Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La France veut planter ses arbres en Islande pour conserver leur ADN

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 29 Octobre 2011, 15:02pm

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

La France veut planter ses arbres en Islande pour conserver leur ADN

 

arbre-islandais-volcaanique.jpgD'après le département forestier de l'Islande, la France envisagerait aujourd'hui de planter sur l'île, certains de ses arbres dont les espèces seraient menacées par le réchauffement climatique.

Le réchauffement climatique et la hausse des températures causent de sérieux problèmes à la nature et présentent une menace pour de nombreuses espèces animales comme végétales. Un constat auquel ne semble pas échapper les arbres français. C'est pourquoi l'Office national des forêts a élaboré un plan de sauvegarde qui permettrait de préserver les arbres si leur habitat venait à devenir trop chaud : planter les végétaux en Islande.

En effet, avec la hausse des températures, le climat islandais est aujourd'hui plus froid que le climat français mais il n'est pas glaciaire, en raison de la présence du Gulf Stream. Le pays pourrait donc être un refuge idéal pour les arbres en danger. "Le principal objectif est de rechercher et de trouver des moyens pour protéger et préserver l'ADN de ces arbres", a précisé Adalsteinn Sigurgeirsson du Service forestier islandais qui a passé une entente avec son homologue français. 

La collaboration concerne en fait tout particulièrement des espèces provenant des massifs montagneux alpin et pyrénéen, comme le hêtre. Mais "nous allons spécialement étudier les espèces qui sont les plus menacées en France par le réchauffement climatique", a commenté le chef du département des recherches du Service forestier islandais cité par l'AFP. De même, il a ajouté : "Tout indique que les conditions de l'Islande seront très favorables dans un demi-siècle ou un siècle pour le hêtre, par exemple". Le but ne serait pas alors de "créer une nouvelle forêt" mais plutôt "de préserver l'ADN des forêts", selon M. Sigurgeirsson.

Pour l'heure, néanmoins, le projet n'en est qu'à un stade initial bien qu'il y ait "un véritable intérêt des deux côtés pour le développer plus avant".

 

Maxisciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents