Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

On attend la Mère des tempêtes magnétiques

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 13 Mars 2011, 12:11pm

Catégories : #Terre et climat

 

champ magnétiqueLa mère des tempêtes magnétiques est-elle à venir ?

traduction de Didier Jamet


Grâce à d’anciennes données retrouvées à l’observatoire de Colaba en Inde, une équipe de chercheurs a pu préciser le scénario d’un gigantesque orage magnétique qui frappa la Terre en 1859. Et selon eux, un tel événement pourrait bien se reproduire.

Pour les cercles scientifiques où sont abordées les questions touchant aux éruptions solaires, les événements des 1er et 2 septembre 1859 constituent la mère des tempêtes magnétiques. Même à l’époque, il y a 144 ans de cela, beaucoup de gens comprirent que quelque chose d’exceptionnel venait de se produire. En quelques heures, les câbles télégraphiques qui parcouraient l’Europe et les Etats-Unis furent mis hors service, provoquant de nombreux départs de feux, tandis que l’on put observer des aurores qui n’avaient plus grand chose de boréal, puisqu’elles étaient visibles depuis Rome, la Havane ou Hawaii.

Ce qui s’est produit en 1859 était la combinaison de plusieurs évènements qui se déroulèrent à peu près simultanément à la surface du Soleil. S’ils s’étaient produits de façon isolée, ils ne seraient de toute façon pas passés inaperçus. Mais concentrés sur une même période, ils ont déclenché la plus violente perturbation qu’ait jamais connue l’ionosphère terrestre. " Ils ont déclenché l’archétype de l’orage magnétique" confirme Bruce Tsurutano, physicien des plasmas du JPL.

Pour commencer à comprendre ce que cet orage magnétique avait d’exceptionnel, il faut d’abord se familiariser avec les chiffres vertigineux que manipulent quotidiennement les physiciens des plasmas. D’un diamètre supérieur à 1 400 000 kilomètres, le Soleil concentre 99,86% de la masse totale du Système Solaire. Son volume pourrait abriter un million de planètes semblables à la Terre. A chaque seconde, l’énergie qu’il rayonne équivaut à celle dégagée par l’explosion simultanée de 100 milliards de tonnes de TNT.

Mais ce flux d’énergie n’est pas constant. Une inspection minutieuse de la surface solaire révèle un enchevêtrement turbulent de lignes de champs magnétiques et d’arches de plasma, le tout parsemé de taches sombres et mouvantes.

Parfois, un événement survient à la surface du Soleil qui libère une énorme quantité d’énergie sous la forme d’une éruption solaire, encore appelée éjection de matière coronale, une bouffée explosive de gaz très chauds et électriquement chargés dont la masse totale peut dépasser celle du mont Everest.

On peut retracer aujourd’hui le scénario de ce qui s’est passé pendant la canicule de l’été 1859 : le 28 août, on a remarqué la formation de nombreuses taches à la surface du Soleil. Les taches solaires sont des régions où règnent localement des champs magnétiques particulièrement intenses. Ces champs magnétiques s’entrelacent, et l’énergie magnétique résultante peut générer une soudaine et violente libération d’énergie appelée éruption solaire. Entre le 28 août et le 2 septembre 1859, plusieurs éruptions furent observées. Mais le 1er septembre, c’est une gigantesque éruption qui se produisit. Pendant près d’une minute, la quantité d’énergie rayonnée par le Soleil dans la région de l’éruption fut le double de la normale.

" Cette éruption s’accompagna de la libération explosive d’un énorme nuage de plasma, une éjection de matière coronale " poursuit Tsurutani. " Ces éjections ne se dirigent pas toutes vers la Terre. Celles qui le font mettent en général entre trois et quatre jours pour atteindre notre planète. Celle de 1859 fut sur nous en 17 heures et 40 minutes.

Cette éjection de matière coronale était non seulement très rapide, mais les champs magnétiques qu’elle contenait étaient très puissants et en opposition directe avec le champ magnétique local de notre planète. Cela signifie que l’éjection de matière coronale du 1er septembre 1859 a complètement submergé le champ magnétique terrestre, permettant aux particules chargées de pénétrer dans la haute atmosphère terrestre. Le résultat d’un tel évènement fut une féerie lumineuse, et de façon moins sympathique la mise hors circuit des réseaux électriques et des systèmes de communication.

En 1859, le télégraphe fêtait à peine ses 15 ans et le réseau électrique mondial était encore au berceau. En 1994, un orage magnétique endommagea sérieusement deux satellites de télécommunications, provoquant des interruptions dans les programmes des radios et télévisions canadiennes. D’autres ont affecté quantité d’installations, depuis les téléphones cellulaires jusqu’aux réseaux d’approvisionnement en électricité, en passant par le GPS. En mars 1989, un orage magnétique bien moins intense que celui de 1859 mit au tapis pendant 9 heures le réseau électrique d’Hydro Québec, au Canada. Les pertes provoquées par cet événement furent estimées à plusieurs centaines de millions d’euros.

" La question qui m’est souvent posée est de savoir si une pareille tempête magnétique est susceptible de se reproduire un jour, et quand " poursuit Tsurutani. " Je réponds alors que c’est fort possible, et qu’elle pourrait même être encore plus violente que celle de 1859. Mais pour ce qui est de la date à laquelle elle se produira, nous n’en savons tout simplement rien ! "

 

 

Avertissement de tempête solaire

 


Une tempête est à venir - le maximum solaire intense dans la plupart des cinquante ans. La prédiction vient d'une équipe dirigée par Mausumi Dikpati du National Center for Atmospheric Research (NCAR). "Le prochain cycle de taches solaires sera de 30% à 50% plus forte que la précédente, dit-elle. Si elle est correcte, les années à venir pourrait produire un éclatement de l'activité solaire au deuxième rang de l'historique Solar Max de 1958.

see captionCela a été un maximum solaire. L'ère spatiale ne faisait que commencer: Spoutnik a été lancé en octobre 1957 et Explorer 1 (le premier satellite US) en janvier 1958. En 1958, vous ne pouviez pas dire qu'un orage solaire était en cours en consultant les barres sur votre téléphone portable, les téléphones cellulaires n'existaient pas. Malgré cela, les gens savaient quelque chose de grand qui se passait lorsque les lumières du Nord ont été observés à trois reprises au Mexique. Un maximum similaires maintenant serait remarqué par son effet sur ​​les téléphones cellulaires, GPS, les satellites météorologiques et de nombreuses autres technologies modernes.

: Droit aurores intenses sur Fairbanks, en Alaska, en 1958. [ Plus ]

prévision Dikpati est sans précédent. Dans près de deux siècles, depuis le cycle solaire de 11 ans a été découvert, les scientifiques ont du mal à prédire la taille de l'avenir de maxima et a échoué. maxima solaires peuvent être intenses, comme en 1958, ou à peine détectable, comme en 1805, n'obéissant à aucune tendance évidente.

La clé du mystère, réalisé Dikpati ans, est une bande transporteuse sur le soleil.

Nous avons quelque chose de similaire ici sur Terre de la Great Ocean Convoyeur, popularisée dans le film de science-fiction The Day After Tomorrow . Il s'agit d'un réseau de courants qui transportent l'eau et la chaleur d'un océan à - voir le diagramme ci-dessous. Dans le film, la bande transporteuse arrêté et jeté le monde dans le chaos météorologiques.

see caption
Ci-dessus: la Terre "Ocean Alcyon." [ Plus ]

bande transporteuse du soleil est un courant, pas d'eau, mais du conducteur de l'électricité de gaz. Il s'écoule en boucle depuis l'équateur du soleil jusqu'aux pôles et vice-versa. Tout comme la Great Ocean Conveyor Belt contrôles météorologiques de la Terre, cette bande transporteuse solaire contrôle météo sur le soleil. Plus précisément, il contrôle le cycle des taches solaires.

Solar physicien David Hathaway de la National Science Space & Technology Center (NSSTC) explique: «D'abord, rappelez-vous ce que sont les taches solaires - noeuds emmêlés du magnétisme généré par la dynamo interne du soleil Une tache solaire typique existe pour quelques semaines alors qu'il ne se désintègre.. , laissant derrière lui un «cadavre» de champs magnétiques faibles. "

Entrez la bande transporteuse.

see caption"Le sommet de la bande transporteuse effleure la surface du soleil, balayant les champs magnétiques de la vieille, les taches solaires morts. Le« corps »sont entraînés aux pôles à une profondeur de 200,000 km où dynamo magnétique solaire peut les amplifier. Une fois les corps (noeuds magnétique) sont réincarnés (amplifiée), ils deviennent porteurs et flottent à la surface. " Presto-taches nouvelles!

Droit: Le soleil «courroie transporteuse grande." [ Agrandir l'image]

Tout cela se passe avec une lenteur massive. "Il faut environ 40 ans pour la ceinture de compléter une boucle," confirme Hathaway. La vitesse varie "n'importe où à partir d'un rythme de 50 ans (lent) à un rythme de 30 ans (rapide)."

Lorsque la ceinture est en train de "rapide", cela signifie que beaucoup de champs magnétiques sont balayés, et qu'un cycle de taches solaires est l'avenir va être intense. C'est une base pour les prévisions: "La ceinture tournait rapidement en 1986-1996," confirme Hathaway. "Old champs magnétiques balayés puis réapparaissait comme les taches solaires grande en 2010-2011."

Comme la plupart des experts dans le domaine, Hathaway a confiance dans le modèle tapis roulant et est d'accord avec Dikpati que le prochain maximum solaire devrait être mémorable. Mais il est en désaccord avec un point. prévisions de Dikpati met Solar Max en 2012. Hathaway croit qu'il va arriver plus tôt, en 2010 ou 2011.

«L'histoire montre que« montée en puissance des «cycles de taches solaires gros plus vite que les petits, dit-il. «Je m'attends à voir les taches solaires d'abord le prochain cycle de paraître à la fin 2006 ou 2007-Solar Max et être en cours d'ici à 2010 ou 2011."

Qui a raison? Le temps nous dira. Quoi qu'il en soit, une tempête à venir.

Le calme avant la tempête

 

C’est officiel. Le minimum d’activité solaire est là. Les tâches solaires ont disparus. Les éruptions solaires sont inexistantes et le soleil est complètement calme. Un peu comme le calme avant la tempête

Tous les indices convergent : le prochain cycle solaire sera d’une intensité exceptionnelle. Le cycle solaire 24, qui devrait culminer en 2010 ou 2011, " semble parti pour être un des cycles les plus intenses depuis que ceux-ci sont observés, c’est à dire bientôt 400 ans " confirme le physicien solaire David Hathaway du centre spatial Marshall. Avec son confrère Robert Wilson, ils viennent de présenter cette conclusion au congrès de l’Union Géophysique Américaine qui s’est tenu à San Francisco. Leurs prévisions se fondent sur les mentions d’orages géomagnétiques faites à travers l’histoire. Hathaway explique ce qu’est un orage magnétique : " lorsqu’une rafale de vent solaire frappe le champ magnétique terrestre, l’impact secoue le champ magnétique. S’il est suffisamment secoué, nous qualifions l’évènement d’orage géomagnétique. " Dans les cas extrêmes, ces orages magnétiques peuvent provoquer des pannes de courant et rendre folles les aiguilles des boussoles. Les aurores polaires sont également un de leurs jolis effets secondaires. Hathaway et Wilson se sont intéressés aux cas avérés d’activité géomagnétique jusqu’à 150 ans en arrière, grâce à quoi ils ont pu faire une observation fort utile : " L’activité géomagnétique actuelle nous renseigne sur ce que sera le cycle solaire dans 6 ou 8 ans " affirme Hathaway. Une image valant 1000 mots.

Selon leurs analyses, le prochain maximum solaire devrait culminer vers 2010, avec un nombre de taches de 160, plus ou moins 25. Cela en ferait un des cycles solaires les plus violents des 50 dernières années, soit un des plus puissants des temps historiques tout court. Les astronomes comptent les taches solaires depuis Galilée, surveillant les hauts et les bas de l’activité solaire le long de leur cycle de 11 ans. Etrangement, 4 des 5 cycles les plus intenses connus se sont produits au cours de 50 dernières années. " Le cycle 24 devrait se trouver exactement dans les mêmes configurations " affirme Hathaway. Ces résultats ne sont que les derniers d’une série d’indices convergents qui autorisent à penser que le cycle 24 sera exceptionnel. D’après Hathaway, le plus convaincant de tous est le travail de Mausumi Dikpati et de ses collègues du centre national de recherche atmosphérique (NCAR) de Boulder, dans le Colorado. " Ils ont combiné des observations du " grand tapis roulant " solaire avec un modèle informatique sophistiqué de la dynamo interne du Soleil afin de produire des prédictions du prochain cycle solaire fondées sur des données physiques ". Bref, ce cycle promet d’être particulièrement intense. " Tout se tient " confirme Hathaway. Pour savoir si ce cycle 24 tient ses promesses, revenez régulièrement sur Ciel des Hommes !

C’est officiel : le minimum solaire est arrivé. Les taches solaires se sont évanouies. Les éruptions solaires sont inexistantes. Le Soleil est d’un calme plat. Comme le calme qui précède la tempête. Au cours de la semaine passée, des chercheurs ont annoncé qu’une tempête se prépare : le plus intense maximum solaire de ces cinquante dernières années. La prévision en a été faite par une équipe emmenée par Mausumi Dikpati du National Center for Atmospheric Research. " Le prochain cycle de taches solaires sera de 30 à 50% plus actif que le précédent " affirme-t-elle. Si c’est bien le cas, les années à venir pourraient connaître un surcroît d’activité qui se comparera avec l’historique maximum de 1958. Ça, c’était un vrai maximum solaire. L’ère spatiale débutait à peine, Spoutnik avait été lancé en octobre 1957 et Explorer 1 (le premier satellite américain de l’histoire) en janvier 1958. En 1958, vous ne pouviez pas dire qu’un orage magnétique se déroulait en consultant les barres de réception de signal de votre téléphone portable, car les téléphones portables n’existaient pas. Cependant les gens se doutèrent quand même qu’un évènement naturel de grande ampleur se déroulait lorsqu’ils purent observer par trois fois des aurores boréales jusqu’au Mexique… Aujourd’hui, un évènement similaire aurait des répercussions sur les téléphones portables, les systèmes de positionnement par satellites, les satellites météo ainsi que beaucoup d’autres technologies modernes. Les prévisions de Dikpati sont sans précédent. En bientôt deux siècles d’observation du cycle solaire de 11 ans, les scientifiques ont fait de leur mieux pour prévoir l’ampleur du maximum à venir, et ont régulièrement échoué. Les maximums solaires peuvent être intenses, comme en 1958, ou à peine perceptibles, comme en 1805, et ce de façon apparemment aléatoire. Mais il y a quelques années de cela, Dikpati a compris que la clé du mystère résidait dans une sorte de tapis roulant à la surface du Soleil. Nous avons un équivalent de ce phénomène sur Terre, le grand tapis roulant océanique, rendu célèbre par le film catastrophe le jour d’après. Il s’agit d’un réseau de courants qui transportent eau et chaleur d’un océan à l’autre. L’argument du film, c’est que le tapis roulant océanique s’arrête brutalement ce qui plonge le climat terrestre dans le chaos. Sur le Soleil, on observe également un courant, mais pas d’eau bien entendu. Ici, ce qui est transporté, c’est du gaz ionisé, c’est-à-dire électriquement chargé. Il s’écoule en boucle depuis l’équateur jusqu’aux pôles solaires et ainsi de suite. Tout comme le grand tapis roulant océanique conditionne le climat sur Terre, son équivalent solaire serait la clé de la " météo solaire ". Tout particulièrement, il influe sur le cycle des taches solaires. Le physicien solaire David Hathaway nous l’explique " D’abord, il faut avoir conscience de ce que sont les taches solaires : l’extrémité de boucles enchevêtrées du champ magnétique solaire généré par la dynamo interne du Soleil. Une tache solaire typique se résorbe en quelques semaines tout au plus, laissant la place à des champs magnétiques beaucoup plus faibles. " C’est alors qu’intervient le tapis roulant. " Le sommet du tapis roulant vient frôler la surface du Soleil, emportant avec lui les champs magnétiques dégénérés des défuntes taches. Ces " dépouilles " sont alors entraînées vers les pôles jusqu’à une profondeur de 200 000 km à l’intérieur du Soleil, où la dynamo solaire peut les ranimer. Une fois que ces " dépouilles " sont " réincarnées ", amplifiées en fait, elles retrouvent leur flottabilité et remontent à la surface. " Et hop ! De nouvelles taches solaires apparaissent ! Tout cela se produit en réalité très lentement. " Il ne faut pas moins de 40 ans pour que le tapis boucle un tour complet " confirme Hathaway. Dans les faits, ça peut prendre de 30 à 50 ans. Quand le tapis va vite, cela signifie que beaucoup de champsmagnétiques sont recyclés et que donc le prochain cycle sera très actif en termes de taches solaires. C’est sur cette hypothèse que se fondent les prédictions actuelles. " Le tapis a tourné vite entre 1986 et 1996 " annonce Hathaway. " Les vieux champs magnétiques balayés à cette occasion devraient réapparaître sous la forme d’énormes taches entre 2010 et2011. " Comme beaucoup d’autres experts dans sa spécialité, Hathaway fait confiance au modèle du tapis roulant et est d’accord avec les prévisions de Dikpati concernant la sévérité du prochain maximum solaire. Mais il reste en désaccord sur un point : Dikpati prévoit le pic d’activité pour 2012, alors qu’Hathaway pense qu’il se produira plus tôt, entre 2010 et2011. " Les séries historiques montrent que les cycles solaires intenses montent en puissance plus rapidement que les petits " fait-il qui a été remarquer. " dès la fin 2006/2007, et le maximum atteindra entre 2010 et 2011 ". Qui a raison ? L’avenir nous le dira. Mais ce qui est certain, c’est qu’une tempête de grande ampleur se prépare.

 

 

Où en est-on ?


 

A l'heure actuelle, l'énergie magnétique, provoquée par l'activité du soleil, a une forte influence sur lecomportement des  hommeset animaux tels que des tensions, du stress, de l'agressivité, des émeutes ... on le voit tous les jours dans la presse malheureusement.  Les spécialistes conseillent de vous poser la question quand vous vous sentez nerveux ; votre état a un lien avec l'énergie magnétique qui nous entoure.  Il est important de penser à la raison, de rester positif et de reprendre votre calme (dites vous : ca passe, ca passe...).  Si vous ne cédez pas à cette énergie négative, elle ne fera que se renforcer, votre stress aussi.

Mais ... Ce n'est pas tout !  Vous comprendrez dans cette vidéo que l'activité intense du soleil influe aussi directement sur la croute terrestre, sur la chaleur et incendies conséquentes (Russie), sur le magna et, par conséquent, sur les nombreux volcans en éveil et les désastreux tremblements de terre.  D'autres documents et vidéos vous seront proposés ; restez vigilants, votre avenir proche en dépend !

 

(source : Planetfutur)

 

 

 

Archives

Articles récents