Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La France achète la paix sociale avec des étudiants factices « payés pour ne rien faire »

Publié par wikistrike.com sur 29 Juillet 2013, 07:47am

Catégories : #Social - Société

La France achète la paix sociale avec des étudiants factices « payés pour ne rien faire »

 

 

 

university-copie-1.jpg« Nous, direct, on signe on s'en va. Ici, on est payés à rien foutre», explique l’un de ces étudiants fictifs de l'Université de Perpignan, venu uniquement pour émarger le jour de l’examen pour pouvoir prétendre à sa bourse étudiante. « On a la bourse, on travaille de partout au noir, on s'en tire avec 1 500 euros facile », ajoute-t-il.

Dans le journal français Le Monde, Pascale Kremer Pascale explique que le problème des étudiants fictifs devient de plus en plus inquiétant. «Ces faux étudiants existent depuis toujours mais nous notons une accélération depuis deux-trois ans, en lien avec le chômagedes jeunes et l'absence de dispositif de soutien financier pour cette période de transition entre lycée et activité », indique Fabrice Lorente, le président de l'Université de Perpignan, dans le département des Pyrennées Orientales.

Ces étudiants bénéficient d’une bourse de 470 euros mensuels pendant 10 mois, qui les autorise à travailler, et leur permet de bénéficier de nombreuses exonérations (dont celle des frais d’inscription à l’université), de l'inscription à la Sécurité Sociale, et de réductions. Mais pour la percevoir, les élèves doivent se présenter aux examens et à certains cours (« travaux dirigés », ou TD).

Du coup, les élèves qui ne le sont que pour percevoir ce viatique ne viennent aux examens que pour émarger, mais comme ils doivent rester au minimum un tiers de la durée totale de l’épreuve, ils piaffent d’impatience et dérangent les autres élèves. Et dans les TD, ce n’est pas mieux : les étudiants factices perturbent le cours, ils sont agités, jouent avec leur téléphone portable, quand ils ne dorment pas ouvertement sur leur bureau.

Pour les doyens d’université, ces étudiants ne posent pas qu'un problème de discipline. En effet, le financement des universités dépend pour partie du taux de réussite en première année, et ces étudiants qui ne font rien augmentent le taux d’échec aux examens. Les taux de réussite en première année pour les filières Administration Economique et Sociale et Sociologie, deux filières prisées par ces faux-étudiants, ne sont respectivement que de 15 % et 29%. Mais lorsque l’on retire les élèves factices des calculs, ils grimpent à 44% toutes les filières confondues.

Selon les doyens des facultés de lettres et de droit, Nicolas Marty et Yves Picod, le gouvernement ferme les yeux sur ces «étudiants fantômes», et ce faisant, il achète la paix sociale. La bourse apporte un complément de revenu bienvenu pour les familles souvent modestes de ces étudiants. Et en conservant le statut d’étudiant, ceux-ci sont éliminés des statistiques du chômage.

Ces deux doyens souhaiteraient que l'on impose des résultats minimaux aux examens pour le maintien de la bourse, mais d'autres s'interrogent sur ​​cette proposition. Les professeurs de sociologie redoutent que les étudiants boursiers qui étudient réellement, ou leur matière, ne soient stigmatisés. Ils soulignent qu’un grand nombre de ces faux étudiants sont d'origine maghrébine, ce qui ajoute une dimension raciale à ce problème.

Jean Jacob, professeur de sciences politiques, propose quant à lui de supprimer la limite d’âge du Revenu de Solidarité Active (RSA). Le RSA est une allocation qui est actuellement attribuée aux personnes sans ressources âgées d’au moins 25 ans. Si les plus jeunes pouvaient également en bénéficier, ils n’auraient plus besoin de faire acte de présence à l’université, et de ce fait, ils ne dérangeraient plus les étudiants studieux.

 

Source

Commenter cet article

Damstounet 01/08/2013 05:57


ds la fac ou jétè, i suffisait de resté 5 minute o exam pr pvr rendre sa copi & partir. par contre, on peu touché la bourse ke 3 an je croi (si les résultats st movè) apré plus rien.

Franck 30/07/2013 02:40


D'accord avec toi Jules, mais c'est pas le but que poursuit l'etat socialiste, qui prend dans les poches des travailleurs francais pour alimenter les traficants des banlieues... Mais chut, il ne
faut pas en parler, on est vite catalogué comme facho... 


Vive la France.

Jules 30/07/2013 00:04


Z'ont qu'a faire pointer à la fin des cours ... De TOUS les cours ... Les faux étudiants seront vite repérés  s'ils ne sont pas là ou s'ils sortent trop tôt ... Et là, atchao la bourse !

Franck 29/07/2013 21:01


En attendant, certains, voir beaucoup touchent le RSA et roulent en voiture a 150000euros. cherchez l'erreur... Et ceux là ne s'appellent pas Martin ou Pierre... Alors appelons un chat un chat et
un escroc un escroc...


 


Quand aux retraites indument percues a l'etranger sans aucun controle de l'etat de santé du retraité, certains sont morts depuis 10 ans et la famille touche encore la pension retraite... Sans
controle car faut pas faire de vagues...

Athos 29/07/2013 17:55


A Lesage


M'aurait pas étonné qu'il n'y est pas un bobo rugbyman pour botter en touche.

lesage 29/07/2013 16:05


bien entendu à lire certains, c'est forcément des étrangers. Il y en a bien d'autres qui touchent des sous a rien foutre, comme Marine Le Pen, présente 122 jours en trois ans au parlement
Européen, ce qui la classe 742 em sur 754 députés ! Bel exemple aussi que celui là

XAAL 29/07/2013 15:26


je ne vois pas d'issue positive, un jour ou l'autre ce chateau de cartes finira par s'effondrer de lui même. 

fabou92 29/07/2013 14:38


www.egaliteetreconciliation.fr › Revue de presse › 2013 › mai‎

Faya Bon Babylon' 29/07/2013 14:35

Ce que je sais perso = Je suis étudiant, C'est la HASS la plus totale. Rien n'est prévu pour NOUS. Ceux qui ont 1 bourse ont bien de la chance. Ceux qui trichent pour l'avoir sont des enculés que
j'aimerai bien manger. J'ai faim. Les études quand on est fils de pauvre, de famille mono-parentale, & sans aide possible de l'état c'est très dur. Voila pourquoi cela me suffit pour dire, que
j'encule radicalement ces merdes de socialistes. MANUEL VALLS je te baise petite pute [QUAND MEME], Regarde mon IP c'est 83.202.238.212 REVOLTE de la JEUNESSE POPULAIRE, nous aussi on mérite des
beaux costard & des bijoux (ceci est un message à la bande de sale vieux moche & pervers). Faya Bon Babylon' LIBERTE - EGALITE - FRATERNITE OU LA MORT!

Franck 29/07/2013 14:02


Justement, on a trouvé des papiers de la CAF dans des caches de juhadistes dans les pays en guerre... Et on rajoute a cela, les miliards d'€ de retraites envoyés a des soi disant retraités
algeriens morts depuis plus de 20 ans... On a compris la dhimitude de nos services sociaux et justice...

fabou92 29/07/2013 12:47


ensuite ils iront faire le jihad tout en percevant le rsa, ou va t'on?

Franck 29/07/2013 10:54


La suite qui manquait:



(…) D’autant qu’à Perpignan, où les plus défavorisés sont souvent enfants de l’immigration maghrébine, le Front national fait recette… « Dans les examens, on commence à percevoir des
regards de classe, de rancoeur, entre les jeunes de milieu très populaire et ceux des classes moyennes ou populaires stabilisées. A l’université, lieu de mixité, on entend désormais des propos
porteurs de racisme », s’inquiète Eliane Le Dantec, maître de conférences en sociologie. « Ceux-là, ils sont là pour profiter. Ils ne cherchent même pas de travail », nous ont
glissé plus tôt deux jeunes filles, devant la porte ouverte de l’amphithéâtre, en désignant quelques garçons d’origine maghrébine installés sur la droite.


(…)



Le Monde

Franck 29/07/2013 10:53


L’université face à un afflux de « faux » étudiants boursiers


Publié le 27 mai 2013 par Francois



















L’examen de sociologie a commencé il y a moins d’une demi-heure. Par deux ou trois, en un flot continu, des étudiants quittent
déjà l’amphithéâtre 4 de l’université de Perpignan. Copie blanche rendue. Ils ne sont venus que pour signer la feuille de présence et continuer à bénéficier de leur bourse. « Nous,
direct, on signe on s’en va. Ici, on est payés à rien foutre. » Ilyes, Ryan, Dylan, trois compères à la démarche chaloupée, assument, débonnaires, leur stratégie de survie par temps de
crise.



« On a la bourse, on travaille de partout au noir, on s’en tire avec 1 500 euros facile. »



La sortante suivante, pressée, court sur talons compensés. « J’ai rendez-vous chez le coiffeur, au Leclerc de je sais plus où. » Puis viennent deux blondes qui préparent le concours
d’infirmière. « La prépa coûte cher… » Assises en rang d’oignon, Sarah, Fara, Sabrina, Samia et quelques autres, moitié apprêtées comme des starlettes de téléréalité, moitié
voilées, n’ont pas davantage passé l’examen. Elles redoublent la première année de sociologie (« C’est pas intéressant, ça mène à rien. ») après un bac professionnel secrétariat et
une admission refusée en BTS, travaillant de-ci de-là « au KFC » ou dans le ménage.



(…) D’autant qu’à Perpignan, où les plus défavorisés sont souvent enfants de l’immigration maghrébine, le Front national fait recette… « Dans les examens, on commence à percevoir des
regards de classe, de rancoeur, entre les jeunes de milieu tr&e



Hercobulus 29/07/2013 10:48


Langue de bois du politiquement correct, car on ignore tout de l'origine ethno-


culturelle de ces pseudo étudiants rémunérés pour ''la paix sociale''. Voilà


notamment ou va l'argent des gens qui travaillent, et quelle que soit leur


origine.

Franck 29/07/2013 09:54


Bravo wiki, sacree information de premiere fraicheur, ca fait au moins deux mois que des sites comme Fdesouche en ont parlé...


Faudrait peut etre revoir la copie...


 


Et on attend quoi pour les debarquer ces faux etudiants qui prennent la place de ceux qui veulent vraiment reussir? 

Archives

Articles récents