Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La France pourra bientôt traquer sans limite ses "ennemis d’Etat"

Publié par wikistrike.com sur 26 Novembre 2013, 12:35pm

Catégories : #Politique intérieure

La France pourra bientôt traquer sans limite ses "ennemis d’Etat"


Will Smith dans le film "Ennemi d'Etat"

Will Smith dans le film "Ennemi d’Etat"

 

Le gouvernement s’apprête à faire voter un projet de loi de programmation militaire 2014-2019 dont certaines dispositions étendent les possibilités de surveiller en dehors de toute action judiciaire les données numériques de dizaines de milliers de citoyens considérés comme de potentiels «ennemis d’État» et de savoir qui ils appellent et qui les joint, de les localiser en temps réel à travers leurs téléphones, leurs ordinateurs. 

Désormais, toute la communauté du renseignement sera mobilisée, de l’Intérieur à la Défense, en passant par Bercy, pour des motifs bien plus large que le seul risque terroriste, comme la prévention de la criminalité. Ce régime d’exception risque donc d’être appliqué à toutes les infractions.

Les promoteurs de ce texte font valoir que des garanties seront accordées au citoyen, comme la nomination, d’une «personnalité qualifiée» auprès du premier ministre pour contrôler les demandes des services des ministères. «La commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS), autorité administrative indépendante, encadrera le recueil de données de connexion et de géolocalisation, assure Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense.»

Parmi les nombreuses dispositions du texte, l’article 13 autorisera explicitement "le recueil, auprès des opérateurs de communications électroniques et (des hébergeurs et éditeurs), des informations ou documents traités ou conservés par leurs réseaux ou services de communications électroniques, y compris les données techniques relatives" :

  • "à l’identification des numéros d’abonnement ou de connexion à des services de communications électroniques" (numéro de téléphone, adresse IP …) ;
  • "au recensement de l’ensemble des numéros d’abonnement ou de connexion d’une personne désignée" (historique des adresses IP utilisées par un abonné, différentes lignes téléphoniques d’un même abonné…) ;
  • "à la localisation des équipements terminaux utilisés" (géolocalisation des smartphones) ;
  • "aux communications d’un abonné portant sur la liste des numéros appelés et appelant, la durée et la date des communications" (les fameuses fadettes des opérateurs télécoms)

Le texte précise que les données ne peuvent être obtenues que par des agents "individuellement désignés et dûment habilités", lorsqu’ils relèvent du Ministre de l’Intérieur, de la Défense, de l’Economie ou du Budget.

Les demandes d’interception par les agents devront être validées par "une personnalité qualifiée" désignée par la CNCIS (Commission nationale de contrôle des interception de sécurité), sur proposition du Premier ministre. La CNCIS aura connaissance des décisions de la personnalité qualifiée, mais n’aura pas le pouvoir de s’y opposer, sauf dans un cadre général de contrôle, avec prescriptions à respecter sous 15 jours.

L’article 13 permettra, sur autorisation du Premier ministre, de recueillir ces données en temps réel, directement sur le réseau ou auprès des opérateurs, pour des périodes renouvelables de 30 jours. Seul le président de la CNCIS est prévenu, au plus tard 48 heures après l’autorisation délivrée par le Premier ministre. Si le président de la CNCIS estime que la légalité de l’autorisation n’est "pas certaine", il dispose de 7 jours pour remettre un avis au Premier Ministre, sans caractère impératif.

L’article 14 du projet de loi confira à l’Etat un pouvoir de contre-attaque qui l’autorisera à pirater des serveurs ennemis lorsque "le potentiel de guerre ou économique, la sécurité, ou la capacité de survie de la Nation" sont attaqués :

Art. L. 2321-2. – Pour répondre à une attaque informatique qui vise les systèmes d’information affectant le potentiel de guerre ou économique, la sécurité ou la capacité de survie de la Nation, les services de l’État peuvent, dans les conditions fixées par le Premier ministre, procéder aux opérations techniques nécessaires à la caractérisation de l’attaque et à la neutralisation de ses effets en accédant aux systèmes d’information qui sont à l’origine de l’attaque

L’article 15 permettra au Premier Ministre de dicter toute mesure aux fournisseurs d’accès à Internet (FAI) et autres hébergeurs "pour répondre aux crises majeures menaçant ou affectant la sécurité des systèmes d’information", sous peine de 150 000 euros d’amende.

Enfin, l’article 16 bis du projet de loi permettra aux "agents de l’autorité nationale de sécurité des systèmes d’information [...] d’obtenir des opérateurs de communications électroniques [...] l’identité, l’adresse postale et l’adresse électronique d’utilisateurs ou de détenteurs de systèmes d’information vulnérables, menacés ou attaqués". En résumé, cela permettra d’obtenir les coordonnées de tout abonné, hébergeur ou éditeur de site internet.

Le texte qui prévoit également la suppression de 24 000 nouveaux postes dans les armées, a déjà été examiné au Sénat en octobre. Il doit revenir ce mardi, pour deux jours à l’Assemblée.

Sources : Numérama / Le Figaro / Le Journal du Siècle

Commenter cet article

DuCon 27/11/2013 01:51


Bouffe ta queue Antoine...


 


Bande de Français tarés, vous essayer de copier  encore les vilains américains avec 10 ans de retard. Ça doit être la consanguinité...

Antoine 26/11/2013 23:04


http://chevallier.biz/2013/11/l%E2%80%99amf-les-gos-banques-ca-ose-tout%E2%80%A6/


Les gens de l’AMF et les dirigeants des Gos banques ont osé !


Ils ont osé me sanctionner (et non pas me… condamner !), pour avoir osé… étudier moi-même les problèmes bancaires, en reprenant les idées d’Alan
Greenspan, en les appliquant à l’analyse des comptes des mécanos de la Générale et en publiant les résultats de mes cogitations, en prétendant qu’il s’agissait là d’une information
inexacte qui a fait chuter le cours de plus de 20 % à l’été 2011 !


Bien mieux (ou pire !), ils ont aussi sanctionné un Américain qui a repris mes informations !


D’abord, si l’AMF disait vrai, j’aimerais bien effectivement avoir le pouvoir, d’un clic de mulot, hop ! de faire plonger ou remonter les cours des
grandes banques dans le monde… et en tirer profit !
D’une certaine façon, les gens de l’AMF sont trop bons.


En fait ils sont trop… et c’est à ça qu’on les reconnait ! (Cliquer ici pour revoir la scène)


L’AMF et les Gos banques règnent donc ubi et orbi en s’arrogeant le droit d’imposer leurs analyses et en interdisant à toute personne, en France et même
dans le monde, de réfléchir aux problèmes posés par les big banks too big to fail !


Seules leurs interprétations doivent être considérées comme diffusables. La liberté d’expression, ils n’en ont jamais entendu parler.
Incroyable mais vrai.


Ainsi par exemple, il est donc strictement interdit à tout professeur dans le monde (de finances par exemple) de traiter de ces sujets en dehors de
la reprise servile des seules informations des banksters, ce qu’ont bien compris tous les journaleux et bonimenteurs franchouillards (les analystes financiers et autres économistes
patentés) qui ne publient rien d’autre que ce qu’on leur dit d’écrire comme l’un d’eux me l’a ingénument dit un jour.


Les gens de l’AMF sont d’une intelligence et d’une logique implacable : d’après leurs documents, ils m’accusent d’avoir fait plonger les cours de
la Générale qui ont atteint un plus bas le 10 août 2011 en publiant un article le… 14 août !


Il s’agit de leur part d’une accusation grave, diffamatoire et condamnable. De ce décalage chronologique, la seule conclusion qu’ils auraient dû en tirer est que j’ai été particulièrement rapide
pour donner des explications à la chute des cours de la Générale.


Pendant des années, les mécanos de la Générale ont publié sciemment des informations qui ne donnaient pas
une image fidèle de la réalité pour tromper les marchés, en particulier pour ce qui concerne les titres dits hybrides (subordonnés et autres) et pour les écarts d’acquisition (goodwill) , ce qui est sanctionnable et même condamnable mais pas condamné comme je l’ai
écrit à maintes reprises alors que les gens de l’AMF m’accusent d’avoir, sur la base de ces données, d’avoir publié des informations inexactes !


Maintenant, grâce (ou à cause de moi !), ils publient enfin des bilans qui, s’ils respectent les règles françaises qu’ils ont fait adopter, ne respectent pas les règles admises communément dans
le monde.


Enfin (pour ce qui est de cet article), depuis 5 ans, c’est-à-dire depuis le début des grandes turbulences financières, d’innombrables articles ont
été publiés dans le monde à propos des banksters.


Personne n’a été poursuivi pour cela… sauf moi ! … ce qui signifie que j’ai donc manifestement
bien touché là, en calculant le véritable leverage des banques, leur point critique.


Ainsi s’observe un miracle qui se produit parfois : ceux que j’appelle habituellement des idiots inutiles voire nuisibles, peuvent devenir utiles.
Que les gens de l’AMF et les mécanos de la Générale puissent devenir utiles, c’est effectivement miraculeux.

freenet 26/11/2013 19:03


Reste la solution freenet, un internet non centralisé crypté.


Ou bien par wifi en mode adhoc P2P.


Sinon ben, évitez d'activer le wifi de vos box, un terroriste pourrait l'utiliser et vous serez directement coupable.


Attention Wikistrike est très surveillé ;)


Les vrais méchants n'y sont déjà plus depuis longtemps mais nous sommes quand même suspect car nous ne parlons pas de séries TV ni d'emissions d'ondes positives.


L'idée c'est simplement qu'on s'auto-censure tous en nous disant qu'on est pas anonyme. Seulement, on le sait depuis des années qu'on est pas anonymes aux yeux de l'etat et de certaines grandes
entreprises. Cependant on reste anonymes auprès des autres alors on peux continuer à troller, rien ne change.

poLoq 26/11/2013 17:30


Avec des textes comme ça, il faut supposer avec certitude que le processus sera généralisé à tout enregistrement, les transferts automatisés à grande échelle vers des centres de surveillances,
incluant rapidement les analyses de toutes les autres traces, tous les abonnement, dont les radars de vitesse... comme dans les films, mais en vrai.
il faut également supposer avec certitude que les salopards de traîtres qui ont pris possession de la France et de l'Europe ont déjà reçu les directives américaines pour les accords unilatéraux
avec les Américains, comme pour toutes nos informations bancaires et maintenant médicales.
Pour surveiller quelqu'un, le policier français fera une demande à ses supérieurs, demande entrée dans le système, il aura ses réponses venant d'un techniciens américain d'une entreprise privée,
derrière sa console délocalisée... et le policier français moyen ne saura même pas que sa demande aura été sous-traitée par une entreprise ultralibérale américaine.
Ils inondent déjà le ciel français d'avions américains, de pilotes américains diffusant des chemtrails tous les jours, les résultats des votes français nous sont déjà fournis par Denver, les
bases militaires françaises sont presque toutes sous commandements américains, ils possèdent la première force d'intervention européenne en Italée (EuroGendFor) avec des lois
d'exceptions... ça continue.
SI tout ce ramassi de sapolards c'est pas des traîtres en bandes non controlables très organisés, qu'est-ce que c'est ?

Laurent Franssen 26/11/2013 17:11


Si t'es connecté à un mec pour l'espionner,
et que le mec passe par ta connection pour se connecter
En physique,
t'es baisé. 

Antoine 26/11/2013 16:11


Dieudonné Enorme ! Quenelle Surprise à la fin... 


http://www.egaliteetreconciliation.fr/Dieudonne-repond-a-Yann-Barthes-inclus-une-surprise-XXL-21558.html

Archives

Articles récents