Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La fin du monde en héritage, par Nicholas Thompson

Publié par wikistrike.com sur 16 Décembre 2011, 09:52am

Catégories : #Politique internationale

 

La fin du monde en héritage, par Nicholas  Thompson 

 

BOOM--.PNG

 

Dans les années 1980, l’URSS a construit une Machine Infernale — Et elle est toujours en service. Je l’ai découverte en faisant des recherches pour mon nouveau livre, The Hawk and the Dove: Paul Nitze, George Kennan, and the History of the Cold War. Elle fait aussi l’objet d’un article dans le dernier numéro de WIRED.

Le système aurait permis à l’Union Soviétique de répondre de façon semi-automatique à une frappe nucléaire américaine — Même si elle avait éliminé le Kremlin et les ministères de la Défense. La première question que posent les gens quand ils en apprennent l’existence est : “Pourquoi les Soviets ne nous ont rien dit ?” Comme l’illustre le film Dr. Strangelove (NDT : USA, 1964), le but premier d’une “arme de fin du monde” (NDT : “Doomsday Machine” , Machine Infernale ) est de convaincre l’adversaire qu’il n’y a rien à gagner à attaquer.

La réponse à cette question est la chose la plus intéressante que j’ai trouvée dans le cadre de mes recherches. Oui, les Russes ont la manie du Secret ; et oui, ils craignaient qu’une fois au courant, nous pourrions la neutraliser. Mais la raison la plus intéressante est qu’ils ont aussi construit ce système pour se dissuader eux-mêmes. Voici un extrait qui illustre ce propos :

« En garantissant que Moscou pouvait riposter, Perimeter permettait d’empêcher un dirigeant soviétique trop pressé (militaire ou civil) de tirer prématurément pendant une crise. Le but, dit [l’ex officiel spatial soviétique Alexander] Zhelenyakov, était de “calmer tous les Faucons et les extrémistes. Quoi qu’il arrive, il y aurait toujours la vengeance ultime. Nos assaillants seront punis.”

Perimètre permettait aussi à l’Union Soviétique de gagner du temps. Après que les USA eurent installé les nouveaux missiles Pershing II sur des bases en Allemagne de l’Ouest au moins de Décember 1983, les stratèges du Kremlin ont estimé qu’ils n’auraient que 10 à 15 minutes entre la détection d’une frappe nucléaire et son impact. Dans le contexte paranoïaque de l’époque, il n’était pas inconcevable qu’un radar défectueux, un vol d’oies dont l’image radar aurait ressemblé à un missile, ou une mauvaise interprétation d’un exercice militaire américain puisse déclencher une catastrophe. En fait, tous ces cas de figures se sont présentés. S’ils étaient arrivés simultanément, l’Armaggedon devenait une possibilité bien réelle.

Perimeter réglait ce problème. Si les radars soviétiques recevaient un écho inquiétant mais non concluant, les dirigeants pouvaient allumer Perimeter et attendre. Si c’étaient bien des oies, ils pouvaient souffler et éteindre Périmeter. Après tout, il était plus facile de confirmer des explosions nucléaires sur le territoire soviétique que des lancements de missiles au loin. “C’est pour cela que nous avons ce système,” dit Valery Yarynich, l’un des concepteurs. “Pour éviter une tragique erreur.”

 

Maverick pour WikiStrike

 

 

Notes perso de Maverick :

 

Bon, OK, l’article date de 2009. Mais vu l’actualité, avec tous ces dirigeants qui roulent les mécaniques à propos de trucs qui font « BOUM », je me suis dit que c’était important de le savoir, et de se demander si… ??? Personnellement, je suis un peu tombé du placard en découvrant ce truc. Voici un autre article, toujours sur WIRED ( http://www.wired.com/ ) à ce sujet :

http://www.wired.com/politics/security/magazine/17-10/mf_deadhand?currentPage=all

Je ne l’ai pas traduit, parce que c’est un gros morceau (peut-être un de ces jours ?).

Bref : On nous parle du nucléaire iranien, de ces Russes qui font des déclarations que les média nous présentent comme menaçantes.

Mais je voudrais quand même rappeler que la Guerre Froide n’est pas tout à fait morte : Les USA continuent leur stratégie de « Roll-Back » en étendant l’OTAN vers l’Est, et la Russie continue de subir ce qu’elle perçoit comme un étranglement, entre le grignotage de sa zone d’influence, l’extension du bouclier anti-missiles américain jusqu’à ses portes, et les attaques de son économie par les intérêts financiers mondialistes (notamment pendant les années Eltsine), la perte de son « ami » Lybien, la crise en Syrie (son dernier allié en Méditerranée)…

Ca va en faire grimper certains aux rideaux, mais je pense que Vladimir Poutine est un grand homme d’état au service de son pays. Et peut-être aussi une chance pour le monde ? Ce n’est carrément pas un enfant de chœur, mais en face c’est Rockefeller et les autres...

 

Pour finir sur une note un peu plus « Cinéphile », deux liens pour le film :

http://www.youtube.com/watch?v=TYxDNrR_yTc&NR=1

http://www.youtube.com/watch?v=JlSQAZEp3PA&feature=related

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents