Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La pluie de météorites est opportunément tombée sur un centre d’essais atomiques ultra-secret de la Russie

Publié par wikistrike.com sur 16 Février 2013, 14:45pm

Catégories : #Insolite - étrange et bêtise humaine

Quand la pluie de météorites s'bat sur un centre d’essais atomiques ultra-secret de la Russie

 

 

 

fd6e1d0a-7761-11e2-8806-79fc77f0a67a-493x328.jpgLa probabilité d’observer autant d’événements célestes dans le même temps est quasi nul puisque la plupart du temps cela se passe en mer. Et la probabilité que cela touche deux pays ennemis des USA (Russie et Cuba) est minime, limite nulle.

 

Cette pluie de météorites est opportunément tombée sur un centre d’essais atomiques ultra-secret de la Russie  . Un endroit hyper-dangereux et potentiellement destructeur par la propagation des radiations. C’est sur ce site que Staline a construit la bombe nucléaire russe. Une bombe bien ciblée sur cet endroit pourrait avoir des conséquences désastreuses pour la population alentour et au-delà tant le potentiel radioactif de Tcheliabinsk est plus de deux fois supérieur à Tchernobyl.

D’ailleurs une des conséquences observées après le point d’impact est la pluie d’acide dans un village voisin, « si concentrées qu’elles ont corrodé la peinture de plusieurs voitures garées en plein air » .


 

Source

 

NEOShield : le bouclier spatial capable de dévier un astéroïde

 

L'hypothèse d'une collision entre la Terre et un astéroïde ou une météorite est peu probable mais un programme spatial a été mis au point pour éviter un tel impact.

Scénario catastrophe, l'hypothèse de la découverte d'un astéroïde fonçant à toute allure vers notre planète demeure peu probable, mais la riposte, elle, est déjà prévue.

Conçu par des ingénieurs de haut vol, le programme NEOShield (NEO signifiant Near Earth Objects, objets à proximité de la Terre), financé par l'Union européenne et mené par la société Astrium à Toulouse, vise à protéger notre planète si celle-ci devait se trouver sur la trajectoire d'un objet céleste considéré comme dangereux.

"Dans un premier temps, on envoie un orbiteur, c'est à dire un éclaireur, autour de l'astéroïde, afin de connaître mieux ses caractéristiques : quelle est sa masse, sa vitesse, sa position, de quoi il est fait...", explique à BFMTV Erwan Kervandal, chef de projet àNEOShield.

 

"On va taper l'astéroïde"

 

Le défi technologique est de taille. L’engin envoyé doit d’abord être capable de couvrir une distance qui se calcule en  millions de kilomètres. La précision des mesures qu’il effectue est également un facteur fondamental pour pouvoir enclencher la deuxième étape du programme.

"Une fois que l'on connaît bien cet astéroïde, on envoie un impacteur, à une vitesse au-delà de 10.000 km/h pour taper précisément l'endroit où on aura un maximum d'efficacité pour dévier l'astéroïde de sa trajectoire initiale et ainsi éviter une collision avec la Terre", conclut Erwan Kervandal.

Les grands astéroïdes sont observés par les scientifiques. Si leurs trajectoires n’évoluent pas, ils ne sont pas à ce jour susceptibles d’entrer en collision avec la Terre. Le risque vient des astéroïdes plus petits. Ils sont très nombreux, et difficile à observer. Ainsi, la pluie de météorites tombée en Oural n’avait, elle, pas été prévue.

 

 

Archives

Articles récents