Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La Grèce c'est +25% de suicides et +20% d'héroïnomanes. Santé !

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 10 Octobre 2011, 10:24am

Catégories : #Santé - psychologie

La santé des Grecs affectée par la crise

 

00000000000000000000000000000000000.jpgLa crise économique et les restrictions budgétaires mettent à mal le système de santé Grec. Les personnes les plus vulnérables sont particulièrement touchées, selon une analyse

 

Des statistiques de l’Union Européenne montrent que les citoyens Grecs étaient 15% plus susceptibles de ne pas consulter un médecin en 2009 par rapport à 2007, avant le début de la crise.  Dans un article publié dans la revue The Lancet, des médecins Britanniques analysent cette situation et précisent que ce phénomène n’est pas directement lié à l'incapacité de payer les soins, mais à des facteurs tels que l’augmentation des délais d'attente, des déplacements plus longs pour avoir accès aux soins, et à une moindre envie de se sentir mieux, en bonne santé.

Le système de santé grec donne en effet accès à des consultations gratuites chez le médecin généraliste et à des consultations peu chères (environ 5 euros) en externe dans les cliniques et hôpitaux. Les auteurs estiment que le moindre accès aux soins reflète des problèmes d’offre : des réductions importantes (de l’ordre de 40%) des budgets des hôpitaux ont conduit à un manque de personnel et de matériel médical donc à la réduction du nombre de consultations ouvertes. De plus, un système de pots de vin semble s’être développé qui permet aux plus aisés d’éviter les files d’attente et d’accéder prioritairement aux professionnels de santé.  

D’autres indicateurs trahissent aussi la dégradation sanitaire du pays : hausse de 17% des suicides en 2009 et de 25% (chiffre non confirmé officiellement) en 2010, augmentation des homicides, hausse de 20% de la prévalence de l’usage d’héroïne avec 52% d’infections supplémentaires chez les usagers de drogues intraveineuses. Des données qui s’expliquent par la réduction de 30% des personnels et des programmes axés sur la prise en charge des populations vivant dans la rue.

En revanche la crise a eu un impact à la baisse sur la consommation d’alcool: les auteurs précisent ainsi que le nombre de personnes interpellées pour ivresse ou conduite sous alcool a diminué en 2009 et 2010 alors que les contrôles de police ont, eux, augmenté.

Ils concluent en avertissant que « globalement, l'image de la santé en Grèce est préoccupante. Elle nous rappelle que, dans un effort pour financer les dettes, ce sont les gens ordinaires qui paient le prix ultime: perdre l'accès aux soins et aux services de prévention. » A méditer…

J.I.
Sciences et Avenir.fr

Archives

Articles récents