Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le Brésil s'oppose à une loi pour continuer de protéger l'Amazonie

Publié par wikistrike.com sur 29 Mai 2012, 09:42am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Le Brésil s'en fout de l'Amazonie

 

Incendies-Amazonie.jpgLa présidente brésilienne Dilma Rousseff a mis vendredi un veto partiel à une loi qui visait à réduire la protection de la forêt amazonienne qui couvre 60% du Brésil. Une décision lourde de conséquences qui a été saluée par les écologistes.

Alors que se profile le sommet sur le développement durable Rio+20, "la présidente de la République [brésilienne Dilma Rousseff] a décidé de mettre plusieurs vétos au projet de loi sur le code forestier", a indiqué l'avocat général de l'Etat. La ministre de l'Environnement, Izabella Teixeira, a précisé la position du gouvernement. Celui-ci refuse d'amnistier ceux qui avaient déboisé illégalement dans le passé, veut préserver les petits propriétaires, obliger les fermiers à reboiser et ne pas réduire les zones protégées en Amazonie.

La forêt amazonienne reste, avec 5 millions de kilomètres carrés, la plus grande forêt tropicale au monde, considérée comme le poumon vert de la planète. Si le gouvernement avait cédé au puissant secteur agricole brésilien, cela aurait provoqué une vague de déforestation estiment les écologistes. Ceux-ci ne sont toutefois que partiellement satisfaits car ils souhaitaient que l’ensemble du texte soit rejeté. "Nous avons accueilli avec préoccupation l'annonce du veto partiel parce qu'il nous semble que la plus grande partie des points les plus dangereux pour l'environnement ont été maintenus", a indiqué le responsable de l'Institut socio-environnemental (ISA), Raul do Vale.

Les dispositions les plus controversées de la nouvelle loi portaient sur l'amnistie des auteurs de coupes forestières illégales et l'autorisation pour les fermiers de s'installer dans les zones défrichées avant juillet 2008. Une loi (qui réforme le code forestier de 1965) qui a pourtant été fortement combattue, pendant des années, par les écologistes. Selon une étude de l'université de Brasilia, avec elle, la déforestation d'ici à 2020 peut augmenter de 47%. Le Brésil "est un pays qui veut protéger l'environnement tout en continuant à produire des aliments", a expliqué Izabella Teixeira citée par l'AFP.

Obligation de maintenir intacte une grande partie de la forêt

Au final, Dilma Rousseff a ainsi mis 12 vetos et procédé à 31 modifications qui entreront dès lundi en vigueur mais devront ensuite être approuvés par le Congrès (le sommet Rio+20 y est sans doute pour beaucoup). Concrètement, le texte modifié conserve l'obligation de maintenir intacts jusqu'à 80% des forêts dans les grandes propriétés en Amazonie et 35 % dans les zones de savane. En revanche, une flexibilité plus grande est accordée aux petites propriétés qui représentent le quart des terres agricoles du pays.

Après le veto présidentiel, "le code forestier ne sera pas celui des écologistes ni des ruralistes [le lobby agricole], ce sera le code de ceux qui ont du bon sens", a affirmé le ministre de l'Agriculture Jorge Alberto Mendes Ribeiro qui a assuré que le Brésil continuera à être "un des pays qui produit et exporte le plus au monde" tout en préservant l'environnement.

 

Source: Maxisciences

Commenter cet article

Blog archives

Recent posts