Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Merkel à Obama: le président russe avait perdu "tout contact avec la réalité" !

Publié par wikistrike.com sur 3 Mars 2014, 17:24pm

Catégories : #Politique internationale

 

Ultimatum lancé aux forces ukrainiennes en Crimée

 

 

Bh0TZnUIYAAkWcf.jpg

 

19h00: La Russie affirme qu’elle n’a pas lancé d’ultimatum aux troupes ukrainiennes et parle de désinformation de la part de Kiev

 

La flotte russe lance un ultimatum aux forces ukrainiennes en Crimée. La flotte russe somme les forces ukrainiennes en Crimée de se rendre avant 3 heures GMT, sinon elles «affronteront une tempête», selon une source proche du ministère ukrainien de la Défense citée par l'agence russe Interfax.

A la demande de la Russie, l'ONU se réunit ce soir pour parler de la situation en Ukraine.

Laurent Fabius, au sortir de la rénion exceptionnelle des Ministres des affaires étrangères, a dit que nous avons affaire "à la plus grave crise depuis 20 ans.", que des sanctions économiques (contrats) vont être prises, et que s'il faut, des sanctions sur les personnes sont envisageables dès jeudi, (gels des avoirs par exemple) jour d'une réunion de crise à Bruxelles, il est même possible de totalement "couper les ponts" a-t-il "contaminé"...

 

A l'issue de son entretien téléphonique avec Vladimir Poutine, la chancelière allemande, Angela Merkel, a affirmé à Barack Obamaque le président russe avait perdu "tout contact avec la réalité", selon leNew York Times.

 

Autres faits du jour:

 

Vladimir Poutine a assuré à la chancelière allemande  que la réponse de la Russie à «la menace constante d'actes violents de la part des forces ultranationalistes était totalement adaptée» en Ukraine. Il a néanmoins accepté la création d'un «groupe de contact» pour entamer "un dialogue politique.

Mais cela n'a pas suffit à calmer les marchés financiers qui paniquent en Russie, poussant la Banque centrale à une hausse surprise de son taux directeur.

Les troupes russes se sont déployées dans la République autonome de Crimée, en Ukraine. Dimanche soir, des responsables américains considéraient que la péninsule était sous «le contrôle opérationnel» du Kremlin. Face à cette invasion, les Occidentaux du G7* multiplient les pressions sur la Russie. Selon les experts, il s'agit là d'un des plus graves conflits depuis la chute du mur de Berlin. Les Etats-Unis demandent l'envoi «immédiat» d'observateurs de l'OSCE (Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe). Des menaces de «sanctions» et de «boycottage» dénonce le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov. 

Les ministres européens des Affaires étrangères se retrouvent ce lundi à Bruxelles pour leur deuxième réunion d'urgence sur l'Ukraine en dix jours. Et les dirigeants de sept pays membres du G8 ont annoncé la suspension de leurs préparatifs en vue du sommet du groupe à Sotchi (Russie) en juin. 

(*)Le G7 réunit les sept pays les plus industrialisés. Au niveau des chefs d'Etat et de, il était devenu le G8 à partir de 1998, avec la participation de la Russie à ses sommets.

 

http://www.leparisien.fr/international/en-direct-ukraine-les-occidentaux-multiplient-les-pressions-sur-la-russie-03-03-2014-3638605.php

 

 

Ukraine: Moscou annonce un accord de vues avec Pékin, qui dit s'en tenir à ses principes


PEKIN - Les chefs de la diplomatie russe et chinoise ont constaté lundi leur concordance de vues sur l'Ukraine, a assuré Moscou, mais Pékin --habituellement pourfendeur de toute ingérence dans un pays tiers-- a réaffirmé s'en tenir à ses principes.

Sergueï Lavrov et Wang Yi ont souligné la large concordance de vues de la Russie et de la Chine sur la situation dans ce pays et autour, selon un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères.

Les ministres sont convenus de poursuivre leurs contacts étroits sur ce thème, a-t-il ajouté.

La Russie et la Chine sont déjà des alliés sur plusieurs dossiers diplomatiques face aux Occidentaux, tels que la Syrie. Les deux pays ont ainsi bloqué plusieurs projets de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies condamnant le président Bachar al-Assad.

Mais Pékin, de façon beaucoup plus vague, s'est contenté d'indiquer que MM. Lavrov et Wang Yi avaient échangé en détail leurs vues sur le sujet et s'étaient accordés sur le simple fait qu'un règlement convenable de la situation était important pour la stabilité régionale.

De fait, le ministère chinois a diffusé lundi sur son site internet un communiqué avertissant que la Chine a depuis longtemps défendu le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures d'un pays donné et qu'elle respecte l'indépendance, la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine.

Tout en ajoutant aussitôt: Il y a des raisons pour lesquelles l'Ukraine est dans la situation où elle se trouve aujourd'hui.

Qin Gang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, faisait preuve de la même circonspection: la Chine a toujours soutenu les principes de la diplomatie mais prend aussi en compte l'histoire et les complexités du problème ukrainien, a-t-il souligné lors d'un point-presse régulier.

Selon Niu Jun, professeur en géopolitique à l'Université de Pékin, la Chine veut poursuivre sa relation privilégiée avec la Russie mais elle s'inquiète vivement du principe même d'une intervention étrangère --notamment en raison de revendications séparatistes qu'elle connaît elle-même dans la région occidentale du Xinjiang.

C'est pourquoi Pékin en vient à faire des déclarations que personne ne peut comprendre clairement, a-t-il souligné.

Comme ils veulent aussi ne pas laisser tomber la Russie, ils en viennent à trouver des excuses (à Moscou), comme les liens historiques avec la Crimée ou la situation intérieure ukrainienne, a indiqué M. Niu.

Après le feu vert du Parlement russe ce week-end à une intervention militaire en Ukraine, les Occidentaux ont fait bloc contre Moscou. 

Les dirigeants de sept pays membres du G8 - le huitième pays membre étant la Russie - ont annoncé dimanche la suspension de leurs préparatifs en vue du sommet du groupe à Sotchi (Russie) en juin.


http://www.romandie.com/news/n/_Ukraine_Moscou_annonce_un_accord_de_vues_avec_Pekin_qui_dit_s_en_tenir_a_ses_principes_RP_030320141523-15-452553.asp

 

La Justice russe poursuit pour terrorisme un nouveau dirigeant ukrainien


Le Procureur général de Russie a ouvert une enquête sur les appels au terrorisme en Russie formulés par Dmytro Yarosh sur son site internet.

Le leader nazi Dmytro Yarosh a été nommé secrétaire adjoint du Conseil national de Sécurité et de Défense (organe qui chapeaute le ministère de la Défense et les Forces armées) dans le gouvernement ukrainien issu du coup d’État.

Dmytro Yarosh a revendiqué s’être battu contre les Russes pour défendre l’Émirat islamique d’Itchkérie (Tchétchénie). Sur son site internet, il a appelé Dokka Umarov, émir du Caucase du Nord et membre d’Al-Qaïda, à entreprendre des actions terroristes en Russie en coordination avec la « révolution ukrainienne ».

Durant les émeutes de la place Maidan, Dmytro Yarosh dirigeait le Secteur de Droite (Pravy Sektor), une organisation de 3 000 combattants armés par l’Otan via la Pologne. Il avait mit en scène un faux enlèvement par la police et avait déclaré s’être enfui après avoir été horriblement torturé. Refusant de montrer les traces de son calvaire aux journalistes, il était immédiatement parti en Allemagne, à l’invitation de la chancelière Angela Merkel, pour y être soigné.

 

http://www.voltairenet.org/article182442.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

Archives

Articles récents