Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La menace d'un retour d'El Niño fait trembler les marchés agricoles mondiaux

Publié par wikistrike.com sur 3 Août 2012, 20:01pm

Catégories : #Terre et climat

 

La menace d'un retour d'El Niño fait trembler les marchés agricoles mondiaux

 

nino.gifLe possible retour du phénomène climatique El Niño menace les perspectives de récoltes dans le monde. Et pourrait faire grimper les prix du sucre, du cacao et de l'huile de palme notamment. 

La sécheresse qui ravage actuellement les cultures américaines et fait flamber les prix des céréales accapare l'attention. Mais un autre phénomène climatique pourrait chahuter un peu plus les marchés agricoles dans les mois à venir. El Niño : une anomalie causée par le réchauffement des eaux du Pacifique, qui peut modifier radicalement le temps dans de nombreuses parties du globe, de l'Asie du Sud-Est à l'Amérique latine en passant par l'Afrique. Il peut provoquer à l'est des sécheresses intenses, à l'ouest des pluies torrentielles. Pour les experts des Nations unies, El Niño est le principal facteur créateur de catastrophes naturelles au monde. Les deux derniers épisodes, les plus spectaculaires jamais observés, en 1982-1983 et en 1997-1998, ont fait des milliers de morts et causé des milliards de dollars de dégâts économiques. 

Pour l'heure, les conditions du retour d'El Niño restent incertaines. Le centre météorologique australien, l'un des premiers pays concernés, estime qu'il demeurerait modéré. L'intensité et la durée du phénomène s'avèrent cependant difficiles à évaluer. Tout comme ses effets sur l'agriculture, qui dépend d'abord du moment de l'année où El Niño apparaît et du calendrier des récoltes dans une région donnée, expliquent les Nations unies. « Si les dernières mesures [de l'indice de l'oscillation australe (SOI), qui donne une indication de la force d'El Niño, NDLR]persistent, nous voyons une menace supplémentaire sur les cultures mondiales dans les mois à venir », prévient Christopher Narayanan, responsable des matières premières agricoles à la Société Générale. Après l'épisode dévastateur de 1998, l'économiste américain Allan D. Brunner a étudié pour la Réserve fédérale les effets historiques d'El Niño sur les prix des matières premières. Il en a déduit que le phénomène climatique représente environ 20 % de la hausse réelle des prix des matières premières, et 15 à 20 % de l'inflation des prix à la consommation dans le monde. 

Sucre : manque d'eau en Asie, pluies trop abondantes au Brésil 

Le sucre est l'une des matières premières dont les prix pourraient grimper. Certains spécialistes estiment que l'insuffisance des pluies de mousson en Inde, la moins forte depuis 2009, serait liée à El Niño. Les cultures de la canne à sucre sont affectées, et le premier consommateur mondial pourrait limiter ses exportations pour faire baisser des prix domestiques au plus haut depuis fin 2010, selon Bloomberg. Si El Niño se développe au troisième trimestre, l'état des cultures risque de se détériorer davantage. La Thaïlande, où il fait déjà sec, ne serait pas épargnée. En 2009-2010, la dernière fois qu'El Niño a frappé, la production du deuxième exportateur mondial de sucre a baissé de 4 %. Elle avait chuté de 17 % en 1983 et de 29 % en 1998, selon le département américain de l'Agriculture. Au Brésil, à l'inverse, les pluies pourraient retarder la récolte et nuire à la qualité du sucre du leader du marché. De quoi soutenir les cours dans les semaines et mois à venir, selon la Société Générale. 

Cacao : sécheresse en Afrique 

Les craintes d'un retour d'El Niño ont propulsé cette semaine les prix du cacao au plus haut depuis quatre mois, alors que la pluie fait déjà défaut en Côte d'Ivoire et au Ghana, les deux plus grands producteurs. La production mondiale de cacao baisse en moyenne de 2,4 % lors des années El Niño, d'après l'Organisation internationale du cacao (Icco). Les analystes de Rabobank estiment que l'offre ne satisfera pas la demande l'an prochain. 

Huile de palme : baisse de rendement des palmiers malais 

Les cours de l'huile de palme en Malaisie profiteraient aussi de la formation d'un nouveau El Niño. La trentaine d'analystes du secteur interrogés lundi par Reuters voient le prix moyen de la tonne à 3.200 ringgits cette année. Elle valait hier 2.950 ringgits. « Au cours des 25 dernières années, les épisodes El Niño ont toujours provoqué une hausse des prix de l'huile de palme. Le phénomène réduit traditionnellement le rendement des palmiers, limitant l'offre et poussant les prix à la hausse », indique Credit Suisse. 

Céréales : menace sur les plantations australiennes 

Les pluies que pourraient apporter El Niño aux Etats-Unis arriveraient trop tard pour changer la donne pour la récolte de maïs et probablement de soja. En Australie, en revanche, il entraînerait un temps sec en pleine plantation, alors que le pays prévoit déjà une production inférieure de 18 % à celle de l'an passé. Pour Commerzbank, « les craintes d'une sous-production mondiale sont loin d'avoir disparu ».

 

Source: Les échos

Commenter cet article

Laurent Franssen 05/08/2012 15:01


Pour le meme prix on le nomme El fuego.

Ce qui m amuse est que l annonce d un probleme potentiel amene , par voie humaine, ses consequences avant leur cause ^^ 

Marc L 04/08/2012 08:47


El-Nino = El pour Dieu et Nino pour Enfant : soit l'enfant de Dieu est un cycle naturel qui apparait tous les 7 ans, c'est un cycle d'homme sacré dans nombreuses traditions, les 7 premières
années chez l'enfant sont capitales pour la Spiritualité et surtout l'Âme.


Ainsi ce cycle d'El-Nino prend toute sa signification sur une durée de 100 ans, puis de mille ans puis de millions d'années. Il prend naissance en Afrique et travers l'Atlantique, la cordillère
et rejoint le Pacifique où il meurt. Qu'est qu'il y a d'effrayant là-dedans, hormis le fait qu'El-Nino est un courant chaud et que nous sommes dans une période inverse (nous la croyons chaude,
mais elle devance un temps très froid, c'est aussi un autre Cycle). El-Nino concentre la température, tout comme le cycle humain qui calque le Cycle lunaire de 2548 jours (7x4=28x13x7)


Que dire de plus, c'est naturel, et cessez de croire que HARRP est un instrument de destruction, hormis le fait que l'on joue sur des ondes comme pour un téléphone portable, HARRP est un radar
longue distance (plus de 300km) comme le Nostradamus Français.


Merci de rétablir la VÉRITÉ


LM

jeroe 04/08/2012 01:43


que dire de plus salim?


notre terre est un joyau dans cet univers, nous sommes ses enfants et nous la tuons.

salim 03/08/2012 23:59


Quand on tripote dans la nature il faut s’attendre à des conséquences. Le déroulement des séquences et fonctionnements divers et complexes  de la nature se font selon un ordre
bien établi, qui échappe complètement à nos « scientifiques » qui font office de bricoleurs, à coté de cette gigantesque machine naturelle.


Et quand l’homme intervient pour mettre son grain de sel avec HAARP, ou autres saloperies, bombes atomiques souterraines, pollutions sous marines dans les grandes profondeurs, déchets nucléaires
jetés par containers entiers au large de la somalie, que voulez que la nature fasse.


Elle cherchera à se débarrasser des pollueurs d’abord.


 

Archives

Articles récents