c'est que la famille royale britannique avait également un penchant pour la chair humaine. 

Un nouveau livre sur le cannibalisme médicinal a révélé que peut-être aussi récemment que la fin du 18ème siècle la royauté britannique ingérait des morceaux de corps humain. 

L'auteur ajoute que ce n'était pas une pratique réservée aux monarques, mais que cette dernière était répandue parmi les gens aisés en Europe. 

Le cannibalisme médicinal: Tant la reine Mary II que son oncle le roi Charles II ont consommé du crâne d'homme distillé sur leur lit de mort en 1698 et 1685 respectivement, selon le Dr Sugg. 

Alors qu'ils dénoncaient les cannibales barbares du Nouveau Monde, ils appliquaient, buvaient, ou portaient de la poudre de momie égyptienne, de la graisse, de la chair, des os, du sang, de la cervelle, et de la peau humaine. 

De la mousse prélevée sur le crâne de soldats morts a même été utilisée comme remède dans les saignements de nez, selon le Dr Richard Sugg de l'Université de Durham. 

Le Dr Sugg, a déclaré: « Le corps humain a été largement utilisé comme agent thérapeutique, les traitements les plus populaires incluant chair, os, ou sang. » 

« Le cannibalisme a été pratiqué non seulement dans le Nouveau Monde, comme on le croit souvent, mais aussi en Europe. 

« Une chose qu'on nous enseigne rarement à l'école, alors que les textes littéraires et historiques de l'époque en attestent, est la suivante: James I a refusé la médecine par les corps; Charles II a transformé son propre corps en médecine, et Charles I a été transformé en médecine par les corps. 

« Avec Charles II, les utilisateurs ou prescripteurs éminents incluaient François Ier, le chirurgien d'Elizabeth I John Banister, Elizabeth Grey, la comtesse de Kent, Robert Boyle, Thomas Willis, William III, et la reine Mary.


Nouveau monde: Représentation de cannibalisme dans la tribu Tupinamba du Brésil tel que décrit par Hans Staden en 1557. Que ceci soit vrai ou non, le mythe a ignoré le fait que les Européens consommaient de la chair humaine.



L'histoire du cannibalisme médicinal, fait valoir le Dr Sugg, a soulevé un certain nombre de questions sociales importantes. 

Il dit: « le cannibalisme médicinal s'est servi du poids formidable de la science européenne, de l'édition, des réseaux commerciaux, et de la théorie informée. 

« Alors que la médecine par les corps a parfois été présentée comme une thérapie médiévale, elle était à son comble lors des révolutions sociales et scientifiques du début de la Grande-Bretagne moderne. 

« Elle a survécu jusqu'au 18ème siècle, et parmi les pauvres, elle a persisté obstinément à l'époque de la reine Victoria. 

« Indépendamment de la question du cannibalisme, l'approvisionnement en parties du corps nous semble désormais très contraire à l'éthique. 

« À l'apogée du cannibalisme médicinal, des corps ou des os ont été systématiquement extraits de tombeaux égyptiens et de cimetières européens. Non seulement cela, mais jusqu'au dix-huitième siècle la plus grande part des importations en provenance d'Irlande en Grande-Bretagne étaient constituée des crânes humains. 

« Que tout cela ait été pire ou non que le marché noir contemporain d'organes humains est difficile à dire.


Cette peinture de l’exécution de Charles Ier en 1649 montre des gens se précipitant pour récolter le sang de l’ancien roi. On pensait que ce dernier avait des propriétés curatives.

Le livre donne de nombreux exemples vivants, et souvent dérangeants, de la pratique, allant des échafaudages d'exécution en Allemagne et en Scandinavie, aux tribunaux et laboratoires d'Italie, de France et Grande-Bretagne, aux champs de bataille de Hollande et d'Irlande, et aux tribus anthropophages des Amériques. 

Un tableau représentant l'exécution de Charles I 1649 montrait des gens récoltant le sang du roi avec des mouchoirs. 

Le Dr Sugg dit: « Cela a été utilisé pour traiter le « mal du roi » - un problème plus souvent guéri par le contact avec des monarques en vie. » 

« En Europe continentale, où la hâche tombait systématiquement sur le cou des criminels, le sang était le traitement de choix pour de nombreux épileptiques. 

« Au Danemark, le jeune Hans Christian Andersen a vu des parents faire boire à leur enfant malade du sang à l'échafaud. Ce traitement était si populaire que les bourreaux demandaient régulièrement à leurs assistants de recueillir le sang dans des coupes alors qu'il jaillissait du cou des criminels mourants. 

« Parfois, un patient pouvait court-circuiter ce système. Lors d'une exécution au XVIe siècle en Allemagne, « un vagabond saisit le corps décapité » avant qu'il retombe, et en bu le sang.. ». » 

La dernière instance enregistrée de cette pratique en Allemagne s'est produite en 1865. 

Alors que Jacques Ier avait refusé de prendre du crâne humain, son petit-fils Charles II aima tellement l'idée qu'il acheta la recette. Ayant payé peut-être £ 6,000 pour cela, il distillait souvent du crâne humain lui-même dans son laboratoire privé. 

Dr Sugg dit: « En conséquence connu depuis longtemps sous le nom de « gouttes de roi », ce remède fluidique a été utilisé contre l'épilepsie, les convulsions, les maladies de la tête, et souvent comme un traitement d'urgence pour les mourants. 

46809-la-famille-royale-britannique-au-grand-637x0-1.jpg« Ce fut la toute première chose que Charles rechercha le 2 Février 1685, au début de sa dernière maladie, et qu'on lui administra, non seulement sur son lit de mort, mais sur celui de la Reine Mary en 1698. 

Les recherches du Dr Sugg seront présentées dans un prochain documentaire de Channel 4, avec Tony Robinson, dans lequel ils reconstituent des versions de traitements cannibales plus anciens à l'aide de cervelles, sang, et crâne de porcs. 

Le livre, intitulé « Mummies, Cannibals and Vampires » (momies, cannibales et Vampires) sera publié le 29 Juin par Routledge, et retrace l'histoire de la médecine européenne en grande partie oubliée du cadavre, de la Renaissance à l'époque victorienne. 

Voir également cet article du Dr Sugg dans le journal médical The Lancet.

Commenter cet article

Archives

Articles récents