Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le brocoli, arme inattendue contre la radioactivité

Publié par wikistrike.com sur 29 Octobre 2013, 10:44am

Catégories : #Santé - psychologie

Le brocoli, arme inattendue contre la radioactivité


Derrière le classique "Mange tes légumes !", il y a désormais bien plus que l'injonction du parent ou du diététicien. Les chercheurs ont en effet, depuis plusieurs années, mis en évidence qu'un régime riche en légumes crucifères (chou, brocoli, chou de Bruxelles, etc.) était lié à un risque réduit de développer différentes sortes de cancers. La raison en incombe à un composant présent dans ces plantes, l'indol-3-carbinol (I3C). Une fois digéré, l'I3C se transforme en une autre molécule dont l'acronyme est DIM (pour l'imprononçable 3,3′-diindolylméthane). Grâce à un mécanisme qui reste à déterminer précisément, le DIM prévient la formation des vaisseaux sanguins irriguant les tumeurs, empêche la prolifération des cellules cancéreuses et conduit celles-ci à la mort.

 

Cette action anti-cancérigène est déjà remarquable mais le DIM ajoute aujourd'hui une corde inattendue à son arc. Dans une étude publiée le 14 octobre dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), une équipe américano-chinoise vient de montrer que la molécule en question conférait aux rats et souris une protection conséquente contre les effets mortels d'une forte radioactivité. Pour le déterminer, les auteurs de cette recherche ont exposé ces rongeurs à une dose de 13 grays qui, en temps normal, aurait dû les tuer. On estime qu'un organisme humain ne résiste pas à une dose supérieure à 10 grays. D'ailleurs, dans le cadre de cette étude, tous les rats du groupe témoin, qui ont été irradiés mais n'ont pas reçu de DIM, sont morts dans les huit jours qui ont suivi.

 

Cela n'a pas été le cas de tous ceux à qui l'on injectait la molécule. Dans la meilleure des configurations (dose élevée et première injection 10 minutes après l'irradiation), jusqu'à 60 % des rongeurs étaient toujours en vie un mois après l'irradiation, alors même qu'ils avaient reçu une dose considérée comme létale. Ce pourcentage de survie à 30 jours montait à 80 % pour une dose de 9 grays (qui tuait 80 % des animaux n'ayant pas reçu le traitement) et à 100 % pour une dose de 5 grays, laquelle venait à bout d'un quart des rats sans DIM. Les chercheurs ont constaté que des doses plus faibles étaient moins efficaces et que plus la première injection était proche de l'irradiation, plus les rats avaient de chances de s'en tirer.

 

Restait à déterminer comment le DIM s'y prenait pour protéger des organismes ayant été exposés à des doses de radiations normalement mortelles. Après avoir mené toute une série d'expériences sur des cellules en culture, les chercheurs ont fini par mettre au jour un double mécanisme. Ils se sont d'abord rendu compte que l'administration de DIM activait la protéine dite ATM, spécialisée dans la réparation de l'ADN, par exemple lorsque celui-ci est brisé sous l'effet de l'irradiation. L'étude apporte une nuance intéressante en montrant que cette action de réparation n'a pas lieu quand la cellule en question est... cancéreuse. Comme si le DIM ne conférait sa protection qu'à des cellules saines.

 

Mais la molécule ne se contente pas de stimuler la réparation de l'ADN : les auteurs de l'étude ont également découvert que le DIM parvenait à bloquer la mort cellulaire induite par les radiations. On sait en effet qu'une exposition à des rayonnements ionisants constitue une agression physique susceptible de provoquer une apoptose, c'est-à-dire une sorte de suicide de la cellule. C'est un peu comme si celle-ci préférait mourir plutôt que de se battre pour sa survie. Or, les chercheurs se sont aperçu que le DIM déclenchait la production d'une protéine qui elle-même allait activer des gènes chargés de combattre l'apoptose. Les deux mécanismes sont d'ailleurs peut-être liés quand on sait que la rupture de l'ADN peut provoquer l'apoptose de la cellule qui le contient.

 

Bien sûr, une grande partie de l'étude porte sur des rongeurs et il est difficile d'imaginer une irradiation volontaire d'humains pour tester l'efficacité du DIM chezHomo sapiens. Ceci dit, l'équipe américano-chinoise souligne que de précédents travaux ont montré que le DIM pouvait être administré sans problème à l'homme. Pour ces chercheurs, la molécule, par son mécanisme inédit de radioprotection, pourrait parfaitement atténuer les syndromes aigus liés à une irradiation, qu'elle soit consécutive à un accident radiologique, comme dans le cas des surirradiés d'Epinal, ou à une catastrophe nucléaire du type Tchernobyl ou Fukushima.

 

Source: PDS

Commenter cet article

Archives

Articles récents