Lundi 13 août 2012 1 13 /08 /Août /2012 08:10

 

La flambée des prix agricoles fait planer la menace d'une crise alimentaire

 

eb827e08-5b2a-11de-a982-ae9612fd9d31.jpgJamais les Etats-Unis, premier exportateur mondial de produits agricoles, n'avaient connu un mois de juillet aussi chaud depuis le début des relevés météorologiques en 1895. De quoi aviver les craintes d'une crise alimentaire mondiale, comparable à celle vécue en 2007-2008. D'ores et déjà, en raison d'une sécheresse sévissant sur les deux tiers du pays et sans précédent depuis cinquante-cinq ans, c'est un sixième de la récolte de maïs des Etats-Unis qui a été « perdu » ou du moins retranché des estimations de récolte d'un mois sur l'autre, selon un rapport de l'Usda (département de l'Agriculture des Etats-Unis), très attendu par les marchés de matières premières, diffusé vendredi. Les terres américaines ne devraient pas donner plus de 10,8 milliards de boisseaux de maïs cette année (274 millions de tonnes), soit la plus faible récolte depuis six ans. L'état des cultures n'a pas été aussi déplorable depuis vingt-quatre ans, la chaleur s'étant révélée destructrice pour les plantes. Alors que, il y a à peine deux mois, les agriculteurs américains s'attendaient à une récolte record, puisque les surfaces semées en maïs étaient au plus haut depuis soixante-quinze ans.

Des récoltes médiocres

En conséquence, les prix du maïs ont atteint un nouveau sommet vendredi à la Bourse de Chicago, après un bond de plus de 60 % en deux mois. Le boisseau a frôlé 8,50 dollars. Et l'Usda estime que les cours peuvent progresser encore d'avantage, pour s'approcher des 9 dollars.

Les perspectives sont presque aussi mauvaises pour le soja, puisque les Etats-Unis ont abaissé leurs prévisions de récolte de 12 %. Les stocks de soja pourraient chuter à leur plus faible niveau depuis plus de trente ans. Les Etats-Unis représentent 43 % des exportations mondiales de soja et 52 % de celles de maïs. Les perspectives sont d'autant plus inquiétantes que les récoltes s'avèrent médiocres dans le reste du monde, un autre rapport de l'Usda pronostiquant par exemple une chute de 2,5 millions de tonnes de la production mondiale de blé, à cause notamment des mauvaises récoltes en raison de la sécheresse ce printemps en Russie. Moscou, qui assure le quart des exportations mondiales de blé, devrait ne produire que 43 millions de tonnes durant la campagne 2012-2013, soit 6 millions de tonnes de moins qu'estimé en juin dernier et 13 millions de tonnes de moins que lors de la campagne précédente. Les cours du blé se sont d'ailleurs raffermis de 19 % au mois de juillet.

Cette envolée des cours des céréales s'est répercutée sur les prix alimentaires mondiaux qui ont grimpé de 6 % en juillet, selon une estimation diffusée récemment par la FAO (Organisation pour l'agriculture et l'alimentation des Nations unies). L'indice FAO des prix s'est établi à 213 points en juillet, après trois mois consécutifs de baisse. Il demeure toutefois encore loin de son record de 238 points atteint en février 2011. En outre, les stocks de blé et de riz sont importants.

Les prix du riz, autre céréale essentielle à la sécurité alimentaire mondiale, sont restés stables en juillet, à l'inverse de ceux du sucre, en raison d'aléas climatiques au Brésil, principal exportateur, en Inde et en Australie. En revanche, les prix de la viande connaissent un troisième mois consécutif de baisse. Ceux des produits laitiers sont restés stables, après cinq mois de baisse.


MURYEL JACQUE et YVES BOURDILLON, Les Echos
Les terres américaines ne devraient pas donner plus de 10,8 milliards de boisseaux de maïs cette année (274 millions de tonnes), soit la plus faible récolte depuis six ans.
Par wikistrike.com - Publié dans : Economie
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés