Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La fraude fiscale en France représente LE DOUBLE des économies budgétaires de la loi de Finances 2013

Publié par wikistrike.com sur 22 Janvier 2013, 16:50pm

Catégories : #Economie

La fraude fiscale en France représente LE DOUBLE des économies budgétaires de la loi de Finances 2013

 

 

beber.jpgTous les mardis, notre journal se penche sur l’argent public. Aujourd’hui, un syndicat de fonctionnaires de Bercy alerte sur le montant de la fraude fiscale.

Mentir sur sa déclaration de revenus, cacher du liquide dans un coffre à l’étranger, encaisser de la TVA et « oublier » de la reverser à l’Etat… Frauder le fisc serait-il devenu un sport national? C’est le sentiment qui domine à la lecture du dernier rapport sur la fraude fiscale du syndicat Solidaires-Finances publiques (ex-Snui). 

 Dans ce document, que nous dévoilons en exclusivité, ces  du fisc tirent le signal d’alarme : la fraude fiscale serait beaucoup plus importante qu’on ne le croit.

1 € sur 5 échappe à l’impôt. « Les différentes formes d’évasion et de fraude fiscale représenteraient de […] 60 à 80 Mds€ », estime le syndicat Solidaires. Soit un manque à gagner équivalant en 2012 à « 16,76% à 22,3% des recettes fiscales brutes ». Autrement dit, selon ces fonctionnaires du fisc, environ 1 € d’impôt sur 5 échappe à l’Etat. Un montant colossal. A titre de comparaison, les hausses d’impôts prévues pour 2013 (réforme de l’ISF, taxation du capital, etc.) se montent à 20 Mds€.

 

Une évaluation revue à la hausse. Jusqu’ici, tous ceux qui se penchaient sur ce sujet tablaient sur une fourchette comprise entre 30 et 50 Mds€. Le syndicat Solidaires-Finances publiques lui-même, en 2006, parlait d’une fraude comprise entre 42 et 51 Mds€. Pourquoi une telle hausse entre ces deux évaluations? En cause, les escroqueries liées à l’impôt sur les sociétés et à la TVA. Deux impôts pesant sur les entreprises.

Davantage de fraudes internationales. « De nouvelles études menées ces dernières années (rapport du , etc.) nous poussent à revoir à la hausse le chiffrage des fraudes internationales, estime Vincent Drezet, secrétaire général de Solidaires-Finances publiques. Cela touche particulièrement l’impôt sur les sociétés et la TVA ». Exemples : la multiplication des carrousels de TVA, la création de sociétés fictives pour collecter cet impôt ou encore le jeu des prix de transfert qui permettent aux multinationales de rapatrier leurs profits dans les pays à fiscalité allégée. L’autre grand problème concerne le développement du travail au noir, qui amoindrit les rentrées d’impôt sur le revenu.

Triche sur les cotisations sociales. « Si l’on ajoute en  la fraude aux cotisations sociales, la fraude aux prélèvements obligatoires représenterait alors probablement 73 à 95 Mds€ (la fraude aux cotisations sociales étant estimée au minimum entre 13 et 15 Mds€) », estime le syndicat Solidaires.

L’Etat ne reste pas les bras croisés. Grâce aux célèbres « redressements » fiscaux, l’Etat a récupéré 13,48 Mds€ en 2011. Et ce malgré un nombre de contrôles en forte baisse au cours des cinq dernières années. Dans son rôle, le syndicat Solidaires appelle à renforcer les effectifs pour effectuer plus de contrôles. Les gouvernements Fillon et Ayrault ont tous renforcé l’arsenal législatif contre la fraude.


Le Parigo

 

Commenter cet article

Arlette 23/01/2013 21:51


Sans commentaire.


http://www.youtube.com/watch?v=MW86Vj_ysXo 


Commentaire n°3 posté par Pépé aujourd'hui à 16h45

Arlette 23/01/2013 21:44


22 Janvier 2013 - Olivier DELAMARCHE :  "Tout ça, c'est du vent"  !


http://youtu.be/7qOyTGJvA7k

Jules 23/01/2013 18:05


Vous êtes tous là à dire que je n'y connais rien.


Seulement (je ne vais pas vous raconter ma vie) je suis un "petit artisant" employeurs de main d'oeuvre.


J'ai eu des recrutements à faire. J'ai eu aussi des licenciements à faire. Et ça n'a pas été ni simple ni agréable à faire. Je peux dire que j'ai vu de tristes choses.


Je parle souvent avec d'autres employeurs.


Ce qui revient TOUJOURS dans les discutions, c'est que les gens ne veulent plus se donner la peine de travailler. La première des questions qui est posée par les candidats lors d'un entretien
d'embauche, c'est le salaire ! Le travail a faire lui vient toujours en dernier !


Quant à dire que les patrons veulent des gens formés, c'est FAUX ! De toute façon personne ne peut prendre un poste sans avoir un minimum de formation interne. Les patrons veulent des gens
débrouillards qui savent et qui veulent travailler. Un point c'est tout. Seulement ce n'est pas "quantifiable" alors la norme c'est le diplome. 


Prêt de chez moi, une entreprise de mécanique avait besoin d'ouvriers. Cette entreprise à fait appel a pôle emplois dans tous les départements limitrophes. Rien ! Ils ont fini par envoyer un
mailling a 65.000 personnes dans un rayon de 100 km. 250 ont répondu. 9 dossiers ont été ouverts. 3 ont finalement été embauchés en CDI. Pas assez ! L'entreprise à été obligé de faire venir 30
ouvriers polonais ! 


A oui ! J'oubliais les diplomes demandés : aucun !


Cette entreprise à eu droit à un article de toute une page dans le journal local.


Et combien d'exemples comme ça ! Il y en a plein ! C'est peut-être parce que je fais partie du clan des patrons que je peux le dire ! Mais il faut arrêter de raconter n'importe quoi. Par contre
là, ou je suis d'accord c'est que prêt des grandes agglomérations il y a moins de postes à pourvoir. Mais ailleurs il y a du travail.


Il faut juste vouloir travailler. 

Pépé 23/01/2013 16:45


sans commentaire.


http://www.youtube.com/watch?v=MW86Vj_ysXo

Rensk 23/01/2013 14:37


@ Jules,


 


J'aime bien tes contradictions... être fâché contre les 35 heures (responsable selon-vous) et dire ici : la france paye des millions de gens à ne rien faire. Et le reste bossent comme des cons


 


La France selon l'OCDE (sur rapport du pays) dit que vous travaillez 38 heures semaine en 2011 et les germains, qui n'ont pas les 35 heures, font 35.5 heures par semaine...


 


Vous nous démontrez ce que veut dire croire et savoir...

Grrrrr 23/01/2013 10:48


@ Jules, ce que tu dis correspond au monde du travail d'il y a plus de 30 ans, mets toi à jour.


La France souffre de "Diplomite aigue" et voir un maçon passer à la plomberie tient de l'exception puisque les patrons veulent du personnel formé "avec" expérience et font la gueule quand des
alternatives leur sont proposé. 


On te prélève des charges sur ton salaire censé aider le chômeur à retrouver du travail mais c'est sans compter que Pole Emploi a perdu 70% des offres du marché du travail, ferme les vannes de la
formation ou ré-orientation et ne les accorde qu'à des conditions bien spécifiques auxquelles correspondent une tranche minoritaire. Il reste donc à la charge "supplémentaire" du chômeur de
démarcher les entreprises et d'avoir à faire à des secrétaires qui les jettent parce que formées pour être secrétaire et pas "hôtesse d'acceuil", dépenser du carburant pour démarcher les
entreprises et imprimer des CV en boucle fini par être très coûteux et contribue à la difficulté d'être chômeur.


L'augmentation considérable de l'interim a remplacé les CDD et CDI plaçant par la même au chômage une bonne partie de l'année des individus en attente de travail.


Les usines ont flingué un nombre incroyable d'emplois avec la robotique. Un robot remplace une dizaine de salariés et un seul technicien surveille 25 à 30 robots, donc un bref calcul te donne un
technicien= 250 à 300 emplois.


Le milieu paysan a souffert aussi et nous avons perdu des centaines de milliers d'emplois. Le pire, c'est que ce qui est cultivé est majoritairement destiné à l'alimentation des vaches et des
cochons et nous importons notre nourriture à hauteur de plus de 90%. Pas besoin de dire que quand le pétrole va disparaitre, on sera comme des cons pour bouffer parce que remettre nos terres en
l'état pour l'alimentation humaine, ça va prendre des mois voir des années.


L'état ne sort jamais de chiffres précis pour justement que des gens comme toi se reposent sur des rumeurs ou des échos et pas sur la réalité.


La facilité à retrouver du travail est une réalité d'il y a 30 ANS Jules et oui, il y a des profiteurs mais les chômeurs sont loin d'être les premiers.

Jules 23/01/2013 09:24


@pépé


Nous somme dans un pays ou le simple fait de tendre la main y fait tomber quelque chose dedans. Et si rien ne tombe on nous montre du doigt pour nous donner mauvaise conscience.


Je suis désolé mais du travail, il y en a ! Partout ! Beaucoup ! Seulement c'est plus facile de réclamer un RSA ou des allocations chaumage (en plus ce n'est pas impôsable !) Les gens sont
formatés dès l'école, on ne leur apprend pas a travailler, mais on leur dit qu'ils ont des DROITS ! Encore une fois je le dis, je suis désolé mais tout le monde a deux mains et une tête. S'il n'y
a plus de boulons à serrer, on va poser des parpaings, si c'est pas des parpaings c'est des tuyaux. En cherchant bien on trouve toujours. Il y a tellement d'exemples de gens qui ont passés d'un
emploi à un autre durant toute leur carrière. Ils n'ont pas eu peur de changer d'orientation. 


Alors oui, je le redis, la france paye des millions de gens à ne rien faire. Et le reste bossent comme des cons, est rançonné et au final tout le monde est à la ramasse.


Alors ne venez pas me parler des banques. Les fautifs c'est nous. Si on se prennait en main, qu'on ne montre plus du doigt c'eux qui bosse et qu'on désigne nettement les profiteurs, ça changerait
tout.

Grrrrr 23/01/2013 06:39


J'ai connu une époque où le salaire seul de monsieur suffisait à payer les traites de la maison, de la voiture, partir en vacances une fois par an et payer les etudes des deux enfants et les
croquettes du labrador.


Monsieur a été remplacé par un robot, enculé de chômeur, il détourne les profits des usines pour son chômage, c'est vraiment injuste, les pauvres actionnaires perdent de l'argent à cause de ces
parasites. Brûlons les !


Ceci était un message du comité de soutien à nos amis Jastrebiec & Jules.

Pépé 23/01/2013 04:50


@ Jules


"Déjà qu'on arrête de payer des gens à ne rien faire (il y en a quelques millions en France)."


Vous parlez de millions de pauvres, de précaires, (80% sont des femmes) et vous voudriez donc, qu ils n aient plus rien, qu ils mendient pour subsister, ou bien qu ils travaillent gratis, allez
donc leur demander!! Donc pas d accord pour que des fonds publics servent a l assistanat des pauvres, mais d accord pour des fonds publics servent a l assistanat des banques ( 2000 milliard d
euros suite aux pertes des banques européennes de la crise 2008.)


Manifestement, cette idéologie aussi inhumaine qu incohérente, pullule dans les esprits etroits de bovins téléphagés français.


 


 

Jules 22/01/2013 21:02


Un dicton dit : l'impôt tue l'impôt ...


Tout est dit ... Plus les impôts sont élevés plus il est rentable de frauder ...


Déjà qu'on arrête de payer des gens à ne rien faire (il y en quelques million en france) ! Qu'on laisse travailler les gens qui le veulent sans qu'ils culpabilisent de gagner de l'argent (qu'on
leur vole tout de suite après !) 


Mais franchement le fisc français c'est du vol en bande organisée et rien d'autre !

JASTREBIEC 22/01/2013 19:39


Est ce que les "fonctionnaires de BERCY" ont analysé les causes ?  ...C'est peut etre que le niveau des taxes, impositions et dépenses obligatoires a atteint un niveau tel  qu'il est
devenu inacceptable et que les français en ont assez de bosser la moitié de leur temps juste pour engraisser des fainéants, des parasites étrangers, des politichiens  vereux....

OTOOSAN 22/01/2013 18:38


Ils cherchent à culpabiliser les honnêtes gens en justifiant par avance le prochain tour de vis fiscal. Le chiffre des fraudes est par nature un chiffre "noir" c'est à dire totalement inconnu,
inchiffrable. Lui donner un volume c'est manipuler l'opinion ! accessoirement ça divise une fois de plus le pays : "on" vous augment les impots pasque y en qui fraudent pour pleins de millions et
paf ça passe !!!

Archives

Articles récents