Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La Russie et la Chine s'opposent aux sanctions contre la Syrie

Publié par wikistrike.com sur 4 Février 2012, 18:21pm

Catégories : #Politique internationale

 

 

La Russie et la Chine s'opposent aux sanctions contre la Syrie

 

873450_residents-attend-a-burial-ceremony-for-what-activist.jpgLa quasi-totalité des gouvernements occidentaux ont vivement condamné le massacre survenu à Homs dans la nuit de vendredi à samedi. 260 civils auraient été tués. A l'ONU, les négociations sont dans l'impasse. 

Le massacre supposé de 260 civils à Homs a accentué un peu plus encore les pressions entreprises par les grandes capitales du monde pour pousser vers la sortie le syrien Bachar al-Assad. 

Barack Obama lui a demandé de quitter le pouvoir, accusant son régime d'avoir "assassiné des civils" lors d'"attaques abominables".  

"Assad doit arrêter tout de suite les tueries et les crimes contre son propre peuple, il doit quitter le pouvoir et permettre la mise en place immédiate d'une transition démocratique", a indiqué le président américain dans un communiqué. 

A Paris, Alain Juppé n'a pas mâché ses mots: les autorités syriennes "ont franchi un pas supplémentaire dans la sauvagerie (...) Ce déchaînement de violence souligne l'urgence que le Conseil de sécurité des Nations unies sorte de son silence pour dénoncer les auteurs de ce crime et ouvre la voie à la mise en oeuvre du plan politique de la Ligue arabe". 

Tout se joue désormais aux Nations unies, comme l'a souligné la Turquie: "Nous attendons que le Conseil de sécurité adopte une position claire et nette au sujet des pertes civiles" en Syrie, a affirmé son ministre des Affaires étrangères.  

Pourquoi dès lors la communauté internationale est-elle dans l'incapacité de réagir? A cause, essentiellement, de Moscou et de Pékin, qui bloquent toujours l'adoption de mesures contraignantes. C'est ce qu'a mis en avant Hillary Clinton, secrétaire d'Etat, regrettant qu'il soit impossible de résoudre les différends avec la Russie et la Chine, deux pays qui ont voté ce samedi après-midi contre la résolution onusienne. 

Ce samedi, la première a fait savoir que le texte en discussion ne lui convenait pas en dépit de concessions majeures.  

La Russie ne se retrouve "absolument pas" dans la résolution de l'ONU

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a estimé, de son côté, qu'un consensus sur une résolution de l'ONU condamnant les violences en Syrie était possible si les Occidentaux se montraient constructifs. "Si nos collègues adoptent une position constructive, nous obtiendrons une résolution collective du Conseil de sécurité qui, j'en suis sûr, sera signée par tous les pays sans exception", a-t-il déclaré aux agences russes à son retour de la conférence sur la sécurité à Munich. 

Le chef de la diplomatie russe a ajouté s'être entretenu avec ses homologues américain Hillary Clinton et allemand Guido Westerwelle, en marge de cette conférence. "J'espère que nous avons été entendus. Les collègues ont pris connaissance de nos modifications (concernant le projet de résolution) et promis de les examiner", a-t-il ajouté.  

Plus tôt dans la journée, Sergueï Lavrov a déclaré que le projet de résolution ne convenait "absolument pas" à la Russie dans son état actuel et que le soumettre samedi au Conseil provoquerait un "scandale". Le ministère russe des Affaires étrangères a aussi annoncé que Sergueï Lavrov allait se rendre mardi à Damas pour rencontrer le président syrien Bachar Al-Assad, afin de "trouver une issue politique au conflit". 

 

Source: L'express

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents