Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La franc-maçonnerie, une secte qui menace les droits des peuples

Publié par wikistrike.com sur 2 Juin 2013, 16:49pm

Catégories : #Politique internationale

La franc-maçonnerie, une secte qui menace les droits des peuples

 

 

87139225_p-copie-1.gif

 

 

 

Je voulais éviter d’en parler, pour ne pas déjà me mettre à dos la clique des frères 3 points. Ceci dit, c’était devenu incontournable tant la franc-maçonnnerie engendre de dérives. Infiltrant les structures de l'Etat, et l'ensemble des pouvoirs, infiltrée elle-même par divers groupuscules, la franc-maçonnerie est toujours un danger pour la démocratie. 
La franc-maçonnerie, à y regarder de loin, ressemble à une sorte de mafia installée au cœur des institutions. En regardant de près, aussi. Ce qui pose un problème : pourquoi des élus censés défendre l’intérêt général sont-ils d’abord engagés par un obscur serment à une « fraternité » - non moins obscure ? Pourquoi les « profanes » sont-ils gérés comme un troupeau par cette bande-là ?

 

Nous devons réclamer que le secret de l’appartenance à cette secte soit levé, que chaque ministre, député, maire, conseiller général, adjoint, dir’ cab, haut fonctionnaire[1], militaire, policier[2], et même les journalistes, nous disent clairement pour qui ils roulent.

Pourquoi serait-ce impossible ? Ils y tiennent, à leur « secret ». Ca les excite, sûrement, mais surtout ça les protège, eux et leurs magouilles. Car, comment notre République pourrait-elle se porter bien quand elle est prise d’assaut par une clique d’illuminés machistes en tablier[3], qui ne jurent que pas leurs symboles débiles, leurs serments et rituels débiles, et leur fraternité tout aussi débile ?

Ils ne sont pas tous débiles, c’est bien qu’il y a un intérêt à rentrer dans cette coterie mafieuse.

 

 1. L’invasion

Pour prendre un exemple contemporain, au moins une douzaine de ministres actuels s sont francs maçons. Ceux qui n’en sont pas viennent leur passer la brosse à reluire régulièrement, et leurs cabinets sont envahis de FM. Et le gouvernement Hollande ne fait pas exception : les frères 3 points y sont majoritaires.

Le ministre de la défense Jean-Yves le Drian[4], l’ex ministre du budget Cahuzac (qui n’a jamais confirmé), Victorin Lurel (ministre délégué à l’Outre Mer), Anne-Marie Escoffier, ministre déléguée chargée de la Décentralisation,Manuel Valls[5] (mais il dit qu’il n’en est plus même si le parrain de son fils n’est autre qu’Alain Bauer, dont on va reparler), Moscovici[6], Fabius[7]… sont francs macs. Même Michel Sapin qui s’en défend est FM[8] au Grand Orient de France, tout comme Hollande[9]. Parmi les maçons du gouvernement, on a encore Christiane Taubira (justice, membre de la Grande Loge Féminine de France), Peillon (qui nie aussi, de même que d’être un sioniste[10]),Stephane Le Foll[11] (agriculture), Montebourg[12] ou encore Alain Vidalies, chargé des relations avec le parlement.Michele Delaunayou Marylise Lebranchu, en sont aussi.

Quant à Ayrault, bien qu’il aille à la messe tous les dimanches, paraît-il,il est proche des FM s’il n’en est pasmembre.

Même le candidat anti systèmeMélanchon est un frère trois points[13], c’est dire si l’électeur était cerné. Le leader de Force Ouvrière (également financée grâce à la CIA) en 2002, Alexandre Hébert, était aussi FM, de même que le dirigeant actuel Jean-Claude Mailly et Blondel, qui tenait le poste avant lui. Mais, tout est FO est tenu par les francs macs. Là encore, on comprend mieux les reculs sociaux subis depuis des dizaines d’années et le manque flagrant de combativité de ces leaders syndicaux.

Et toute cette clique est atlantiste, sioniste, anti communiste, pro européenne et ultra libérale. Voilà pourquoi nous en sommes là aujourd’hui.

Et pourquoi existe-t-il une « fraternelle parlementaire » composée de 150 membres qui se cachent ? Quel intérêt ? Celui de court circuiter les verrous habituels que sont les partis politiques ? Celui de s’arranger de manière informelle avant le vote d’une loi ?

Bref, on constate que les francs macs, tout comme les juifs, sont surreprésentés au gouvernement, si l’on considère leur nombre dans la population en général[14].

L’invasion des FM est également flagrante dans le monde des affaires[15], dans les médias, la culture, la magistrature. De fait, il n’est hélas pas rare dans notre belle démocratie de voir des frères 3 points s’échanger de mystérieux signes de mains durant les audiences au tribunal. Là encore : pourquoi ?

Ghislaine Ottenheimer expliquait à L’Express : « il y a des magistrats qui craignent de voir leur procédure annulée à cause de connexions maçonniques. L'histoire d'Albert Béberac à Lyon est à cet égard très significative. Elle met en cause un juge, des notaires et des huissiers autour d'une vaste escroquerie financière. Au terme de plusieurs années, l'instruction n'a toujours pas avancé. Quand nous avons tenté d'obtenir des explications, la première réaction du juge concerné a été de s'indigner que nous ayons envoyé un fax à sa secrétaire faisant état de son appartenance à la maçonnerie. Au lieu de s'intéresser au contenu du dossier, le n° 2 de la Grande Loge de France (GLF) a cherché à savoir comment nous avions pu obtenir l'identité de certains frères et le nom de leurs ateliers afin de radier le coupable de cette fuite ». Et de poursuivre : « la justice maçonnique impose à ses membres d'en référer d'abord à leur hiérarchie avant toute action devant les tribunaux de la République. Certains se sont même fait exclure pour avoir poursuivi l'un des leurs devant la justice civile sans avoir tenu compte de la volonté des hauts grades d'étouffer l'affaire. Comment croire à l'impartialité de cette justice maçonnique? » 

 

2. Le secret

Pourquoi n’a-t-on appris que Cahuzac était FM que quand il s’est fait aligner pour ses 15 millions d’euros planqués dans un paradis fiscal[16] ? Car c’est là qu’on a su que le Grand Orient de France (GODF) comptait le suspendre –quelle hypocrisie !

Comme toutes les sectes, la FM n’annonce pas la couleur. On nous parle des « grands hommes »[17], de la « Révolution », de la « République », qui sont autant de mythes sans fondement historique, de vastes magouilles sur lesquelles je n’ai pas le temps de m’étaler. Mais, grâce aux frères 3 points historiens, c’est ce qu’on nous a fait gober depuis 250 ans. Sachez par exemple que la « Révolution » française a été financée par les banques anglaises pour instaurer la propriété privée et le libéralisme économique, pour tondre les peuples grâce à l’impôt sur le revenu, certainement pas pour donner le pouvoir au peuple. De fait, ce sont les bourgeois qui ont gagné la lutte, grâce à la Terreur qui s’en est suivie[18]. Enfin, bref, si les FM veulent en discuter, on va s’amuser !

On nous vend des théories toujours plus fumeuses afin de nous faire croire à l’utilité et l’innocuité de la FM, mais rien n’est plus faux. Et ce ne sont pas les petits maçons (les bleus des trois premiers degrés) qui pourront me contredire, ils ne savent rien des magouilles qui se passent au-dessus de leurs têtes. Ils forment les troupes à la botte d’une élite qui, elle, sait où elle va.

Nos institutions sont vérolées par ces appartenances tenues secrètes. Le problème est si flagrant que diverses personnes ont déjà demandé la levée du secret, comme le procureur Eric de Montgolfier, qui a eu la lourde tâche de réprimer les pratiques mafieuses des politiciens de la côte d’Azur[19]. Car, un magistrat ou un homme politique FM n’est plus « indépendant » s’il obéit à une coterie de frangins en tablier. Quelle est la légitimité d’une décision de justice rendue par un adepte des principes et symboles fumeux de la FM ?

Car souvent, notamment dans les affaires de pédocriminalité, on constate que les décisions sont absolument iniques, sans aucun fondement légal, entachées de vices de procédure dignes des pires républiques bananières.

Si la FM est si bien, si géniale et si démocratique, pourquoi ce secret ? Ont-ils peur d’avouer leur appartenance ? Ont-ils honte de leurs petits rituels d’un autre âge et de leurs costumes d’apparat ridicules ? Ils diront qu’ils ont été persécutés sous Vichy, mais on n’est plus sous Vichy. En un mot : pourquoi se cacher s’il n’y a rien à cacher ?

Quand le journaliste de L’Express demande à Ghislaine Ottenheimer ce qui l’a le plus choquée au cours de son enquête, elle répond sans détour : « Le secret. L'appartenance de certaines personnalités à la franc-maçonnerie est protégée comme un secret d'Etat. Nous avons écrit dans notre livre que Michel Roussin[20], l'ancien directeur de cabinet de Jacques Chirac à la mairie de Paris n'était pas initié or, depuis, nous avons appris qu'il était membre de la Grande Loge unie d'Angleterre. Ce qui lui donne donc accès au réseau. Jacques Chirac, lui, est membre d'une obédience suisse très élitiste: la Grande Loge Alpina ». Quand les médias affirment qu’un de nos dirigeants n’est pas « initié », il faut comprendre : « il n’est pas initié en France ». Mais, il peut très bien l’être à l’étranger.

Les frères prêtent serment, et jurent qu’ils ne diront rien à l’extérieur de ce qu’ils entendent ou disent en loge. Quand un juge  ou un avocat prête serment pour devenir juge ou avocat, quel serment prévaut ? Quelles règles prévalent ? Celles de la clique ou celles de la République ? Et pour un journaliste, censé défendre ses lecteurs, les informer au mieux pour qu’ils puissent décider en conscience ? Ou s’arrête le journalisme, où commence le clientélisme de bas étage[21] ?

Quand quelqu’un entre en FM, on lui fait croire que s’il est bien sage, il connaîtra de grands secrets. C’est la carotte officielle. En réalité, la plupart sont là pour entretenir un réseau, et se rendent assez vite compte des inepties qu’on leur raconte. Mais, ils espèrent qu’en montant les échelons, on leur dira un jour un truc intéressant. A chaque étape, il subit une initiation, toujours plus débile, et prête un serment, toujours plus sanglant[22]. Car, s’il « trahit » ses copains, il risque d’être assassiné.

Et petit à petit, l’initié s’enfonce dans des rituels de plus en plus obscurs, souvent proches des rituels satanistes.

 

 3. La puissance

On se demande parfois pourquoi certaines lois passent, à contre courant. A chaque fois on nous les présente comme une avancée sociale, comme le mariage homo, combiné à l’adoption et compagnie. Les cours de « morale laïque » inutiles[23] de Peillon ont aussi très certainement été discutés en loge.

Un peu partout à Paris, leurs symboles envahissent les rues. Parce qu’ils aiment s’afficher, allez savoir pourquoi, eux qui se vantent d’aimer le secret. Idem quand vous rentrez dans un tribunal : vous croulez sous le poids des symboles maçons. Pourquoi ?

La franc maçonnerie est éclatée en loges, certaines « régulières » d’autres pas, des petites et des grandes loges, des plus ou moins mystiques, des loges affairistes, élitistes ou un peu moins… Impossible de s’y retrouver, d’ailleurs cela n’a aucun intérêt.

Si l’on reprend l’affaire du Crédit Lyonnais, par exemple, ou l’affaire Elf, ou celle de la Mnef, ou encore celle des Hlm de Paris[24], ou plein d’autres affaires de détournement d’argent à grande échelle par les politiques, on tombe sur un bon paquet de frères 3 points. Et comme par hasard, ces affaires n’aboutissent jamais en justice.

Dans toutes ces affaires, les points communs sont la franc maçonnerie et les détournements massifs d’argent public. Au profit, disait-on, des partis politiques. Mais, ils ont bon dos car derrière les « partis », il y a les têtes d’affiche et leurs sbires.

Un franc mac célèbre et vénéré encore aujourd’hui, élevé au 33edegré, un certain Albert Pike, n’est autre que l’un des fondateurs du Ku Klux Klan (même si bien sûr les francs maçons le nient). Ce général confédéré US avait un titre maçon des plus ronflants, comme les aiment les frères 3 points : « ancien grand commandeur souverain du suprême conseil des grands souverains », inspecteur général du 33e degré. Pike, qui était chef de la justice du KKK, est toujours admiré par les francs macs. Pike s’est même fait virer de son poste d’officier en 1840, à la suite des massacres qu’il a commis contre les Indiens.

En 1871, Pike aurait écrit une lettre à Giuseppe Mazzini (autre gros franc maçon), dans laquelle il aurait évoqué trois guerres mondiales, la troisième impliquant une confrontation entre l’occident sioniste et les pays islamiques. Force est de constater que les services de nos belles démocraties sont en train d’exciter les islamistes d’un côté, les fachos de l’autre, et qu’au milieu les sionistes font tout pour ajouter de l’huile sur le feu. Pas besoin de rappeler qui a permis de mettre en place Al Quaida, le Hamas, ou de rappeler l’intox des attentats de Londres, de « l’affaire Merah », et aujourd’hui des attentats de Boston[25]

Si on regarde du côté de la construction européenne, qu’on peut comparer à une dictature technocrate, on trouve encore des franc-maçons à la manœuvre, et évidemment le Bilderberg est rempli de frères 3 points depuis le départ. Par exemple, ceux qui ont imposé Jean Monnet le « père de l’Europe » à la Société des Nations en 1917 sont le colonel House (USA), franc maçon puissant qui a fondé la Pilgrim Society[26], la Round Table et le Council on Foreign Relations et Lord Cecil (GB), autre franc maçon ami du premier qu’on retrouvait dans quelques-uns des groupuscules précités. On connait ensuite le parcours fulgurant de ce représentant des banques anglo saxonnes, et comment l’Europe a pu être imposée contre la volonté des populations européennes.

Bref, même s’ils passent leur temps à dire qu’ils n’ont aucun pouvoir, ce sont des francs maçons qui tiennent les commandes de chaque Etat, et probablement de certaines religions.  Les conséquences, on les subit chaque jour, et moins chez nous que dans des « pays sous développés ».

 

4. Les croyances

Les francs macs, qui se targuent d’être illuminés par la connaissance, d’être des gens sérieux et rationnels, sont pourtant les premiers à se piquer d’ésotérisme, et certainesloges sont mêmes chrétiennes ou juives. De toute manière, ces dingues croient au « grand architecte de l’univers », faisant de la FM une religion, ni plus ni moins. Même si eux considèrent qu’ils sont mieux que les autres, évidemment.

Que penser de gens qui se réunissent chez Memphis Misraïm et croient dans les rituels ressortis de l’Egypte antique ? Paraît-il que les grands maçons viennent y compléter leur formation… Est-ce bien rationnel ?

Et que penser du groupuscule juif de la Franc maçonnerie, le B’nai B’rith, où Fabius a fait au moins un discours ?

Et pourquoi les initiés de la GLNF prêtent-ils serment sur l’évangile de Saint jean ? N’y a-t-il pas une contradiction entre la revendication laïque des FM et leur dévoterie ?

Albert Pike a écrit dans sa grande œuvre Morals & Dogma (p.210) : « Lucifer, le porteur de Lumière ! C’est un nom étrange et mystérieux donné à l’esprit des ténèbres ! Lucifer, fils de l’aurore ! Est-ce lui qui amène la lumière, avec ses splendeurs aveuglantes, aux âmes faibles, sensuelles et égoïstes ? N’en doutez pas ! Car les traditions sont pleines de révélations et d’inspiration divine : et l’inspiration n’est ni d’une époque ni d’une croyance ». Nous voilà fixés sur le dieu réel des francs macs, même si tous ne le savent pas ou alors feignent de l’ignorer.

Pike a dit en comité restreint, dans un langage qui enverrait n’importe qui en hôpital psychiatrique aujourd’hui : « La religion maçonnique doit être par nous tous, initiés de haut grade, maintenu dans la pureté de la doctrine luciférienne. Si Lucifer n’était pas Dieu, Adonaï, dont les actions prouvent sa cruauté, sa perfidie et sa haine envers les hommes, son barbarisme et sa répulsion pour la science, Adonaï et ses sacrificateurs ne calomnieraient pas. Oui, Lucifer est Dieu, et malheureusement Adonaï est un dieu. Ainsi, la doctrine du satanisme est une hérésie, et la vraie et pure religion philosophique est la croyance en Lucifer, l’égal d’Adonaï. Mais Lucifer, dieu de lumière et dieu du bien, lutte pour l’humanité contre Adonaï, le Dieu des ténèbres et du mal ».

S’ils cherchent tant que cela la « lumière », pourquoi autant de secret ? Pourquoi ne pas aller à l’église, ou à la mosquée ? Probablement parce qu’ils n’aiment pas Jésus, ni aucun autre prophète[27]. Et encore moins l’athéisme dont ils nous rebattent les oreilles, probablement pour mieux lancer le New Age, préparer le terrain à leur pote lucifer…

 

5. L’infiltration

Pour avoir la main sur les Etats, rien de mieux que d’utiliser la franc maçonnerie. Du coup, on constate que la franc maçonnerie est infiltrée par les services secrets, comme par exemple la DST qui s’estinfiltrée dans la loge Memphis Misraïm[28]. Les loges sont aussi infiltrées par l’extrême droite.

Et surtout, la franc maçonnerie est infiltrée par le haut par des sectes satanistes. Il serait laborieux d’évoquer les croisements entre franc maçonnerie, martinisme, rose croix, Ordo Templi Orientis, Temple Solaire etc. Mais pour résumer, il se trouve que les plus hauts gradés des loges sont souvent aussi de très hauts gradés de ces sectes satanistes, cela sans que personne ne le sache, et certainement pas les maçons bleus tout en bas de l’échelle.

Comme la franc maçonnerie est noyautée, toutes les institutions le sont aussi. Mais, tout le monde regarde du côté de la FM, pas du côté des tarés de satanistes. Bien qu’au final, ce soit la même chose, tant cela fait longtemps que les satanistes dirigent la FM.

Alain Bauer, qui passe pour le franc maçon en chef dans l’opinion publique, est passé par l’administration de la MNEF (la mutuelle à laquelle tous les étudiants cotisent et dont l’argent a été détourné par le PS), l’UNEF ID (syndicat étudiant de gauche et non communiste[29] où Bauer et Valls se sont rencontrés quand il y étaient administrateurs, ce qui leur a valu d’être concernés par de près par le dossier des détournements de l’argent des étudiants), Force Ouvrière (création de la CIA). Il a été chez les jeunes rocardiens (Rocard est aussi Franc maçon et s’est même rendu au moins une fois au Bohemian Grove, tout comme Giscard).

Bauer est entré très tôt au GODF, pour arriver très vite dans les hauts grades. Bauer passe aussi pour le spécialiste de la sécurité publique et privée: depuis les années 90 il conseille des entreprises, mais aussi les gouvernements successifs, en matière de sécurité – sans grand succès, comme on le constate. Il a même reçu le « Big brother award » en 2002 pour sa société AB Associates (AB pour « Alain Bauer ») spécialisée dans le conseil en sûreté urbaine, fondée en 1994 et qui a embauché la femme de notre ministre de l’Intérieur Manuel Valls de 1994 à 1997. Lesdits conseils, essentiellement donnés à des élus locaux socialistes, étaient rémunérés entre 100.000 et 900.000 Francs à l’époque, il y a 20 ans. Mais, la toute première ville a lui avoir fait confiance, c’était Vitrolles.

L’année d’avant, en 1993, Bauer fait un « stage » de sept mois à la SAIC (Science Application International Corporation), spécialisé dans les hautes technologies, qui travaille essentiellement pour le ministère de la Défense USet contrôle Network Solutions, une boîte qui gère les noms de domaines du web.  Il en devient le vice-président pour l’Europe. D’après le Réseau Voltaire, « Le Département de la Justice a sous-traité à la SAIC le programme de formation et d’assistance technique aux polices étrangères (International Criminal Investigate Training Assitance Programm - ICITAP). En février 1999, sa directrice, Janice Stromsem, a été relevée de ses fonctions après s’être plainte que la CIA utilisait ce programme pour recruter des policiers étrangers ». En outre, « certains officiers s’interrogent sur une possible utilisation d’AB Associates comme cheval de Troie dans les milieux policiers français ». De plus, beaucoup de militaires de carrière du Pentagone passent par la SAIC. Ce qui ne l’empêche pas de connaitre quelques scandales.

L’ancien grand maître du Grand Orient de France, décoré de la Légion d’Honneur est entré au PS à 15 ans. C’est un grand ami de Manuel Valls, depuis l’époque où ils étaient aux jeunesses rocardiennes, puis ensuite à la Mnef (ils ont d’ailleurs été cités tous les deux dans l’affaire du détournement d’argent pour le PS, bien que jamais inquiétés).

Un type comme Raymond Bernard est très intéressant, et illustre parfaitement cet imbroglio de groupuscules, templiers, ésotériques, satanistes, qui s’entremêlent dans et autour de la franc-maçonnerie. Officiellement, il a été le n°1 des Rose Croix (« Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix », AMORC[30]) et des Martinistes[31], qualifiées de « traditions initiatiques occidentales » par les intéressés. On définit Bernard sur son site comme « ésotériste et homme de lettres », et il avait moult titres dont celui d’Imperator international des Rose Croix. Son fils lui a succédé dans les années 90. Il était aussi membre de la loge Opera de la GLNF.

Au sein de l’AMORC qui revendique aujourd’hui 250.000 membres dans le monde dont 30.000 francophones, Bernard a recrée dès 1959 un groupe martiniste (Ordre Martiniste Traditionnel, OMT), puis l’Ordre rénové du Temple (ORT) en 1970. A la tête de l’ORT, Bernard a placé le rosicrucien Julien Origas, fasciste et ex membre de la gestapo, condamné en 1947 pour atteinte à la sûreté de l’Etat, et l’ancien aumonier de Mussolini, un dénommé Bacolini. Luc Jouret et Di Mambro, qui ont ensuite fondé le Temple Solaire, étaient membres de l’ORT ainsi que de la GLNF Opéra. En fait, Jouret, un Belge, était surtout un pion de l’OTAN, proche des services belges. L’ORT était principalement composé de rosicruciens à la base.

Raymond Bernard était très proche de plusieurs dictateurs africains, dont Omar Bongo (Gabon[32]), rosicrucien notoire ou Paul Biya (Cameroun), autre rosicrucien. Il était également très proche de Charles Pasqua, lui-même mêlé à la Françafrique, à la French connection, et nombre de « financements occultes », comme on disait alors.

Un autre membre de la loge Opera, Jacques Breyer, a créé en 1952 au château d’Arigny avec des franc maçons de la GLNF une espèce d’ordre templier (c’était encore à la mode et hélas, ça l’est toujours) qu’ils ont baptisé Ordre souverain du Temple solaire (OSTS), et qui fut précurseur de tout un tas de groupes templiers. Dans cet OSTS, on retrouve Luc Jouret qui créé en 1984 le futur Ordre du Temple Solaire[33] (OTS), et plus de 70 membres de l’OTS étaient aussi rosicruciens. Et on peut soupçonner fortement Bernard –qui a toujours nié- d’avoir aussi été derrière le Temple Solaire.

Ajoutons à cela l’Ordre souverain et militaire du Temple de Jérusalem (OSMTJ), infiltré par la CIA aux Etats-Unis et par les barbouzes du SAC en France, et la soupe est prête. L’OSMTJ était dirigé par Raymond Bernard également. Quand l’affaire du massacre du Temple Solaire a éclaté, les réseaux de la GLNF ont tourné à plein pour assurer l’impunité aux responsables, de même que pour l’affaire Ghislaine Marchal, devenue « l’affaire Omar Radad » pour mieux masquer, là encore, les vrais responsables du meurtre de cette adepte du Temple Solaire.

On constate qu’en effet, toutes les sectes sont entremêlées, franc maçonnerie compris. Savoir qui est le premier, de l’œuf ou de la poule, peut s’avérer compliqué. Et puis, certains hauts grades de la franc-maçonnerie sont un ticket d’entrée pour d’autres groupuscules. Si on ajoute l’infiltration de l’extrême droite et des servicesde renseignement, l’opacité devient quasiment totale.

Ainsi, le célèbre Papus, Gérard Encausse de son vrai nom, co-fondateur de l’Ordre martiniste[34], franc-maçon, grand-maître du Souverain Grand Conseil Général du rite de Memphis-Misraïm en France de 1908 à 1916, membre de la société théosophique[35], de « L’Ordre kabbalistique de la Rose Croix », propagateur de l’Ordo Templi Orientis en France et membre de l’Hermetic Order of the Golden Dawn[36], explique dans son œuvre « Ce que soit savoir un maître maçon » : « Le grade de Rose-Croix maçonnique est la traduction physique des mystères qui conduisent au titre de Frère illuminé de la Rose-Croix, titre n'appartenant pas à la Franc-Maçonnerie, mais à sa créatrice : la Société des Illuminés. Un Rose-Croix maçon, quand il connaît bien son grade, peut être considéré comme un apprenti illuminé et il possède tous les éléments d'un haut développement spirituel, comme nous allons le voir en analysant ce grade ». le rituel d’initiation à ce grade ressemble à un spectacle de fin d’année de CP : « Le thème du grade, c'est que la Parole qui doit permettre la reconstruction du Temple a été perdue. Le récipiendaire la retrouve, c'est le nom de N.-S. Jésus-Christ : INRI, et, grâce à cette parole, il traverse la région astrale dans sa section inférieure ou infernale et il parvient dans la chambre de la purification chrétienne et de la réintégration », et il faut imaginer les frères se balader de long en large de la pièce, afin de retrouver le symbole « secret ».

Il est intéressant de noter que le fils de Papus a mentionné un lien étroit entre le Martinisme créé par Papus, et ce qu’il appelle « L’Illuminisme » : « A propos des traités d’alliance intéressant l’Ordre Martiniste de Papus, il convient de faire état également du traité du 9 mai 1898 entre l’Ordre des Illuminés et l’Ordre Martiniste », un traité qui « unit les deux Fraternités les plus puissantes de la tradition occidentale ».

La scientologie, elle aussi, s’infiltre, et comptait parmi ses membres de nombreux agents du FBI. Via Bruxelles, elle cherche à s’intégrer dans les structures de l’Etat congolais, par exemple. Elle a aussi cherché à infiltrer la GLNF ou le GODF[37]. D’ailleurs, Anton la Vey, fondateur de l’Eglise de Satan en 1966, était proche de Ron Hubbard, et tous deux étaient des fans d’Alistair Crowley. Hubbard aurait même été initié à l’Ordo Templi Orientis, un groupe sataniste alors dirigé par Crowley, alors qu’il était encore capitaine dans la Navy.

Dans l’affaire Dutroux, on a des témoins qui expliquent qu’un « grand maître » d’une puissante secte satanique était « informateur de la police ». Et qu’au moins une fois, cette secte a sacrifié une fillette. Le Grand Maître en question était un notaire impliqué dans un réseau de trafic de jeunes filles de l’Est, un trafic que Dutroux a très bien connu même si, comme par hasard, les juments n’y font pas référence.

D’après le témoin, les messes noires auxquelles il a assisté lui ont été proposées dans le cadre d’une « initiation » pour entrer dans l’Opus Dei. Il raconte qu’il a été drogué lors de ces soirées, ce qui est un classique. Cela annihile les réticences éventuelles, et incite aussi à revenir.

 

6. La loge Alpina

L’un des membres les plus connus de cette grande loge suisse est Claude Guéant, qui ne cesse de répéter qu’il n’est pas franc mac. Il n’est pas franc mac en France, mais l’est bien en Suisse, chez Alpina. Il s’agit d’une habitude chez nos politiques, qui permet de dire, comme l’a fait Chirac, qu’ils ne sont pas amateurs de compas et d’équerres. Chirac en est également membre, et s’y rendait souvent, lui qui est un fils et petit fils de maçons. Et ceux, comme Alain Bauer, qui disent le contraire ne font que de la désinformation.

La loge Alpina est réputée très sélect, recouvre 83 autres Loges et 4.000 membres tous masculins. Ses membres croient aussi au « grand architecte de l’univers », qui selon la version officielle serait Dieu. La loge Alpina fut très utile à Allen Dulles pour mettre en place son réseau stay behind. Allen Dulles, futur patron de la CIA, arrive en Suisse fin 1942, ce qui lui a permis d’exfiltrer plein de nazis vers les Etats-Unis[38] et l’Amérique latine, de bien planquer l’argent des Juifs, et de faire sa petite sélection de nos dirigeants de l’après-guerre. Allen Dulles n’est pas n’importe qui : il a été l’avocat de la Rotterdam Bank qui a financé les nazis, de la Standard Oil qui a permis aux nazis d’avoir du pétrole de bonne qualité, et avait de nombreux liens financiers avec les nazis avant et pendant la guerre. Et aussi après.

Revenons à Alpina, qui est un peu le pendant suisse de la GLNF.

En 1912, c’est elle qui a créé la future GLNF, l’organe le plus droitier et affairiste de la franc-maçonnerie française, sous le nom de « Grande Loge Nationale Indépendante et Régulière pour la France et ses Colonies ».

Mais c’est durant la guerre qu’Allen Dulles a su utiliser à plein les réseaux franc maçons d’Alpina. On peut noter cette collaboration entre François Mitterrand, André Bettancourt (patron de l’Oreal pro nazi), Pierre de Bénouville (uncagoulard et membre de l’Action Française) et Allen Dulles, alors chef de l’OSS, au Mouvement national des prisonniers de guerre et déportés, alors dirigé par Mitterrand. Le frère d’Allen Dulles, John Foster, a été président de la fondation Rockefeller, et a lui aussi collaboré « économiquement » avec les nazis.

On notera aussi que comme par hasard, la Banque des Règlements Internationaux, qui a principalement servi à financer Hitler et à blanchir l’argent volé aux Juifs, était installée à Genève.

La GLNF serait l’instrument privilégié du réseau stay behind en France, d’autant que « les élites franc-maçonnes sont souvent liées à l’extrême droite », comme le souligne le sociologue Thierry Brugvin. Pierre Marion, qui a dirigé la DGSE, était un haut membre de la GLNF, tout en dirigeant le SAC, cette bande de barbouzes impliqués dans une bonne partie des coups foireux jusqu’à son interdiction dans les années 80, et en pilotant le stay behind en France, notamment avec François de Grossouvre[39], ce fidèle compagnon de Mitterrand suicidé de deux balles dans la tête dans son bureau de l’Elysée au lendemain du déclenchement de la guerre au Rwanda. Mais, c’est une autre affaire. Toutefois, on peut noter que Grossouvre, pourtant fasciste a une époque de sa vie, a entretenu les réseaux africains.

La deuxième guerre a fait disparaître bon nombre de franc maçons. Si bien que dès 1944, les USA ont pu utiliser la franc maçonnerie qu’ils ont contribué à remettre sur pied pour organiser les réseaux stay behind. Lesdits réseaux ont ensuite servi à monter des coups, on l’a vu en Belgique, ou en Italie, où la question des réseaux stay behind, dits « réseaux Gladio », a été abordée au Parlement. Par exemple en Belgique, des soldats américains aidés de barbouzes belges d’extrême droite ont cambriolé un commissariat à Vielsalm en 1984 et ont été planquer les armes au QG d’un groupe d’extrême gauche, les CCC. En Italie, c’est la loge P2, très proche de la mafia également et dirigée par le financier Licio Gelli, qui a servi de relais aux réseaux US[40]. Quand l’affaire de la banque Ambrosiano a éclaté, Gelli s’est réfugié en Suisse.

Il a expliqué en 2003 que la loge P2 avait été réactivée par Berlusconi, qui, il est vrai, bat les scores électoraux dans les zones les plus gangrenées par la mafia. Berlusconi est membre de cette loge au cœur des pires scandales Italiens et au Vatican depuis 1978. Comme François de Grossouvre qui a financé L’Express, la P2 a pris le contrôle du Corriere della Sera, premier quotidien italien, plutôt classé à gauche. La P2 a aussi pesé dans l’étouffement de l’affaire des attentats de Bologne, par exemple, des attentats commis sous faux drapeaux qui s’inscrivaient dans le cadre de la « stratégie de la tension », qui a entraîné aussi les tueries du Brabant en Belgique. En Grèce, c’est encore le réseau Stay-behind qui a favorisé l’installation de la dictature des Colonels, jusque dans les années 80.

En 2003, des dissidents de la GLNF, dont au moins trois hauts gradés de l’armée[41]fondent la GLCS(Grande Loge des cultures et de la spiritualité), loge mixte. Selon le Point, dans un article du 24 janvier 2008 : « Les quinze fondateurs appartiennent tous à la caste des décideurs, puisqu'on y trouve, notamment, le général René Imbot, ancien patron de la DGSE, le général Jeannou Lacaze, un dirigeant d'EDF, un directeur de l'administration pénitentiaire, un cadre de la DGSE, un autre de la DST, un juge d'instruction, un procureur, un ancien député... Ils ont recruté dans leur réseau amical et fédèrent aujourd'hui 350 personnes, dont 20 % de femmes ».

Officiellement, le réseau stay-behind a cessé ses activités en 1990. Mais comment y croire ? L’OTAN est toujours là, et le même type d’actions « terroristes » sous faux drapeaux continuent, cette fois attribués non plus aux « communistes », mais à des islamistes tout aussi instrumentalisés. Le réseau stay-behind, en fait, était une nébuleuse terroriste et mafieuse destinée à canaliser les populations pour qu’elles demandent elles-mêmes des Etats toujours plus sécuritaires, toujours moins « communistes » (c-à-d de gauche), et des qu’elles votent pour des représentants toujours plus corrompus.

En France, c’est Paul Ramadier, le président du Conseil (1er ministre) qui a permis dès 1947 l’implantation de ce réseau fasciste, via un accord secret avec les Etats-Unis. Dans la foulée, il a viré tous les ministres communistes du gouvernement.

Parmi les branches françaises du réseau stay-behind, il y avait celle de Roger Patrice Pelat, grand ami de Mitterrand qui était l’équivalent de Pasqua pour le PS, une branche qui s’était infiltrée dans l’Ordre du prieuré de Sion. Pelat était le pilier du financement occulte du PS, et ses amitiés franc-maçonnes lui ont certainement facilité la tâche.

« Éventuellement, à partir de 1952, les agents [du SDECE, la future DGSE dont Foccart était le patron] peuvent recevoir une formation complémentaire en guerre psychologique au Psychological Warfare Center de la CIA à Fort Bragg (Caroline du Nord[42]). Une cellule du stay-behind, liée au SDECE, le « Brain Trust Action », est subordonnée à l’« Executive Action » de la CIA, pour exécuter des meurtres politiques. Pour permettre à des civils de se former au 11e Choc, le ministre des Anciens combattants, François Mitterrand, autorise l’utilisation de l’Association des réservistes volontaires parachutistes (ARVP). Et pour faciliter leur disponibilité, les Américains proposent des emplois de couverture. Par exemple, deux responsables régionaux du stay-behind, Gilbert Beaujolin et François Durand de Grossouvre (alias « Monsieur Leduc »), créent une société commerciale qui bénéficie aussitôt de la concession exclusive d’embouteillage de Coca-Cola», explique Thierry Meysan, qui est bien informé sur ces réseaux.

 

7. Les magouilles

Déjà au début du siècle, l’affaire des fiches avait révélé au public que les FM du grand orient de France (GODF) s’amusaient à faire des petites fiches sur les officiers de l’armée. Il y avait même un service de renseignements ad hoc au GODF, qui se renseignait sur les fonctionnaires d’Etat. Pourquoi ?

Surtout qu’à l’époque, le gouvernement était déjà parasité par la clique.

Ils diront que les frères pris la main dans le pot de confiture sont des « cas exceptionnels », que cela reste à la marge. Rien ne permet de le dire, de toute manière il n’existe pas de statistiques des francs macs qui se sont fait coincer par la Justice. Quoi qu’il en soit, les loges, même en plein bourbier des affaires de la côte d’Azur dans les années 90 – 2000, n’ont pas été pressées de balayer devant leurs portes. Ainsi, en 1996 la GLNF avait viré son « Grand Secrétaire » Pierre Bertin, qui avait osé écrire une lettre à diverses loges FM : « Notre Grande Loge nationale française est en danger, en passe d’être déshonorée par une multitude d’affaires scandaleuses. Non seulement on nous ment à ce propos, mais, de plus, le silence ou le discours imprécis, l'exclusion et la menace ont créé une situation devenue proprement insupportable et inadmissible. ». On sait comment l’histoire se termine.

Une autre grosse magouille est celle du Temple Solaire, sur laquelle il faudrait revenir. En gros, les réseaux franc maçons & Co[43] ont encore tourné à plein dans cette affaire, tout cela afin de blanchir de l’argent qui a fini sur les comptes d’hommes politiques nationaux et d’un parti politique.

On peut aussi parler de l’affaire dite « du Carlton », dans laquelle DSK –encore lui- est accusé d’avoir actionné un réseau de proxénétisme en connaissance de cause. Etrangement, à Lille, tout le monde regarde du côté du « Grand Stade », qui est à peine terminé et est déjà sujet à une enquête au sujet de l’attribution du marché au groupe Eiffage qui était pourtant plus cher de 108 millions d’euros. Or, le groupe concurrent, Bouygues, était soutenu par une certaine loge et certains politiques, quand le groupe Eiffage était soutenu par une autre loge et d’autres politiques dont Pierre Mauroy. Et on s’aperçoit que 6 des 8 types mis sur la sellette dans l’affaire du Carlton sont franc maçons (en France), du GODF (dont trois de la loge Les Amis Réunis), de la GLDF pour le commissaire mis en cause et d’une autre la GLTSO. Les médias disent que DSK n’est pas franc maçon, mais on peut en douter vu son rôle dans les magouilles françaises, notamment en matière d’argent sale.

Et selon une source très proche du dossier tout cela est « une histoire de loges », un règlement de comptes probablement en rapport avec l’histoire du marché du stade de Lille, dans laquelle là aussi on peut penser que les loges et accointances maçonniques ont joué leur rôle.

D’ailleurs, les liens de certains membres de la GLNF de Lille avec la loge La Charité de Charleroi, elle-même impliquée dans une bonne partie des magouilles financières de cette ville en perdition, montre que l’éthique reste absente des préoccupations de la maçonnerie.

On peut évoquer aussi la Françafrique. L’ensemble desdictateurs africains à la botte de la France sont francs maçons, et très souvent rosicruciens bien que certains le cachent. Le lien avec la France a permis de financer les partis politiques grâce à l’argent volé aux populations, et d’entretenir un système clientéliste des deux côtés de la Méditerranée.

Alfred Sirven, qui était le pivot des réseaux économiques US en France, au cœur de la françafrique et de nombreuses magouilles, a commencé sa carrière chez Mobil Oil, moment auquel il devient franc maçon. En 1952, pendant la guerre d’Indochine, Sirven a commis des hold ups à Tokyo, en uniforme de GI. A l’époque, Sirven et son complice passaient déjà pour des « officiers américains » dans le quartier où ils vivaient. Mais, ils ont échappé à toute sanction. Dans un roman à clés[44], c’est-à-dire une fausse fiction d’un cadre d’Elf, Sirven (désigné par un pseudo) est mentionné comme un agent de la CIA. Rappelons que les magouilles d’Elf, dans lesquelles Sirven tenait l’un des rôles principaux, ont permis de détourner des milliards de dollars, volés aux africains. Pour aller où exactement ?Sirven était aussi impliqué dans le commerce du nucléaire à des pays comme l’Irak ou l’Iran. Sirven détournait aussi une partie de l’argent prêté aux Etats africains. Par exemple, il aurait détourné 15 millions de dollars sur 45 prêtés par Elf au Camerounais Paul Biya. Une partie de ces 15 millions a atterri chez le fils de Pasqua, mais surtout chez André Guelfi, un proche de Pasqua. En 1997, c’est l’Elysée qui lui a recommandé de mettre les voiles pour échapper à la justice. Et chez Elf, la quasi-totalité des dirigeants étaient franc maçons. De même que les dictateurs africains élus grâce à ces financements occultes, et que les politiciens français élus aussi avec une partie de cet argent.

Jacques Foccart, qui était le bras droit de De Gaulle en Afrique, père de la françafrique, est entré dans les services français dès la libération. Il est aussi devenu rapidement l’un des leaders du réseau stay-behind en France, grâce notamment au fameux SAC (service d’action civique), cette espèce de milice composée de barbouzes fascistes impliquée dans tous les trafics, et aux réseaux franc-maçons évidemment. C’est donc Foccart qui a créé le système de la « françafrique ».

Au final, on constate que les peuples, africains comme français, sont pillés par des politiques corrompus, véreux, n’ayant en tête que leur propre intérêt, et qui pillent leurs peuples. On tourne en rond, et on constate que le système qui permet tout cela s’appelle la franc-maçonnerie, grâce aux fameux réseaux, et au fameux « secret ».

Pasqua était un grand ami d’Etienne Leandri, un protégé de la CIA qui a dealé de l’héroïne dès les années 30. Pendant la guerre, il est entré à la gestapo, ce qui lui a valu 20 ans de travaux forcés en 1948, mais se réfugie en Italie. Avec Pasqua, ils ont mis en place le SAC. Après la guerre, Leandri a travaillé avec le mafieux Lucky Luciano, un sataniste, franc maçon, qui a permis l’invasion de la cocaïne aux USA et en Europe.

Pas besoin de revenir non plus sur la loge P2 et ses faits d’armes. Bien sûr, on lit sur Wikipedia qu’il s’agit d’une « loge pseudo maçonnique ». Officiellement, la P2 aurait été rayée de la maçonnerie en 1975. N’empêche, en 1982, le meurtre deRoberto Calvi le banquier du Vatican membre de la loge P2 était bien un meurtre maçonnique.

Enfin, les maçons entre eux n’hésitent pas à se piéger les uns les autres, notamment grâce aux partouzes au cours desquelles des photos sont prises à l’insu de la cible, partouzes dans lesquelles on peut aussi trouver des mineurs : « Plusieurs maçons ont évoqué devant Ottenheimer et Lecadre[45] les « méthodes dignes des pires séries noires, utilisées par certains frères pour compromettre leurs honorables associés » : l’utilisation de lieux de partouze avec des miroirs sans tain permettant de prendre des photos. Avec des mineurs au besoin, m’a-t-il été précisé. Éduquée par le grand frère Alfred Sirven, Christine Deviers-Joncour décrit ce procédé dans son roman Relation publique . Basé sur les confessions enregistrées de Chantal Pacary, le vrai-faux roman "Tout va très bien puisque nous sommes en vie", de Denis Robert , montre comment un grossium de la corruption et de la GLNF, Michel Pacary, mari de Chantal,faisait de ce procédé un usage systématique, dans un manoir normand. Les dictateurs françafricains ont vite compris l’intérêt de ce système. Ainsi, tout le monde se tient par la barbichette. Certains font même une philosophie de cette variante fusionnelle du “Temple de l’humanité”, en référence à de vieux rites magiques ou religieux qui incluaient de telles pratiques. Il existe en effet des branches ésotériques, aliénées ou foldingues de ces “chevaleries” secrètes mises en branle par Frank Wisner, le premier patron du stay behind ».

On pourrait épiloguer longtemps sur les innombrables casseroles de la franc-maçonnerie, ne serait-ce que les casseroles connues du public.

 

8.  Satanisme

Albert Pike, dont on a parlé plus haut, a pour ainsi dire lancé les bases du satanisme, version luciférienne (personnellement, la nuance entre satanistes et luciférien m’importe peu : ils sont dans le même délire, même si officiellement, à l’instar de Pike, les lucifériens trouvent que les satanistes dévoient leur culte[46]), et s’est fait le prophète d’un gouvernement mondial, cette idée qu’on retrouve aujourd’hui chez les dingues qui nous dirigent. Il a dit que « le démon est la personnification de l’athéisme ou de l’idolâtrie ».  Autrement dit : que ce soit par l’athéisme, prôné officiellement par les francs maçons, ou par les religions (satanisme compris), le démon vaincra.

Il a lancé le « rite Palladien », qui est clairement un culte luciférien, dans lequel Pike part dans diverses divagations au sujet de l’antéchrist. Dans ce rite, les adeptes « vendent leur âme au diable ».

Il est désormais de notoriété publique que la Scientologie, qui passe pour une religion aux USA est un bras de la CIA, et que son but était autant de blanchir l’argent sale que d’expérimenter diverses techniques de manipulation mentale. Et la Scientologie cherche elle aussi à s’infiltrer partout, comme ce fut le cas au Maroc sous Hassan IIRon Hubbard, fondateur  de la scientologie, était franc maçon et rosicrucien. Il a aussi fréquenté Aleister Crowley, sataniste en chef et fondateur de l’OTO (Ordo Templi Orientis) dont il se serait inspiré pour créer sa secte « New age ». Il a également été proche d’un autre occultiste ami de Crowley et membre de l’OTO, Jack Parsons. Accessoirement, les parallèles entre scientologie et nazisme ont été faits par divers chercheurs.

L’OTO, un groupe sataniste dirigé au début du XXe siècle par Crowley (un fan d’Hitler, qui bizarrement se trouve aussi être l’inspirateur de nombreux mouvements New Age, probablement grâce à sa doctrine « fais ce qu’il te plaît » et de son délire du « sexe magick »), était l’instrument des services secrets britanniques, eux-mêmes dirigés par des franc-maçons. Crowley lui-même a expliqué être arrivé à la tête de l’OTO par cooptation dans la franc-maçonnerie, où il disait avoir le 33e et dernier degré de la hiérarchie. Crowley était également, d’après Richard Spence, Crowley était même un agent des services secrets anglais. Il aurait par exemple joué un rôle dans l’attaque du Lusitania en 1915, qui a amené l’entrée en guerre des Etats-Unis. En fait, ses activités « occultes » étaient bien visibles et lui servaient de couverture pour des projets liés aux intérêts anglais. Il aurait testé des drogues, comme la mescaline, que les services anglais ont ensuite utilisée dans leurs recherches sur la modification du comportement humain.

« Bien que j’eusse été admis dès 1900 au trente-troisième et dernier degré de la franc-maçonnerie, ce n’est qu’à l’été 1912 que se confirmèrent mes soupçons. Je veux parler de ma conviction que derrière les frivolités et la convivialité de notre plus grande institution (la franc-maçonnerie) se cache en vérité un secret. À l’époque dont je parle, un homme est venu à moi. C’était l’un des mystérieux maîtres de la franc-maçonnerie ésotérique, ces gens qui en sont les yeux et le cerveau, mais qui y restent inconnus, souvent même des chefs officiels de l’obédience […]Cet homme, qui observait ma carrière occulte depuis plusieurs années, m’avait alors jugé digne de prendre part aux Mystères Supérieurs », aurait expliqué le pseudo génie. L’homme en question était, semble-t-il, un certainTheodore Reuss. C’est le fondateur de l’OTO, franc maçon initié en Angleterre, occultiste, socialiste puis anarchiste, et parmi les premiers soutiens du mouvement féministe. Je n’ai évidemment rien contre ledit mouvement féministe, qui permet d’avancer vers l’égalité, mais il a été promu par ces mêmes banquiers fascistes, dans le seul but de déstabiliser les sociétés patriarcales. Aujourd’hui, les mêmes financent les masculinistes et autres associations pro père.

En 1880, Reuss, qui passait son temps entre l’Allemagne et l’Angleterre, a été dans un groupe qui voulait faire revivre l’Ordre des Illuminés de Bavière, créé par Weishaupt un siècle plus tôt. C’est ainsi qu’est né l’Ordo Templi Orientis. Reuss a été proche de William Wynn Westcott, franc maçon qui a créé la Golden Dawn (Aube Dorée) et était le leader de labranche rosicrucienne de la franc-maçonnerie. Reuss était aussi membre de l’Ordre martiniste en Allemagne.

« Reuss commencera à développer une arrière-loge maçonnique au sein de l’Obédience de Memphis-Misraïm dont finira par émerger l’OTO. Et, ce n’est que plus tard qu’il prétendra que Kellner en fut le co-fondateur. Reuss forgera à la même époque l’histoire fantasmée de l’Ordre qui remonterait ainsi aux Templiers via, entre autres, l’Hermetic Brotherhood of Light (fondée au milieu du XIXe siècle), la FM et les Illuminés de Bavière d'Adam Weishaupt », peut-on lire sur un blog dédié à la FM.

« Dans un élan d’impérialisme mystique, Reuss se félicitera plus tard que l’OTO ait absorbé la majorité des organisations chevaleresques, templières ou maçonnique. Dans une publication de l’Oriflamme il donne ainsi la liste des organisations couvertes par l’OTO : « l’Église Gnostique Catholique, l’Ordre des Chevaliers du Saint-Esprit, l’Ordre des Illuminés, l'Ordre du Temple, l’Ordre des Chevaliers de Saint-Jean, l’Ordre des Chevaliers de Malte, l’Ordre des Chevaliers du Saint-Sépulcre, l’Église Cachées du Saint-Graal, la Fraternité Hermétique de la Lumière, la Saint Ordre de la Rose-Croix Hérédom, l’Ordre de l’Arche Sainte Royale d’Énoch, le Rite Ancien et Primitif de la Maçonnerie, le Rite de Memphis, le Rite de Misraïm, le Rite Écossais Ancien et Accepté, le Rite Swedenborgien, l’Ordre Martiniste et l’Ordre de Sat Bhaï » (ouf !). Il est à noter que Reuss avait déjà été l’importateur en Allemagne des Rites maçonniques irréguliers de Memphis-Misraïm et du Rite Écossais Ancien et Accepté, et, nous pouvons lire l’énoncé de ses titres dans l’édition de décembre 1906 de l’Oriflamme : « Souverain Grand Maître Général ad vitam des franc-maçons des Ordres Écossais Unis pour l’Empire Allemand, Souverain Grand Commandeur, Grand Souverain Absolu, Souverain Pontife, Souverain Grand Maître de l’OTO, Suprême Mage Soc. Frat. R.C., SI, 33°, Termaximus Regens I.O…. ».

L’OTO est conçu avec le même type de hiérarchie et de structure que la franc-maçonnerie, et les Maîtres francs-maçons étaient automatiquement reconnus comme membres de l’OTO. Les secrets dévoilés aux derniers grades de l’OTO étaient des pratiques sexuelles, dont la sodomie entre hommes. Toute sa vie, Reuss n’a cessé d’entrer dans des groupuscules, ou d’en créer. Ce qui a plus à Reuss chez Crowley était, semble-t-il, son abbaye de Thélème.

Crowley (qui se faisait modestement appeler « La grande Bête 666 »), avec ses théories internationalistes, prônant un nouvel ordre mondial, arrangeait bien les affaires des puissants de ce monde. Tout en déclarant qu’il était pour la liberté et l’amour libre, Crowley réclamait un contrôle total des populations. En 1920, Reuss, présent au congrès de Fédération Mondiale de la Franc maçonnerie universelle, a déclaré que la « religion gnostique » de Crowley était « la religion officielle de tous les membres de la Fédération Mondiale de la franc maçonnerie universelle en possession du 18e degré du rite écossais » de la Franc maçonnerie. Mais, ça n’aurait pas marché. Crowley était homosexuel et considérait les femmes comme inférieures. D’où sapromotion de la sodomie dans les rituels de l’OTO, qui a fait émulation dans la bonne société anglaise, notamment.

La Golden Dawn, dont Crowley était membre, est un autre groupuscule secret qui revendiquait très sérieusement d’étudier la « magie » et les « sciences occultes », créée comme on l’a dit par William Westcott, un franc maçon, à la fin du XIX e siècle. La création de la Golden Dawn a été annoncée en 1889 dans une revue de la société théosophique. Elle existe encore en France, notamment sous le nom d’Ordre Hermétique de l’Aube Dorée, crée par des franc maçons et lié aux Rose Croix car les deux font partie du même « ordre initiatique et magique ».

On retrouve la Golden Dawn derrière Hitler, par exemple (et aujourd’hui en Grèce derrière Aube Dorée, évidemment[47]), mais aussi derrière le Temple Solaire créé à partir d’un groupuscule à Genève appelé le Golden Way, dirigé par Tabachnik et Di mambro et dans lequel on retrouvait Jacques Breyer, dont on a déjà parlé.

Aujourd’hui, la « pensée » sataniste, son marketing, sont présents partout. Combien de stars revendiquent aujourd’hui d’admirer Satan ou Lucifer ? La consommation de drogue, prônée par Crowley et ses amis, le sexe sans amour ni respect, le nihilisme, l’individualisme, sont aujourd’hui la norme, on doit bien le constater. Quand un Cohn-Bendit ou un Mitterrand revendiquent publiquement leur pédophilie, cela ne pose aucun problème. Quand l’arrivisme devient la valeur suprême, que le pervers narcissique passe pour un modèle, et que des groupuscules tels que la franc maçonnerie servent de viviers à tarés et autre corrompus, il ne faut pas s’étonner que le monde aille si mal. Et encore, les gens sont loin de tout savoir.

-----------------------

 Evidemment, beaucoup diront que tout cela n’est que de la conspiration. C’est aller un peu vite, et oublier où se situe la vraie conspiration, et ce qui la permet. On ne peut pas admettre, dans un pays qui se dit évolué et « démocratique », d’être dirigés par une clique d’adeptes de compas et d’équerres, une clique ignorante des rouages de leur secte maçonnique, et encore plus de son instrumentalisation par des intérêts dissimulés. Une clique aussi opaque, aux rituels aussi aberrants, n’a pas sa place dans nos institutions et encore moins dans le débat public.

 

 



[1] La fraternelle des hauts fonctionnaires, à Paris, regroupe 400 sous- directeurs ou chefs de service d'administration centrale, présidents de tribunaux administratifs, magistrats de cours d'appel, inspecteurs généraux, universitaires.

[2] On estime qu’un bon quart des commissaires de police sont FM.

[3] La seule sœur vénérable d’une grande loge  est en réalité un homme qui a changé de sexe en cours de route.

[4] Le Drian est membre du GODF et aussi du Siècle, il est sioniste et proche du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France). Son fils Thomas est passé par KPMG, CGA-CGM et s’est retrouvé tout récemment –quel hasard- au cabinet de Jean Pierre Jouyet à la Caisse des Dépôts et consignations.

[5] Valls est aussi membre du Siècle et a été au Bilderberg en 2008. Il a été initié au Grand Orient de France, dans la loge L’infini maçonnique, la loge mère d’Alain Bauer, le franc mac en chef. Il est également sioniste, « lié de manière éternelle à Israël ». D’ailleurs, Valls côtoie Bauer depuis bien longtemps et ce n’est pas pour rien qu’il reprend ses délires sécuritaires.

[6] Moscovici est issu d’une famille juive, il est vice président du Cercle de l’Industrie créé par DSK et membre de la french American Foundation ainsi que du conseil juif de New York et du Siècle.

[7] Fabius est aussi à la Trilatérale et au Bilderberg ?

[8] Sapin est comme Cahuzac au Grand orient de France, il est aussi membre du Siècle, participe aux diners du CRIF et a été au Bilderberg. A propos du Traité de Maastricht, qui préfigure le Traité de Lisbonne, il déclare : « Maastricht apporte aux dernières années de ce siècle une touche d’humanisme et de Lumière qui contraste singulièrement avec les épreuves cruelles du passé ».

[9] Hollande est aussi membre de la French American Foundation (financée par des multinationales, et qui « a pour but d'améliorer les relations entre la France et les Etats-Unis », du Siècle, du CRIF. Il estaussi sioniste, s’étant engagé à « combattre fermement l’antisémitisme et l’antisionisme ».

[10] Peillon est aussi membre du Siècle.

[11] Le Foll est un autre sioniste qui aime les dîners du CRIF.

[12] Montebourg appartient aussi à la French American Foundation, ce lobby atlantiste dont font aussi partie Marisol Touraine ou Moscovici.

[13] En plus d’être issu du courant lambertiste financé par la CIA et son agent Irving Brown pour diviser la gauche. Jospin et le fils de diamantaires grecs Cambadélis sont du même bord, en tant qu’ « anciens trotskystes » anti communistes.

[14]On peut estimer qu’environ 150.000 francs macs paient leur cotisation en France, soit à,2% de la population. Alors qu’ils représentent au moins 50% des ministres. Cherchez l’erreur.

[15] Par exemple, 20% des effectifs du GLNF sont des patrons d’entreprises. Les secteurs des médias, le BTP, l’armement, l’aéronautique,  les entreprises publiques comme Elf, la SNCF, France Telecom, GDF ou EDF sont très concernés.

[16] D’ailleurs, il va être surement très amusant de remonter la piste de cet argent. Certains sont déjà en train de regarder du côté de DSK, qui décidément est mêlé à beaucoup d’affaires de détournements de fonds. D’ailleurs, le nouvel avocat de Cahuzac est le même qu’avait pris DSK pour faire annuler au dernier moment la diffusion d’un reportage, Jean Veil. Le reportage en question parlait, sans citer DSK, du détournement d’un brevet d’extinction des puits de pétrole en feu, en 1991, et du détournement de 8 à 17 milliards de dollars par le gouvernement français. Etrangement, après les socialistes, c’est la droite de Chirac qui a tout fait pour faire taire l’inventeur du brevet, Joseph Ferrayé.

[17] Mirabeau, par exemple, passé pour un grand révolutionnaire, était un franc maçon acquis à la cause des banquiers. Grâce à une maîtresse qu’on lui a mis dans les pattes et à des dettes, les banquiers ont su le manipuler. Avec Weishaupt, qui a lancé les illuminés de Bavière (les banquiers), il a rallié plusieurs grands « révolutionnaires » à sa franc maçonnerie, comme Talleyrand ou le Duc d’Orléans. Et ça a vite pris : « Fin 1773, Philippe, Duc d’Orléans, avait introduit le Rituel du Grand Orient dans la Franc-Maçonnerie française. En 1788, il y avait en France plus de deux mille loges affiliées à la Franc-Maçonnerie du Grand Orient et le nombre d’adeptes dépassait les cent mille. Ainsi, les Illuminati Juifs, grâce à Moses Mendelssohn et à Weishaupt, s’étaient intro­duits dans la Franc-Maçonnerie Continentale sous le paravent des Loges du Grand Orient. Ils organisèrent ensuite des comités révolutionnaires secrets à l’intérieur des Loges. Les directeurs de l’ « Underground » révolutionnaire étaient donc présents dans toute la France. », écrit Carr dans « Des pions sur l’échiquier ». Déjà à l’époque, les partouzes servaient à compromettre des personnes bien placées.

[18] Honoré de Balzac disait : « Il y a deux Histoires : l'Histoire officielle, mensongère, qui nous est enseignée, et l'Histoire secrète où se trouvent les vraies causes des évènements, une Histoire honteuse ». Et il savait de quoi il parlait, lui qui était fils et petit fils de francs macs.

[19] Les FM se sont d’ailleurs vengés en entraînant une procédure contre Montgolfier.

[20] Très proche de Chirac, Michel Roussin a été cœur de nombre de coups tordus de la chiraquie, dont la Françafrique.

[21] Les médias commerciaux sont littéralement envahis de francs macs. La quasi-totalité des chefs de rédactions sont francs macs, et les FM tentent de recruter tous les jeunes journalistes même dans la presse locale.

[22] Par exemple dans le rite écossais, l’initié jure à un moment : « je préférerais avoir la gorge coupée que de manquer à mon serment », c’est-à-dire protéger ses « frères » même s’ils sont pourris et garder le secret. Et les cas de meurtres maçonniques sont là pour prouver que ce n’est pas seulement un délire. Concrètement, si vous apprenez qu’un frère va être mis en examen, vous le prévenez et vous actionnez vos réseaux pour que la Justice le laisse tranquille. On peut donc parler d’impunité. Sauf quand les frères lâchent un des leurs.

[23]Renforcer la culture G serait plus intelligent que de donner des cours de catéchisme républicain. Que veut-on apprendre aux enfants ? Qu’il faut aller voter, que les instituions défendent les citoyens ? Que tout va pour le mieux dans la meilleure des démocraties ? La blague. Un bons cours d’histoire non révisionniste serait bien plus approprié. Mais, je m’en fiche, je n’ai pas d’enfant qui subira cette propagande.

 

[24] « Pour obtenir un marché de la Ville de Paris, il était plus important d'être franc-maçon que d'avoir sa carte au RPR » disait un proche du dossier à l’époque.

[25] D’après William Guy Carr (qui a écrit « Des pions sur l’échiquier », qui mérite d’être lu) : Le plan de Pike était simple et s’avéra efficace. Il fallait que le Communisme, le Na­zisme, le Sionisme Politique et les autres mouvements internationaux fussent organisés et utilisés pour fomenter les trois guerres générales et les trois grandes révolutions.

1. La Première Guerre Mondiale devait permettre aux Illuminati de renverser le pouvoir des Tsars en Russie et de transformer ce pays par la mainmise du Communisme athée. Les divergences « naturelles », attisées paf les Agents des Illuminati entre les Empires Britannique et Allemand devaient servir à fomenter cette guerre. Le conflit terminé, le Communisme devait se constituer et être utilisé pour détruire les autres gouvernements et affaiblir les religions.

2. La Deuxième Guerre Mondiale devait être fomentée en jouant sur les divergences entre Fascistes et Sionistes Politiques. Cette guerre devait permettre la destruction du Nazisme et accroître la puissance du Sionisme Politique de façon à ce que l’État souverain d’Israël put s’établir en Palestine. Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, la puissance du Communisme International devait arriver au niveau de celle de la Chrétienté tout entière. Arrivé à ce point, il devait être contenu et mis en réserve jusqu’à son utilisation pour le dernier cataclysme social. Toute personne informée peut-elle nier que Roosevelt et Churchill aient mis cette politique à exécution ?

3. La Troisième Guerre Mondiale doit être fomentée grâce aux divergences que les agents des Illuminati attiseront entre Sionistes Poli­tiques et dirigeants du monde Musulman. On doit diriger la guerre de façon à amener la destruction de l’Islam (le Monde Arabe y compris, la religion de Mahomet) et du Sionisme Politique (comprenant l’État d’Israël). Dans le même temps, les autres nations une fois de plus divisées entre elles à ce propos, seront acculées à se combattre jusqu’à un état de destruction physique, mentale, spirituelle et économique totale.

Lorsqu’on raisonne et que l’on n’est pas « déformé. Evidemment, pour les francs maçons, cette lettre n’a jamais existé. Mais, pourquoi diraient-ils la vérité ? Mais, comme le souligne Carr, on ne peut pas nier que les banques et financiers ont financé les deux camps qui s’opposaient dans chaque guerre, et cela depuis 1776, d’après Carr. 1976, c’est la date du Nouvel ordre Mondial, date de création des Illuminés de Bavière, qui apparait à la fois sur les billets de banque US et sur la statue de la liberté, faite par un franc mac français pour les francs macs américains.

[26] Une espèce de société secrète US et anglaise fondée en 1902 réunissant des militaires, politiciens et autres« businessmans » (dont de nombreux banquiers),  qui cherchait à influencer la politique nationale et du coup la politique internationale.

[27] Je précise que je ne crois pas en dieu, cependant je ne vois pas l’intérêt de cracher sur la religion, si au final c’est pour croire en un « grand architecte de l’univers », en un « Dieu » ou en Lucifer ?

[28] Le n°2 de Memphis Misraïm était un membre de la DST. « La Direction de la surveillance du territoire (DST) [...] a jeté son dévolu sur Memphis-Misraïm. Moins par attirance pour les rites égyptiens qui ont fait sa réputation que par la qualité de ses membres. De nombreux Grands Maîtres des autres obédiences viennent y compléter leur parcours initiatique. Memphis-Misraïm subit également d’incessantes tentatives d’infiltration de militants d’extrême-droite, attirés par son ésotérisme primitif. Enfin, malgré la faiblesse de ses effectifs en France (800 membres à peine), elle est intégrée dans une structure planétaire, notamment en Asie et en Afrique noire ».

[29] Les leaders de l’UNEF (liée au PS) étaient connus pour négocier discrètement avec les gouvernements socialistes et couler les mouvements étudiants dès qu’ils dérangeaient trop le pouvoir. Je l’ai constaté de mes yeux et c’est pour cela que dès les années 2000, les mouvements étudiants ont court-circuité les syndicats en créant des coordinations ad hoc, basées sur des votes démocratiques.

[30] Il a rejoint l’AMORC qui venait d’être réactivé en France en décembre 1948 et serait entré en maçonnerie en 1955 en Italie. L’AMORC était alors dirigée aux USA par Spencer Lewis, qui était également membre de la loge Memphis Misraîm.

[31] Là encore il y a plein de branches, le martinisme est constitué de plusieurs courants. Celui de Bernard s’appellel’Ordre martiniste traditionnel (OMT). L’occultiste Papus en a été membre, ainsi que de la société théosophique, qui, elle, est très clairement sataniste, et de la franc maçonnerie. Selon Papus, le Martinisme est « une société mystique » destinée à diffuser rapidement « les enseignements de l’occulte et les lignes de la tradition occidentale ». Divers groupuscules internes à l’OMT noient encore davantage le poisson, comme « l'Ordre Kabbalistique de la Rose+Croix ». Chez Papus, on a retrouvé durant la guerre des documents relatifs à la synarchie, un complot fasciste de banquiers et d’industrielsqui voulaient une « révolution mondiale » favorable à leur élite, un « fédéralisme européen » et « un gouvernement mondial ». Le même type de documents a été retrouvé dans les locaux de la loge FM Memphis Misraïm, ainsi qu’au siège de l’OMT.

 

[32] Un pays où les meurtres rituels, de plus en plus nombreuxsurtout en période électorale, restent systématiquement impunis. Les gabonais tentent d’ailleurs de se mobiliser.

[33] Créé à l’origine sous le nom de « Ordre international chevaleresque de tradition solaire »

[34] Papus et Augustin Chaboseau rassemblent en 1890 quelques amis, dont Stanislas de Guaita, Lucien Chamuel, F.-Ch. Barlet, le « nationaliste » Maurice Barrès, Joséphin Péladan, Victor-Émile Michelet dans l'Ordre Martiniste. Papus en est élu grand maître.

[35] La société Théosophique est encore un groupe satanique créé par une franc maçonne, Helena Blavatski, grande amie d’Aleister Crowley, qui a écrit « Lucifer, c’est la lumière divine et terrestre, le saint esprit, et Satan tout à la foi »Blavatsky passe pour l’égérie du New Age.

[36] Ce groupuscule sataniste, la Golden Dawn, a eu un membre éminent en la personne d’Aleistair Crowley qui a fondé l’Ordo Templi Orientis (OTO). Crowley s’est fait expulser d’Italie pour avoir organisé des rituels sataniste, avec des viols collectifs d’enfants, dans son « abbaye de Thelema ». Crowley prône aussi les pratiques pédophiles et les sacrifices de sang. L’Hermetic Order of the Golden Dawn a été créé par des francs maçons de haut rang.

[37] Voir l’affaire du psychiatre franc maçon Serge Bornstein, qui continue d’exercer et est expert auprès de la Cour de cassation, après avoir défendu la scientologie par laquelle il était aussi rémunéré.

[38] Nazis qu’on retrouve dans le trafic de drogue comme Klaus Barbie, ou dans la CIA par exemple à la tête du programme de contrôle mental MK Ultra…

[39]«  François Durand de Grossouvre, devenu industriel en épousant une héritière du sucre, a été avant tout un homme de réseaux. Anticommuniste, il est passé par l’extrême-droite puis par la résistance pendant la deuxième guerre mondiale, et la franc-maçonnerie. C’est un cadre du réseau mis en place par les américains après la guerre pour lutter contre une éventuelle invasion soviétique. A ce titre, il obtient la concession de Coca-Cola : avec cet argent, il soutient la gauche non communiste, a commencer par le journal l’Express »

[40] D’ailleurs, il était fasciste et nazi pendant la guerre, et a été sauvé du tribunal par les USA, en rejoignant l’US Army Counter Intelligence Corps.

[41] Il s’agit de : François Thual, grand maître d'honneur de la GLCS, et depuis juin 2011, Grand Maître national de la Grande Loge mondiale de Misraïm (GLMM), Thual était aussi professeur de géopolitique à l'Ecole de guerre, René Imbot (ex parton de la DGSE, arrivé après l’affaire du Rainbow Warrior), et Jeannou Lacaze (ex patron du SDECE, puis chef d’etat major des armées, conseiller du ministère de la défense sous Mitterrand, spécialisé dans les relations avec l’Afrique et conseiller de plusieurs dictateurs du coin, il est devenu député européen de 1989 à 1994, puis a créé son parti, l’Union des Indépendants grâce à un financement provenant du côté de Charles Pasqua. Une proche de Lacaze a expliqué « L'UDI est la passerelle qui évitera une hémorragie vers l'extrême droite. Nous voulons piquer des voix à Le Pen en séduisant les militaires »).

[42] Fort Bragg est l’une des plus importantes bases militaires des Etats-Unis. En 1984-85, des allégations d’abus sexuels rituels commis contre des enfants d’une crèche appelée le « Jubilation Daycare » par une certaine Barbara Orr à Fort Bragg ont fait scandale mais il n’y a jamais eu de poursuites. Certains enfants ont décrit des rituels de tortures, de meurtres et de cannibalisme. On sait aussi que des essais sur le LSD y ont été réalisés dans le cadre du projet MK Ultra entre 1955 et 1958 (au moins), selon un rapport du Sénat US datant du 3 août 1977 et portant sur le projet de contrôle mental MK Ultra.

[43] Par exemple, Jo Di Mambro était franc maçon, et aussi membre de l’AMORC depuis 1956.

[44] « L’Affaire Totale », écrit par un certain « Jean-Pierre Vandale » et publié en 2001.

[45] Auteurs de Noir Chirac, Les Arènes, 2002, sur les réseaux de Chirac, en FM ou en Afrique, notamment.

[46] La différence la plus flagrante serait que les satanistes considèrent que l’homme est son propre maître, tandis que les lucifériens estiment que Lucifer est un dieu. La secte Wicca est luciférienne, par exemple.

 

[47] L’un des buts poursuivis par l’Aube Dorée/golden dawn est d’infiltrer l’armée.

 

Source: Donde Vamos

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog