Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La Russie en état d’alerte envisage le recours à l’arme nucléaire

Publié par wikistrike.com sur 31 Décembre 2011, 05:40am

Catégories : #Politique internationale

La Russie en état d’alerte envisage le recours à l’arme nucléaire . Excellente solution... 

 


00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000.jpgLe chef d’état-major russe le général Nicolaï Makarov a affirmé que le recours à l’armement nucléaire contre l’Occident est for plausible en cas de conflit sur les territoires de l’ex-Union soviétique. 

Selon l’expert militaire russe Mikhail Barabanov qui s’exprimait mercredi dernier pour le journal Komsomolski Pravda, le général Makarov a évoqué cette éventualité en précisant que la Russie pourrait très bien recourir à la bombe atomique si des états occidentaux principaux, en l’occurrence les Etats-Unis en venaient à s’ingérer dans les conflits sur les territoires de l’ex-Union soviétique comme en Ukraine par exemple ou dans les pays d’Asie centrale. Sachant que la doctrine militaire russe moderne envisage le recours à l’armement nucléaire contre des forces ennemies. 

Selon l’expert russe, la Russie préserve son arsenal militaire car ceci permet aux autres de se contrôler et de plaider pour la paix. Babanov estime que son pays ne peut recourir à l’armement nucléaire que s’il entre dans un conflit avec des parties qui le devance dans le domaine des armements traditionnels, signalant que ceci n’est applicable qu’aux Etats-Unis. 

Les relations entre la Russie et les Etats-Unis ont été exacerbées par les plans américains de déployer des système de défense anti balistique dans les régions limitrophes de la Russie et dans des états qui ont pendant longtemps fait partie de l’ex-Union soviétique. Le déploiement récent du bouclier anti missile en Turquie a lui aussi été critiqué par Moscou. 

Poutine: les Américains ont peur de la Russie 

Le Premier ministre et candidat favori aux présidentielles Vladimir Poutine a soupçonné certains pays de vouloir mettre la Russie de côté pour contrôler le globe terrestre vu que son pays possède sa propre vision et exerce une politique étrangère indépendante. 

Selon Poutine, les Américains voient d’un œil suspicieux les capacités nucléaires russes et commettent l’erreur de croire qu’ils devraient les neutraliser, puis envisager ultérieurement la possibilité d’entreprendre des liens d’alliance avec elle, qualifiant cette façon de penser de faire partie de l’ère de la guerre froide. 

En réponse aux déclarations du sénateur américain John MacCain selon lequel le Printemps arabe s’approche de la Russie, Poutine a estimé qu’ils sont l’expression de la peur de la Russie. Il a mis en garde contre les tentatives de miner les sociétés par les révolutions colorées et qui selon lui « ne sont pas nées spontanément ». 
S’adressant aux Etats-Unis, il les a mis en garde contre le fait de percevoir le monde comme s’il était unilatéral, les accusant ne chercher qu’à avoir des sujets et non des alliés. A cet égard, il a rappelé qu’ils ont attaqué l’Afghanistan et l’Irak sans consulter personne puis ont contraint les autres à les rejoindre. 

Etat d'alerte et repositionnement russe militaire, jusqu'en Amérique Latine! 

Par ailleurs, des sources russes ont signalé que l’aggravation de la situation géopolitique dans la région inquiète la Russie et l’incite à poursuivre la consolidation de ses forces au plus vite dans les régions du sud du Caucase, en mer Caspienne, en Méditerranée et en Mer Noire. 

Depuis le mois de novembre dernier Moscou a achevé l’installation de sa base militaire « 102 » en Arménie et a dépêché des unités militaires stationnées dans la base Erivan dans la région de Gormi a proximité de la frontière arméno-turque. Les familles des militaires russes en Arménie ont vite été rapatriées. 
Dès le début du mois de décembre, les forces russes ont été mobilisées et sont mises en état d’alerte dans les bases d’Ossétie, et d’Abkhazie, alors que ses navires de guerre jalonnent la mer noire a proximité de la frontière avec la Géorgie. 

Une brigade de missiles côtiers, portant des projectiles « Bal-A » d’une portée de 130 Km a été placée en état d’alerte au Daghestan, près des frontières avec l’Azerbaïdjan. Des bateaux de missile appartenant à la flottille de la mer Caspienne ont été envoyés vers les régions proches de la capitale du Daghestan. Le navire « Volgodonsek » équipé d’artillerie côtière lourde devrait rejoindre le grand navire de garde le « Tatarstan », équipé de missile de 200 Km de portée. 
Dernièrement, un ensemble de pièces militaires russes, dont le croiseur lourd-poids et porte-avions "Admiral Kouznetsov" a pris le large vers la Méditerranéenne, où il doit se rendre au port syrien de Tartous. Des sources au ministère russe de la Défense ont déclaré que ce groupe peut vraisemblablement être accompagné de plusieurs sous-marins russes. 

Des informations provenant de sources russes font état que la Russie déploie depuis 2008 en Amérique Latine un bouclier de lance-bombes stratégiques russes capable de porter des têtes nucléaires, c’est-à-dire à quelques kilomètres des Etats-Unis. 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=43606&cid=19&fromval=1&frid=19&seccatid=33&s1=1

La Russie s'oppose à des sanctions anti-iranien (Sergueï Lavrov)

        

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a exprimé l'opposition de son pays à l'imposition de sanctions contre la République Islamique d'Iran et a insisté sur la nécessité de poursuivre les négociations avec la République Islamique d'Iran comme unique solution pour régler le problème nucléaire iranien.
M. Lavrov a fait ces remarques dans un article publié jeudi dans le "Recueil diplomatique" russe.

"L'expérience démontre que les pressions et l'imposition de sanctions unilatérales ne peuvent résoudre quoi que ce soit si ce n’est dégradé la situation", a t-il ajouté.

Soulignant la nécessité d’une étroite coopération de l'Iran avec l'Agence internationale d'énergie atomique (AIEA), le ministre russe des Affaires étrangères a appelé à davantage de coopération entre l'Iran et l'AIEA pour renforcer la confiance mutuelle entre l'Iran et l'AIEA et aussi montrer la nature pacifique des activités nucléaires de l'Iran à la communauté internationale.

"Nous n'acceptons pas les efforts visant à imposer de nouvelles séries de sanctions et de menaces de recours à la force", a ajouté M. Lavrov.

Il a insisté sur la nécessité de la reprise des pourparlers sur le dossier nucléaire iranien entre la République Islamique d'Iran et le groupe 5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU plus l'Allemagne).

Il a souligné que les Etats-Unis et ses alliés ont imposé des sanctions contre l'Iran hors du cadre des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU.

La Russie a toujours critiqué l'approche des pays occidentaux l'a qualifiant d’illégale et de non constructive qui va à l’encontre de l'esprit de coopération internationale.

La Russie n'accepte pas de scénarios musclés en politique internationale et ne voudrait pas que l'Otan se transforme en "chirurgien mondial" qui applique le scénario de l'opération libyenne dans d'autres pays, a indiqué le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

"On refuse de croire à l'idée de transformation de l'Alliance atlantique en "chirurgien mondial" qui s'ingère radicalement dans des conflits intérieurs", a écrit le ministre dans un article intitulé "Relations internationales en zone de turbulence: où est le point d'appui?".

Le ministre regrette que "certains politiciens" estiment que le mandat du Conseil de sécurité de l'Onu n'est pas du tout nécessaire pour une opération militaire.

"Cette année, les relations internationales sont entrées en zone de turbulence", a constaté M.Lavrov, en évoquant la vague de révolutions et des troubles massifs au Proche-Orient, la crise sur les marchés financiers du monde et le problème de la dette dans les pays de l'Union européenne.

Dans ces conditions, il est nécessaire, selon le chef de la diplomatie russe, de rendre plus souple et plus équilibré le système de rapports internationaux, en renonçant à la force et à des sanctions unilatérales lors du règlement des conflits, que ce soit dans le monde arabe ou autour du programme nucléaire controversé de l'Iran.
 
Source: alterinfo
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents