Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La France en état d'alerte rouge fiscale: Planquez vos économies !

Publié par wikistrike.com sur 8 Juin 2013, 14:08pm

Catégories : #Economie

La France en état d'alerte rouge fiscale: Planquez vos économies !


Ça y est, nous avons basculé. Les rentrées fiscales sont en baisse, le déficit s’accroît, la France plonge ! L’état d’alerte fiscale est là.

Par Thibault Doidy de Kerguelen. 

Les « Rap Tout Vampires » du fisc interprétés par les Inconnus

Vous connaissez la courbe de Laffer. Vous savez qu’il arrive un moment où l’augmentation des taux provoque une diminution de la valeur absolue (ce qu’un précédent Président, qui avait retenu la musique mais pas compris les paroles, traduisait par « l’impôt tue l’impôt »).

Les recettes fiscales ne sont pas au rendez vous

Eh bien, il semble que nos ministres (et parlementaires) idéologues soient de nouveau rattrapés par la dure réalité économique ! De janvier à avril 2013, les recettes fiscales nettes de l’État sont quasiment stables par rapport à la même période en 2012. Celles-ci n’augmentent que de 0,5% à 88,364 milliards d’euros sur quatre mois. Or sur l’ensemble de l’année 2013, les encaissements de l’État devraient augmenter de 11,2% à 298,616 milliards d’euros selon le Budget initial fixé par la dernière loi de finances.

On ne tond pas un œuf

Les services de Bernard Cazeneuve, ministre délégué chargé du Budget, reconnaissent une « faiblesse des rentrées fiscales » depuis le début de l’année. Si les recettes d’impôt sur le revenu (IR) sont en forte hausse, de plus de 10%, celles de la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) et de la TIPCE (taxe intérieure de consommation sur les produits pétroliers, ex-TIPP) sont en forte baisse. Le manque à gagner par rapport à 2012 se monte à 1,069 milliard d’euros pour la TVA et à 262 millions d’euros pour la taxe sur les carburants. La TVA reste tout de même le principal prélèvement fiscal de l’État. À fin avril, elle rapporte 44,709 milliards d’euros, soit la moitié des recettes fiscales (50,6%).

Qui de sensé peut s’en étonner ? Tout ce que les impôts directs ont ramassé ne circule plus, donc ne crée plus de valeur ajoutée sur laquelle la taxe du même nom devient inefficiente. La fiscalité sur les produits pétroliers rend ceux-ci tellement onéreux que la consommation s’en ressent… au détriment de l’impôt.

 La situation risque d’empirer d’ici la fin de l’année

« L’évolution globale des recettes fiscales nettes présente un aléa baissier par rapport aux prévisions présentées dans le programme de stabilité, débattu au Parlement mi-avril », commente-t-on à Bercy. Autrement dit, le risque de dérapage est plus grand que la probabilité d’une bonne surprise. Bercy, avec son langage codé prévient que les prévisions de recettes d’ici à la fin de l’année, au regard de l’activité et des perspectives économiques sont négatives. Soyons clair, le gouvernement aura du mal à faire porter la responsabilité de cette situation à son prédécesseur. Cette situation, parfaitement prévisible puisque nous l’avions prévue, est le résultat des choix et des décisions fiscales prises depuis un an. Nous sommes dans la phase descendante de la courbe de Laffer, l’augmentation faciale des impôts et des taxes génère un baisse des montants collectés.

Attention aux réactions de nos socialo-énarques

Cette faiblesse des rentrées fiscales contribue au creusement du déficit de l’État français. Celui-ci s’est aggravé de 6,9 milliards d’euros au 30 avril 2013 par rapport à l’arrêté au 30 avril 2012. En cumulé sur quatre mois, le déficit atteignait en avril 2013 66,8 milliards d’euros, contre 59,9 milliards un an plus tôt, et 61,4 milliards à fin avril 2011. Or, comment nos énarques, particulièrement socialistes, réagissent-ils dans de telles situations ? Ils ne connaissent qu’une seule solution : l’augmentation de la pression fiscale. Vous le savez, lorsque l’assiette est inférieure aux estimations, nos « hauts fonctionnaires », tous formés à la même école n’ont qu’une seule attitude, pallier les absences de l’assiette par les taux.

Autrement dit, aussi stupide que cela puisse être, il est fort à parier que nos gouvernants vont nous tenir un discours vague dont le thème central sera « la récession en zone euro provoque une dégradation de la situation en France » pour ensuite expliquer que « à cause de la situation » le déficit de la France risque d’être supérieur aux 3,6% du PIB que Bruxelles a plus ou moins autorisé et que donc, un appel « extraordinaire » à contribution va être lancé. Autrement dit, planquez vos sous, l’ogre, je le répète, par sa faute, en raison des décisions stupides et anti économiques qui ont été prises depuis un an, risque de vous imposer forfaitairement.

En fait, il n’y a pas trente six solutions…

Cet avertissement n’est pas un cri lancé au hasard par quelque oiseau de mauvais augure. Dans la mesure où aucune décision visant à la réduction du coût de fonctionnement de l’État n’ayant été prise et aucune décision prise aujourd’hui ne pouvant avoir d’effet cette année, si l’État ne ponctionne pas directement les contribuables avant la fin de l’année, il explosera son objectif de déficit et ne pourra pas tenir ses engagements à l’égard de Bruxelles. Aussitôt que cette situation sera actée, l’État, bien obligé d’emprunter sur les marchés pour assurer son fonctionnement, sera identifié comme de moins en moins fiable et verra ses taux d’emprunt augmenter. La dette s’accroîtra alors de manière considérable, plombant encore plus les comptes de la Nation, ses possibilités d’arbitrage.

La ponction autoritaire fera encore des dégâts dans les familles, dans les entreprises, dans les chiffres de la consommation mais sera moins douloureuse à terme que le choix de faire défaut à nos engagement de déficit. C’est pour cela que je pense que le gouvernement va, probablement pendant l’été, nous concocter une petite opération de solidarité citoyenne comme les socialistes les adorent…


Sur le web.

Archives

Articles récents