Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La Mongolie menacée par la Chine

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 22 Septembre 2011, 06:56am

Catégories : #Politique internationale

La Mongolie menacée par la Chine

 

Par Erwan Abgral-Abhamon

 AFP_110531_o6i02_mongolie_manifestation_8.jpg

 

En Mongolie, la désertification des steppes forcent les populations à la sédentarisation. Les bergers y voient une grave atteinte à leur culture, eux qui ont toujours vécu en nomades. Descendants de Genghis Khan, fiers d’une culture riche qui s’enracine du fond des siècles, les Mongols traversent l’existence à dos de cheval, guidant leurs troupeaux, et le soir venu dorment dans les yourtes qu’occupent aujourd’hui les touristes chinois de plus en plus nombreux. Mais le problème ne s’arrête pas là.

Le gouvernement chinois profite de la situation pour acheter des terres de plus en plus importantes, pratiquant à la fois une sinisation des territoires et des populations locales, mais également un rapt sur les matières premières gisant dans les sous-sols. Le gouvernement chinois s’est toujours refusé aux moindres commentaires sur la situation malgré les demandes incessantes des agences de presse internationale. La culture Mongole disparaît, décimée à la fois par les défaillances irréversibles de la nature et par la politique arriviste chinoise.

Dans ce contexte déjà marqué par de fortes tensions, des manifestations sans précédent historique ont éclaté dans toute la Mongolie suite à la mort d’un berger mongol nommé Mergen, volontairement écrasé par un camionneur chinois sans scrupule. Cette scène tragique n’est pas sans rappeler les étudiants écrasés sous les chars place Tiananmen en 1989. Le berger et d'autres éleveurs tentaient d'arrêter un convoi de camions chargés de charbon dans la région de Xilingol. Les bergers y sont chassés de force par les agences de sécurité privée des compagnies chinoises qui exploitent les minerais.

AFP_110531_c3z81_chine_paramilitaires_8.jpg

 

Le gouvernement de Pékin, craignant « un printemps mongol » a décidé d’y envoyer des forces militaires afin de stabiliser la région, et a donné l’ordre d’interdire l'accès aux universités et aux places publiques, pour éviter que les gens ne s'y rassemblent, comme cela s'est produit au Maghreb et au Moyen-Orient. Les autorités chinoises ont également bloqué l'accès à Internet, en plus d'accroître la présence policière dans les rues.

Une porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Mme Jiang Yu, a affirmé que« les autorités locales répondraient positivement aux demandes légitimes de la population, essaieraient également de concilier le développement économique et la protection de l'environnement et [...] feraient le nécessaire pour préserver les intérêts de tous les groupes ethniques ».

Mme Jiang a par ailleurs fustigé « ceux qui, à l'étranger, essaient d'utiliser ces incidents pour provoquer des troubles ». Lors d'un point de presse régulier, elle a déclaré : « les tentatives [...] de certains à l'étranger pour gonfler cette affaire dans le but d'arriver à leurs fins sont vouées à l'échec ».

Les Mongols, prisonniers d’une situation géopolitique épouvantable identique à celle des Tibétains et des Ouïghours, sont gravement menacés par la migration de Hans sur leurs terres ancestrales. Ils se disent victimes d'une répression politique et culturelle. C’est encore une histoire de colonisation qui n’ose pas dire son nom.

 

Erwan Abgral-Abhamon pour Wikistrike

 

Archives

Articles récents