Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La France pourrait exploser ses centrales nucléaires d'ici 2050

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 30 Septembre 2011, 14:38pm

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

 

La France pourrait exploser ses centrales nucléaires d'ici 2050


centrales-nucleairesEn faisant preuve de « sobriété » et d’ « efficacité », la France, deuxième producteur mondial d’énergie nucléaire, pourrait abandonner l’atome d’ici 2050.

Abandonner l’énergie nucléaire pour s’adonner à des alternatives renouvelables, c’est le choix qu’ont fait de nombreux pays après la catastrophe de Fukushima survenue en mars 2011. L’Italie, l’Allemagne et Suisse notamment désirent dorénavant tirer un trait définitif sur l’atome civil. Ces décisions pourraient bien faire écho puisque, d’après les récentes rumeurs, l’Espagne, la Pologne et la Belgique parlent également de fermer les centrales en fin de vie et réfléchissent à une date de sortie du nucléaire. Et la France dans tout ça ? Pour l’instant aucune annonce officielle n’a été faite, mais à défaut, des contrôles stricts et obligatoires sur les sites ont été récemment évoqués par Nicolas Sarkozy. Et oui, ce n’est pas si facile de lâcher l’atome quand on est placé au deuxième rang mondial de la production d’énergie nucléaire, avec 19 centrales et 58 réacteurs sur le territoire, juste derrière les Etats-Unis. D’autant plus que selon une récente analyse, une telle option pourrait coûter jusqu’à 750 milliards d’euros.

Seulement des solutions existent et la France pourrait très bien réformer totalement son programme énergétique d’ici 2050, selon une récente étude, ordonnée par Eric Besson, ministre de l’Energie, et réalisée par les spécialistes de négaWatt. Les experts ont alors établi un scénario,  présenté hier par Thierry Salomon, président de la compagnie, dans lequel les Français « ne vivent pas dans la privation (…), ne consomment pas moins, mais mieux ». Ce programme 2011-2050 est simplement régi par deux maîtres mots :« sobriété » et « efficacité ». Des lignes de conduite qui mèneraient inéluctablement à la rentabilité. Selon M. Salomon, réduire la climatisation la nuit, circuler à une vitesse moindre, optimiser l’isolation des logements sont des exemples de réflexes simples, qui pourraient à terme, réduire de 15% les consommations d’énergie par rapport à un scénario semblable, qui conserve les modes de vie et les habitudes actuels. Quant aux mesures d’ « efficacité », elles viseraient à développer des solutions techniques afin d’améliorer les rendements des systèmes de production notamment dans le secteur du bâtiment qui représente actuellement 40% de la consommation globale. Toujours selon négaWatt, ces techniques permettraient ainsi d’économiser jusqu’à 45% d’énergie supplémentaire.

En mettant bout à bout ces économies, l’organisme conclut qu’il faudrait « 2,2 fois moins d’énergie que dans un scénario tendanciel pour satisfaire les besoins de la société française ». Et si aucun prix de revient n’est pour l’instant chiffré, M. Salomon et ses associés aiment à dire que la véritable question à se poser, « ce n’est pas combien coûte le scénario négaWatt, mais la comparaison de ce dernier avec un autre où rien n’aurait changé ».

Crédits photos : flickr - strelitzia
Source zegreenweb.com

Archives

Articles récents