Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La nouvelle liste mondiale des banques « systémiques »

Publié par wikistrike.com sur 4 Novembre 2012, 11:30am

Catégories : #Economie

La nouvelle liste mondiale des banques « too big to fail »

 

Le Conseil de stabilité financière a mis à jour la liste mondiale des banques « systémiques », dont la taille est un enjeu économique en cas de faillite. BNP Paribas, BPCE ou encore Crédit Agricole y figurent.


sy.jpgCes établissements ont été sélectionnés selon cinq familles de critères que sont la taille du bilan, l'interconnexion avec d'autres banques, la capacité à remplacer un concurrent défaillant, le caractère international ou national, et la complexité de leurs activités. Ils devront se conformer dès la fin de 2012 à un régime de démantèlement en cas de difficultés et se constituer un coussin supplémentaire de fonds propres d'ici à 2019.
Mandaté par les pays du G20 pour renforcer la législation du secteur bancaire, le Conseil de stabilité financière (FSB) a actualisé hier la liste des banques dites d'importance « systémique ». Sur les 29 banques initialement listées il y a un an, le franco-belge Dexia, l'allemand Commerzbank et le britannique Lloyds Banking Group ont été exclus tandis que deux nouveaux établissements ont rejoint le groupe des établissements systémiques. Il s'agit de l'espagnol BBVA et du britannique Standard Chartered. Ainsi la nouvelle liste compte-t-elle désormais 28 groupes bancaires.

Le FSB a ainsi précisé la taille de ce coussin en classant les 28 établissement en quatre catégories. La plus large, qui exige 1 % de ratio de fonds propres durs supplémentaires par rapport aux 7 % exigés par le cadre réglementaire Bâle III, compte 16 banques (Bank of China, BBVA, Groupe BPCE, Group Crédit Agricole, ING Bank, Mizuho FG, Nordea, Santander, Société Générale, Standard Chartered, State Street, Sumitomo Mitsui FG, Unicredit Group, Wells Fargo). La deuxième, avec 1,5 % de ratio de fonds propres durs supplémentaires compte huit banques : Bank of New York Mellon, Credit Suisse, Goldman Sachs, Mitsubishi UFJ FG, Morgan Stanley, Royal Bank of Scotland, UBS. Pour leur part, Barclays et BNP Paribasdevront relever de 2 % leur ratio de fonds propres durs. Citigroup, Deutsche Bank, HSBC et JPMorgan Chase devront, eux, faire le plus gros effort en relevant de 2,5 % leur ratio.

A terme, d'autres d'établissements financiers

Une première liste avait été publiée en novembre 2011 en marge du sommet duG20 de Cannes et comprenait 29 établissements. Le FSB avait alors indiqué que cette liste ne serait pas définitive, mais qu'elle serait actualisée chaque année et publiée au mois de novembre. Des établissements pourront aussi bien être ajoutés à cette liste qu'être retirés.

La liste divulguée l'année dernière au sommet du G20 de Cannes ne comporte que des banques, mais elle pourra à l'avenir comprendre d'autres types d'établissements financiers. Ces banques, dont un effondrement menacerait l'ensemble de l'économie, devront se conformer à un régime de démantèlement en cas de difficultés.

G20 de Mexico

Alors que les pays du G20 se réunissent dimanche et lundi à Mexico, les régulateurs du FSB ont fait le point sur la mise en place des règles s'appliquant aux géants bancaires. « De nombreux pays ont initié des réformes pour aligner leur régimes de démantèlement et leurs cadres institutionnels » avec les réformes recommandées par le FSB. Ce dernier a par ailleurs estimé que « le progrès est encourageant », dans un rapport.

Le récentes réformes adoptées dans plusieurs pays prévoient ainsi des mesures telles que l'encadrement des faillites bancaires, la possibilité de mettre en place des banques de défaisance et l'élargissement du régime de démantèlement à des acteurs financiers autres que les banques. Ces établissements pourraient être des fonds d'investissements, des infrastructures des marchés financiers et des assureurs.

Le FSB a notamment applaudi les mesures lancées aux Etats-Unis, qui ont promulgué en 2010 la loi Dodd-Frank de réforme financière pour tenter d'assainir les pratiques de Wall Street. Ce texte permet aux autorités américaines de démanteler des institutions financières et représente « une étape importante dans la mise en place » des réformes du secteur financier voulues par les régulateurs internationaux.

374,1 milliards d'euros pour se conformer

Les régulateurs ont également positivement accueilli les mesures lancées en Europe, qui sont « importantes pour faire avancer de manière cohérente les réformes dans l'UE ». Les nouvelles normes bancaires internationales vont cependant demander un effort financier sans précédent au secteur. 

Le Comité de Bâle de supervision bancaire a récemment estimé que les grandes banques internationales ont encore besoin de 374,1 milliards d'euros pour se conformer aux normes bancaires de Bâle III. Selon le patron de la première banque suisse UBS, Sergio Ermotti, la régulation bancaire internationale va accentuer la pression pendant des années sur les établissements.

Ces nouvelles normes « vont exercer une pression sur les marges des banques pendant des années et réduire la profitabilité à long terme des banques d'affaires telles qu'elles sont actuellement structurées », a estimé M. Ermotti, dont la banque figure sur la liste des banques systémiques.

 

Les échos

Commenter cet article

Rensk 04/11/2012 16:17


La quote-part de fonds propres de 14 à 19% sera exigée d'ici à 2019 aux «too big to fail»
... En matière de fonds propres, les banques sont réparties entre cinq catégories en Suisse.


 


Les grandes banques non «too big to fail» (les 24 banques cantonales, dont la part de marché atteint 30% en Suisse, qui génèrent plus de 90%
de leurs revenus sur le marché intérieur). le fond propre doit être de 13,6 à 14,4% dès 2013. Paradoxe: de 2013 à 2016, ces banques non systémiques devront avoir les fonds
propres les plus élevés.

Archives

Articles récents